Sortie de crise : L’organisation de l’élection présidentielle doit être l’unique priorité du moment

35 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Il ne saurait y avoir de véritables avancées dans la recherche d’une solution durable à la crise que traverse le pays si la communauté internationale, qui est censée nous aider, n’a pas en face d’elle un interlocuteur légitimement élu.

Balla Seye

Il est des moments où l’on se sent étrangement seul et impuissant. Des moments où, alors que des illuminés créent le chaos dans le Nord, au nez et à la barbe du monde entier, on se demande ce que l’on a pu faire au bon Dieu pour mériter un sort pareil. Des moments où l’espoir et l’inspiration vous manquent, au point de penser au pire scénario qui puisse exister, pourvu qu’il soit un remède définitif aux maux de tête qui vous terrassent à force de réfléchir.Mais c’est justement en ces moments de déréliction qu’il importe de se ressaisir et de rechercher dans le noir la petite lueur d’espoir qui pourrait marquer le début d’une ère nouvelle.

Alors que les contendants se tirent dans les pattes, qu’au Conseil des Sinistres, les mesures individuelles ont la cote et qu’à l’Assemblée Nationale, les Dépités font des tours pour rien, les cœurs des Maliens balancent entre espoir et désillusion. Et c’est peu dire tant le chaos et la confusion qui règnent actuellement dans le pays annihilent toute lisibilité de la scène socio-politique. Ainsi a-t-on vu l’intervention militaire s’approcher puis s’éloigner, les institutions se relever puis s’abaisser, les hommes partir puis revenir et vice-versa, sans pouvoir jusqu’à présent dire où nous en sommes dans la réalisation des deux objectifs que nous nous étions fixés au mois d’avril dernier, à savoir l’organisation des élections présidentielles et la reconquête du Nord du pays. Il appert tout de même que si le second semble foncièrement difficile à accomplir aujourd’hui, la réalisation du premier contribuera sans nul doute à faciliter les choses puisqu’elle posera les jalons d’un Etat de droit, représenté par un Président auréolé d’une parfaite légitimité et valablement habilité à répondre au nom du Mali.

Il ne s’agit bien évidemment pas de penser que les organes de la transition ne représentent pas actuellement les Maliens, mais simplement de comprendre qu’une majorité de ces derniers ne se reconnaissent pas en eux ou pire, leur en veulent pour telle ou telle raison. Aussi, bien qu’ils soient de bonne foi dans nombre de cas, il n’est guère étonnant qu’ils éprouvent toutes les peines du monde pour faire passer leurs avis et leurs idées, tant à l’intérieur du pays que sur le plan international, ce qui laisse supposer que nous continuerons à faire du surplace jusqu’à ce qu’il y ait une certaine lisibilité au niveau de nos organes représentatifs. Et quoi de mieux dans ce cas que d’organiser des élections libres et transparentes à l’issue desquelles les électeurs auront désigné celui à qui ils donnent mandat pour parler en leur nom ?En d’autres termes, il est constant qu’il ne saurait y avoir de véritables avancées dans la recherche d’une solution durable à la crise que traverse le pays si la communauté internationale, qui est sensée nous aider, n’a pas en face d’elle un interlocuteur légitimement élu.

La Résolution 2085 pêche par ignorance

Cette situation explique sans nul doute la teneur de la Résolution 2085 du Conseil de Sécurité de l’ONU qui, au-delà des exigences qu’elle pose, lève le voile sur un pan essentiel du règlement de la crise, à savoir l’absence d’un mandataire crédible du Peuple malien.

 

Mais cette Résolution, commandée par le souci d’éviter un génocide touareg qui n’a véritablement de Résolution que le nom, pèche par ignorance et par infirmité en assujettissant l’intervention militaire au respect de certains préalables. Ainsi est-il demandé aux autorités maliennes d’établir un plan de route pour la transition, de rétablir pleinement l’ordre constitutionnel et l’unité nationale, notamment en tenant des élections présidentielles et législatives crédibles et sans exclusive d’ici avril 2013 ou, à défaut, dès que possible techniquement. De même, nos autorités sont invitées à mettre en place rapidement un cadre de référence crédible pour les négociations avec toutes les parties se trouvant dans le nord du pays et ayant rompu tout lien avec une organisation terroriste. Et c’est à ce propos que le Conseil exige enfin des groupes rebelles maliens qu’ils rompent tout lien avec des organisations terroristes, en particulier avec Al-Qaida au Maghreb islamique.

