Signature de convention de financement de six projets d’électrification rurale : Le Mali vers un taux d’électrification de 55% à l’horizon 2015

0

Le 24 octobre 2012 dans la salle de conférence du ministère de l’Energie et de l’eau a eu lieu la signature de convention de six projets d’électrification d’une valeur totale de 3,097 milliards de FCFA. La cérémonie qui regroupait le Président directeur général de l’AMADER, Ismael O. Touré et les représentants des sociétés s’est déroulée en présence du ministre, Alfa Bocar Nafo.

La suite de plusieurs appels d’offres infructueux pour la recherche d’un opérateur privé capable d’apporter la contrepartie au projet, l’AMADER a, selon son président, demandé et obtenu de la KfW, la mise en œuvre du financement suivant l’approche ascendante, c’est-à-dire les Projets de Candidatures Spontanées d’Electrification Rurale (PCASER). Il s’agit, dit-il,  de l’électrification par systèmes hybrides de 14 localités rurales des régions de Kayes, Koulikoro et Ségou par six opérateurs sélectionnés parmi une quarantaine, à l’issue d’une longue procédure lancée en début 2011 avec des critères bien définis, combinant à la fois rentabilité, durabilité et professionnalisme

Après de brèves présentations, le président directeur  général de l’AMADER, Ismael O. Touré a rappelé que l’AMADER a depuis 2005, ouvert de vastes chantiers d’électrification en zones rurales et périurbaines, couvrant toute l’étendue du territoire national. Pour ce faire, l’Agence a bénéficié et continue de bénéficier de l’appui technique et financier de plusieurs partenaires, notamment la Banque Mondiale et la KFW dans le cadre du Projet énergie domestique et accès aux services de base en milieu rural (PEDASB). Ainsi, l’intervention de l’AMADER a permis de passer de moins de 1% de taux d’accès à l’électricité en milieu rural en 2004 à plus de 17% aujourd’hui, a-t-il déclaré.

D’après le ministre, Alfa Bocar Nafo, au regard de l’ampleur des besoins encore non satisfaits face à l’objectif visé par le document de politique énergétique nationale à savoir un taux d’accès à l’électricité de 55% à l’horizon 2015, il ne peut que saluer et encourager cette initiative de financement des projets d’électrification rurale. De surcroît, le choix technologique retenu, à savoir le système de centrale hybride photovoltaïque (PV)/diesel alimentant des mini-réseaux isolés, est très pertinent car il cadre parfaitement avec la politique du département notamment en ce qui concerne la valorisation des énergies renouvelables pour la production de l’électricité à moindre coût dans les zones rurales, a-t-il précisé.

Je voudrais donc inviter les opérateurs de ces projets d’électrification, à plus de professionnalisme dans la mise en œuvre et la gestion de ces projets, au plus grand bénéfice des populations rurales et ce, en respectant à la fois la qualité et les délais de réalisation des travaux. Quant à l’AMADER, je l’invite à veuiller au suivi de l’exécution correcte des projets concernés, et au respect des normes de construction et d’exploitation en la matière“, a-t-il soutenu.

Enfin, Alfa Bocar Nafo a rassuré les partenaires en soulignant que le gouvernement demeurera vigilant pour la pérennisation des acquis de l’électricité rurale le développement de concepts nouveaux pour l’accès à l’électricité du plus grand nombre des populations rurales. Occasion pour lui de remercier au nom du Gouvernement de la République du Mali, la Coopération Financière Allemande, à travers la KFW, pour son appui constant aux actions de développement et l’amélioration du cadre de vie de la population rurale, en particulier son accès aux services énergétiques et à l’eau potable.

Les opérateurs retenus et les localités concernées

1. KAMA SA : localités de Doualé, Madina, Djedigui Kassé, Guidinta, Kouroundinfing et Kandia (commune rurale de Diakon), Cercle de Bafoulabé (région de Kayes) ; pour un montant de : 580.373.367 FCFA, dont 452.691.226 FCFA comme subvention de l’AMADER (78 % de l’investissement) et une contribution du promoteur de 127.682.141 FCFA, qui représentent 22% du coût total du projet ;

2.  SEECO SARL : localité de Ténéni, Cercle de San (région de Ségou) ; pour un montant de : 311.229.470 FCFA, dont 248.983.576 FCFA comme subvention de l’AMADER (80 % de l’investissement) et une contribution de 62.245.894 FCFA, qui représentent 20% du coût total du projet ;

3.  MOHA COM : localités de Souarane et Tigana, Cercle de Bafoulabé (région de Kayes) ; pour un montant de : 284.847.481 FCFA, dont 222.181.035 FCFA comme subvention de l’AMADER (78 % de l’investissement) et une contribution de 62.666.446 FCFA, qui représentent 22% du coût total du projet ;

4. BMB SA : Localités de Yerere, Nomo et Korokodjo, Cercle de Nioro du Sahel (région de Kayes) ; pour un montant total de : 569 604 678 FCFA, dont 455 683 742 FCFA comme subvention de l’AMADER (80 % de l’investissement) et une contribution de 113 920 936 FCFA du promoteur, qui représentent 20% du coût total du projet ;

5.  GIE CPSE : localité de Bancoumana, Cercle de Kati (région de Koulikoro); pour un montant de: 264.906.109 FCFA, dont 211.924.887 FCFA comme subvention de l’AMADER (80% de l’investissement) et une contribution de 52.981.222 FCFA du promoteur, qui représentent 20% du coût total du projet ;

6. SPE SARL : localité de Kourémalé, Cercle de Kangaba (région de Koulikoro) ; pour un montant de : 253.912.015 FCFA, dont 198.051.372 FCFA comme subvention de l’AMADER (78 % de l’investissement) et une contribution de 55.860.643 FCFA du Promoteur, qui représentent 22% du coût total du projet.

Moulaye HAIDARA

PARTAGER