Ces formules lapidaires,  qui sont supposées rassurer les partisans de l’intervention militaire, se révèlent en substance particulièrement dangereuses pour la préservation de l’intégrité territoriale de notre pays. Ainsi, malgré les déclarations de bonne intention des uns et des autres sur cette intégrité, il ne fait aucun doute que grâce au dialogue auquel sont appelés les Maliens, le projet avorté de création d’un Etat de l’Azawad reviendra à l’ordre du jour et pire, se verrait ouvert devant lui un grand boulevard. Il n’est donc nul besoin d’être un génie pour comprendre que dans la confusion qui règne actuellement dans le pays, tant au niveau des institutions qu’au niveau de la population, c’est le scénario invraisemblable vers lequel on tend et que si les Maliens ne se ressaisissent pas, ils auront sous peu la douleur d’apprendre qu’ils ont dorénavant un huitième pays frontalier, dirigé par des fous de dieu, dans lequel les droits les plus élémentaires tel le libre-arbitre sont proscrits.Ce scénario est d’autant plus avéré que l’Algérie, avec ses milliers de Touaregs, ne veut point d’une guerre à ses frontières et n’hésite pas à faire jouer sa position de base arrière des Etats-Unis dans la sous-région, pour militer en faveur d’une zone-tampon sur le territoire malien, laquelle présenterait tous les aspects d’un no man’s land et dans laquelle pourront immigrer tous les Touaregs de la sous-région.Penser le contraire relèverait plus de la démagogie qu’autre chose. Aussi, le dialogue et la négociation prônés par le Conseil de Sécurité ne pourront-ils être menés que par le représentant élu des Maliens qui, bien évidemment, devra tout mettre en œuvre pour contrer un tel dessein. Il ne faudrait pas, en effet, que du jour au lendemain, la création d’un Etat de l’Azawad nous soit imposée parce que nous n’avons pas été capables d’organiser des élections libres et transparentes pour désigner celui qui est habilité à parler en notre nom et à prendre des décisions dans notre intérêt. C’est pourquoi il importe de prendre le Conseil de Sécurité au mot, en mettant en place les conditions idoines pour élire notre Président à la fin de la période transitoire.

Des obstacles non insurmontables

Il reste cependant indéniable que l’organisation de ces élections peut rencontrer quelques obstacles, mais ceux-ci ne sont nullement insurmontables et si chacun y met de la bonne volonté, le pays aura bientôt son Président élu. Ainsi, nonobstant les difficultés liées au coût de l’organisation, la principale préoccupation demeure le vote des électeurs du Nord qui, même s’ils ne sont pas très nombreux, restent des Maliens comme les autres et ont le même droit de voter. A partir de là, il importe de trouver la meilleure formule pour prendre véritablement en compte leur suffrage. Parmi les pistes à explorer, on peut d’ores et déjà considérer comme acquis le fait que beaucoup de ressortissants du Nord ont depuis longtemps émigré dans une zone où ils peuvent exprimer valablement leurs choix, puis envisager pour les autres un système qui s’approche de celui des Grands Electeurs aux Etats-Unis, avec un suffrage indirect exprimé à travers leurs représentants. Ce n’est que dans ces conditions que leur participation aux élections ne sera pas un simulacre et que l’on évitera les élucubrations sur la partition du pays.

 

En tout état de cause, l’élection du Président de la République doit demeurer la principale priorité du moment et les autorités de transition gagneraient à les organiser rapidement, d’autant plus que ce sera l’occasion de mettre fin aux tergiversations de l’Armée qui sera tenue de se mettre à la disposition et sous l’autorité du Président nouvellement élu. Encore faudrait-il cependant que ce dernier soit à la hauteur…

Balla Seye , Docteur en droit

Enseignant-chercheur

Avocat à la cour

 
SOURCE:  du   28 déc 2012.    

35 Réactions à Sortie de crise : L’organisation de l’élection présidentielle doit être l’unique priorité du moment

  1. SIKOROLEY

    Mr Seye, tu es ennemi du Mali vivant au sud.

  2. Izabella

    Monsieu Seye êtes vous vraiment un bon malien? sinon tu peux voter sans nous? donc il faut le faire, en ce moment le mnla, ançar dine et autres vont éclatés de joie et ils vont pensés que le nord est abandonné par le sud :cry: :cry: :cry: :cry: :cry:

  3. MARGA

    Mr le journaliste vous êtes un idio qui agit par l’instint

  4. rodrigues Soares

    :oops: le Dr Cheick Modibo DIARRA a ete celui qui effectivement a maintenu ce pays avec son equipe de ministres patriotes, sauvons le de la barbarie maligne et apatride de certains hommes politiques qui ont comme but leurs et leurs seuls gains egoistiques :!:

    :idea: LEVEZ VOUS TOUS POUR CHEICK MODIBO DIARRA A L’ INTERIEUR QU’ A LA DIASPORA MALIENNE :!:

  5. FAKELE

    un vrais abrouti ce mec de merde a la solde des français!!!! avant de parler d’élection va donner la nourriture a ses milliers de familles qui vivent sous l’occupation. au lieu de nous parler des choses plus intéressante tu ouvre ta gueule de merde pour nous parler d »élection.

    la paix avant la politique

    jo funi

    • justicequity

      FAKELE Pourquoi le Mali va pas donner à manger à ceux qui vivent sous occupation ce sont bien des maliens, les français peuvent dire ou demander ce qu’ils veulent c’est à nous d’accepter ou de refuser , Mr Fakele quand on demande de l’aide il faut au moins accepeter que ceux à qui on a demandé leur point de vue sinon on règle ses problèmes soit même là personne n’aura son mot à dire , comme le dis un proverbe bamanan  » djo son chai , a sé té a minai tchogo la ».

  6. Balla Seye je te donne ma tête à couper que si on organise des élections sans le nord le lendemain ça va faire beaucoup de bruit dans les chancelleries des grandes puissances, et je craigne fort que le MNLA qui n’existe plus ne gagne des points dans leur idée folle d’indépendance contre tous ce peuple du nord qui est contre la repartion de la république,

    Mr: si vous êtes stnaipeur dites à votre patron que votre mission a été échoué,

    Nous ne voulons plus voir votre tronche ici,

    Merci de votre compréhension,

  7. justicequity

    Mr Seye , quand on fait un article on ne réagit pas à cet article comme nous les lecteurs ,les lecteurs réagissent même quand ils n’ont pas bien compris l’article , mais vous je suppose que vous êtes journaliste que vous prenez le temps et c’est comme une balle les précautions sont à prendre avant le tir (publication) , une fois c’est fait il est trop tard, si vous estimez que vous vous êtes fait mal comprendre , tenez en compte dans la rédaction de votre prochain article , au moins le cas de ce Mr permet de se rendre compte du fait que n’importe qui ne peut pas être journaliste , le plus important ce sont les lecteurs peu importe ce que le rédacteur a voulu faire passer comme message , le plus important c’est comment la majorité des lecteurs ont compris l’article avec comme facteur que l’article va se propager de façon exponentielle comme le courant électrique chaque lecteur peut indirectement informé des milliers d’autres maliens.

    • Balla Seye

      C’est ça l’interactivité, Justicequity. J’aime bien. On dit quelque chose, certains disent la chose contraire, on discute, on s’explique, on conteste, on se défend… C’est ce qui permet de susciter le débat et de partager les idées afin d’en tirer quelque chose d’utile. Et je suis très heureux d’intervenir à chaque fois car je vois que beaucoup de Maliens ont des choses intéressantes à dire et s’il faut me faire du rentre dedans pour ça, n’hésitez pas. Cette interactivité est d’autant plus intéressante qu’on n’a pas d’autre plateforme pour débattre. Simplement, il ne faut pas se contenter de critiquer, il faut discuter de manière constructive.

      • justicequity

        Je viens sur ce site pour échanger , mais vous votre travail est de nous informer après chacun retiens ce qu’il veut bien retenir de vos articles , moi quand je fais un commentaire tout au plus c’est quelques lecteurs qui vont le lire alors que vos articles vont être lues par des milliers , voir des millions de d’internautes, ainsi que ceux qui lisent le support papier , comme je l’ai dis je le maintien chacun à sa place , je le pense ça n’engage que moi vous faites vos articles et ça s’arrête là , vos réactions la plupart des gens ne vont pas les lire parce que tout simplement ne lisent pas les commentaires , contrairement à un journal papier vous avez un bon baromètre pour voir si vous vous êtes fait comprendre ou pas .

  8. coulibaly moussa

    Me seye, il faut parler d une seule voix voilà.qui manque au mali car aucun malien n est patriote.
    Toutes les gesticulations que la classe politique malienne mène s est juste pour occuper des postes,
    Les américains, aussi bien que la communauté internationale n a besoin d aucun régime légitime pour nous aider mais c est le comportement des maliens qui laisse à désirer surtout les politiciens.
    Libye, Yémen, Égypte et aujourd’hui la Syrie ce sont bien les américains et la communauté dite internationalequi leur ont fourni les armes.
    Par qui ces comités nationaux ont ils été voté?
    Quel libyen à vote Ahmed Djibril pour qu’ il soit légitimer et qu’ il reçoit l appui de la communauté internationale et même du conseil de sécurité de l onu? À ma connaissance personne
    Notre diocounda national est plus légitime que Ahmed Djibril en son temps car c est notre constitution qui lui donne ce droit et ce libyen n avait pour lui que la force de la cohésion autour d un homme , d un idéal
    Le malien est tout autre, personnel, corrompu, sans idéal et c est cette querelle de tous les jours qui nous mettent en retard et renforcé le doute dans l esprit même de ceux qui veulent nous aider.
    Comment comprendre qu’ après le vote de la résolution, des apatrides du sud veulent marcher et nous demander encore des concertation nationales juste pour assouvir leur rêve de devenir ministre.
    Merci

  9. coulibaly moussa

    Me seye vous vous faites avocat de la minorité touareg dans vos propos, mais les touaregs ne constituent pas plus de 10% de la population demeure état chimérique de l azawad
    Croyez vous que les touaregs sont habilités à parler au nom des autres ethnies du nord?
    Combien de bellas , sonrhai, peulh, haousa, zaarma , arabes sont représentés au sein du mnla?
    Leur rêve c est de prendre en otages ces différentes ethnies si jamais il y aura l azawad car minoritaires qu’ ils le sont ils ne pourront organiser au une élection crédible dans leur zone à même si l on faisait déporter l ensemble des touaregs de la zone au nord mali.l onu en est question.
    Dites nous la base de la légitimité de leur revendication de création d un état, des griefs que le mnla citent pelé mêle contre l état malien.
    En 50 ans d indépendance il n y a aucun touareg qui a vécu continuellement au nord pendant 10 ans de suite au nord du mali et pourtant ils vivent les même conditions climatiques, les même problèmes de développement que les autres ethnies de la région.
    Vous êtes un brillant intellectuel mais la cause touaregs n est en aucun cas défendable.
    Tous ceux qui se réclament responsables de l azawad ont des villas à Alger, nouakchott, et même à Bamako pourquoi ne se sont ils pas investis au nord?
    Le mnla n est qu’ un pion de l Algérie.pour étendre son hégémonie et dicter sa loi au mali.
    Merci

  10. coulibaly moussa

    Me seye je suis désolé il n est écrit nullepart dans cette résolution de négocier, on négocié quoi?
    Il es bien dit d instaurer le dialogue alors cher frère cette confusion de sémantique nous coûtera cher si l on ni prend garde.
    On dialogue pour se comprendre et on negocie pour que chaque partie cède pour arriver à accord.
    Le mali n a rien à céder donc rien â négocier.
    Faites vous parti de ceux qui demandent une concertation nationale?
    Nous l accepterons plus il faut partir de l avant,

  11. Je suis Malien

    Mr Seye; Vous allez etre un nouvel auteur de la division de la classe politique malienne. Il est mieux de s’alligner derrière les elements de la transition, unire tous les maliens qu’aujourd`hui n’ont qu’un SEUL BUT ET UNE FOI: la liberation du Nord. Qu’est ce qui vous fait penser que le nouveau president aurait plus d’appui que DR Diacounda dans la resolution du problème. Comme l’a dit le Ministre des affaires etrangères, il n’est pas acceptable d’organiser des elections sans le Nord, car celui -ci est conscient qu’un pouvoir né d’une election sans le Nord les Nordistes n’obeiraient pas a ce pouvoir et d’ailleurs ils auront plus de raison pour la division du territoire. Le president dechu ; ATT , democratiquement elu n’a pas pu resoudre le problème du Nord avec tout l’appui de la soit disante CI, avec son replit tactique. Alors il n’est pas indispensableles election pour la liberation dur Nord, au contraire, il est indispensable la liberation du Nord pour organiser des elections credible!!!!!!

  12. Maru

    Bonne et heureuse annee a toutes et a tous. Je vous remercie pour vos commentaires qui me paraissent tous bien reflechis.

    Aller aux elections sans la liberation totale de notre territoire, c’est cautionner la partition du pays.
    L’ONU qui a fait cette recommandation dans sa resolution 2085, est la meme organisation qui avait accuse notre gouvernement d’exclusion, de discrimination, d’abandon, d’alienation ou du n’impote quoi a l’egard des touaregs. Et cela sans savoir que ceux qui ont pris les armes ne sont meme pas reconnus dans la communaute touareg.
    Le Mali ne connait pas de racisme,ou de segregation, le vieux Assarid Ambarcaoune l’avait avoue a la rencontre avec l’UE. Donc restons unis.
    Faisons des efforts pour faire confiance a ce gouvernement. Pour eviter des desagreements ou n’importe quelle sorte de tragedie notre gouvernement doit faire des amenagements pour recevoir les populations du Nord sans exception au sud en attendant la fin de cette crise.Dans cette perspective, la mission sera plus facile pour l’armee, car il n y aura pas de confusion pour distinguer un innocent citoyen et un idiot islamiste ou rebelle.
    Je vous jure Me Balla, si nous restons solidaires, en respectant notre fraternite et notre convivialite d’atant la communaute internationale n’aura rien a nous reprocher.
    Cependant pour des questions banales, il y a toujours eu des opposants pour juste le plaisir d’etre opposants ou pour des interets personels. D’autres part, les fous de Kati aussi qui n’ont jamais rate de chance pour maintenir leur ordre bongre ou malgre. Ce sont ces genres d’agisements qui nuissent a la credibilite de notre gouvernement. Sans quoi nous avons un president et un gouvernement en place conformement a notre constitution, alors quel est le probleme. Les pays qui soutiennent qu’ils ne peuvent pas cooperer avec ce gouvernement, c’est parcequ’ils ne voient pas de ressource chez nous qui pourra leurs motiver. C est tout.
    Je ne suis pas pour le depart a la guerre a l’improvis, il faudra bien se preparer en prenant surtout des mesures de securisation des citoyens, toutes races confondues. Je preconise une relocation de ces populations. En plus de cela , au moment de la guerre il faudra lancer l’assaut ensemble avec tout allie qui est pret a nous aider. Il ne faut pas envoyer notre armee toute seule, en eperant solliciter l’aide de nos allies en cas de besoin, c’est une strategie irrationnelle basee seulement sur l’orgueil. Nous avons aide les autres a leurs moments diificiles et c’est a notre tour d’accepter leurs aides. Toute armee prete a participer doit etre la bienvenue aux cotes de la notre. L’union a toujours fait la force, et elle nous epargeradans ce cas-ci beaucoup de ressources humaines et materielles.
    Merci
    Merci

  13. moune

    …………M.SEYE, il faut peut être modifier le titre de votre article pour éviter la confusion. Je viens de le lire et je vous fait comprendre qu’on a beau elire un président, ce dernier n’aura pas plus de pouvoir que DIONKOUNA car, le pouvoir est entre les mains des militaires actuellement qu’on le veut ou pas. La majorité des maliens ne pensent qu’à la libération du NORD d’abord et ne sont pas hostiles à ce gouvernement de transition actuel qui est d’ailleurs aussi légitime car, c’est notre constitution qui l’a prévu.Le moment doit être à l’unité entière de tous les maliens derrière DIONKOUNDA et non de s’entêter à dire qu’il faut les élections avant la libération du NORD. Nous manquons de patriotisme au MALI et c’est là notre problème. Tout résume dans le fait que nous n’arrivons pas à manifester notre solidarilité envers ce gouvernement qui n’est là que pour un petit temps. Ce petit temps représente pour certains avides du pouvoir et qui ont participé à la destruction de notre pays, une éternité. Si nous sommes tous derrière ce gouvernement de transition, la communauté internationale n’aura pas le choix, elle nous suivra.

  14. Balla Seye

    J’ai bien lu les différents commentaires et remercie les uns et les autres pour leur avis. Cependant, beaucoup sont entrain de me faire dire ce que je n’ai pas dit. J’ai dit qu’il fallait élire un Président légitime pour répondre en notre nom. J’ai dit aussi que les électeurs du Nord doivent pouvoir voter comme tous les autres Maliens. C’est à nous de réfléchir pour trouver un moyen de prendre en compte leur suffrage. Comment peut-on parler de guerre quand on sait quand elle commence et qu’on ignore quand elle prendra fin, étant entendu que ce n’est pas une guerre comme les autres, mais une guerre contre les terroristes qui ne restent jamais sur place et qui n’hésiteront pas à faire sauter des bombes dans les grandes villes pour répondre aux attaques. Pire, si notre armée y va, il y aura un véritable génocide car elle voudra venger ses nombreuses pertes et les Touaregs dans ces régions vont fuir dans les pays voisins et y créer le chaos. Ce sera le sauve-qui-peut dans la sous-région avec ses lots de désolations, de massacres… Vous pensez que l’Algérie avec ses 50.000 Touaregs va nous regarder faire ? Et la Mauritanie, elle va accepter qu’on massacre ses cousins ? Et les Américains, vous pensez qu’ils vont tolérer un génocide comme celui-ci qu’il y a eu au Ruanda et pour lequel ils s’en veulent de ne pas avoir réagi à temps ? Je pense qu’à un moment ou un autre, il faut arrêter de débiter des conneries pour le plaisir de les dire. Il faut faire la distinction entre le MLNA et Ansar Edine d’une part, et les terroristes et narcotrafiquants de l’autre. Les premiers sont composés essentiellement de Maliens qui ont revendiqué certains droits et qui ont commis des crimes horribles. Ils doivent répondre de leurs crimes mais ils doivent également être écoutés dans leurs revendications. Les seconds doivent être combattus et boutés hors de notre territoire. Mais pensez-vous que notre armée saura faire la distinction ? Croyez-vous que si nous nous lançons dans une guerre sans merci comme le préconisent certains, on en verra un jour la fin ? Je suis sûr que si nous déclenchons aujourd’hui une guerre, ce serait très maladroit. Les bailleurs de fonds ne vont pas venir et vu que nous n’avons pas grand-chose, comment ferons-nous pour vivre ?
    Par contre, si on élit un Président, celui-ci sera notre représentant légitime et il pourra dire au monde entier ce que veulent les Maliens. Ce n’est que dans ces conditions et uniquement dans celles-ci que la Communauté internationale daignera nous accorder du crédit et mettra tout en œuvre pour nous aider à résoudre la crise. Et s’il faut faire une guerre après, elle sera à nos côtés pour le faire. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.
    Notre frustration est grande, mais ce n’est pas une raison pour dire qu’il faut d’abord faire la guerre et penser aux élections après. On ne sait pas quand la guerre prendre fin et beaucoup risqueront d’avoir l’air bête si dans 4 ou 5 ans, quand nous nous trouvons encore dans la transition. Mon article n’a d’autre but que celui de lancer le débat au lieu de subir en restant des acteurs passifs. Aussi, merci pour vos avis et positions. Ça fera avancer les choses.

    • Amour Maliba

      Maite balla Seye, J’essaiye moi de vous comprendre mais de monpoint de vu vous vous tromper. Je vous dis une chose c’est qu’il faut pas aveuglement croire au Mots de la communaute internationale et cesser d’etre fataliste que nous ne pouvons rien faire sans l’aide de la CI. Ce sont des piege et l’histoire du Soudan et le tout nouveau Su Soudan est l’illustration parfaite. La communaute Int veut seulement que l’on cautionne le Mali sans le territoire nord meme si les gens du nord voterons. Il s’agit ici du territoire et pas les hommes. Si c’etait a cause des hommes, la minorite touareg au NordMali n’allait pas revendiquer une independance d’un territoire dans lequel ils sont minoritaire. Bref il faut qu’il yaient des urnes places dans les grandes villes du nord pour que l’on puisse parler d’election.
      Moi j’essaie de faire reflechir les gens a chacune de mes interventions. Croyer vous que ces pays qui CI ne sont pas derriere la rebellion au Nord Mali?, en RCA, en RDC, au Soudan? Qui fabrique les armes?, comment ils sont livres a nos rebelles dans des zones tres difficile a atteindre pour le commun des mortelle? Qui est ce Africain qui aura les grands moyens et se priver de sa belle vies pour acheter les armes. Regardser en RCA, c’etait le meme cas on a calmer les gens en laissant les rebelles sur leur territoire non desarmee. Voici dis moi qui les a rearmee et finance? C’est pas un richard africain, c’est eux cette CI. Reflechisser bien pour le cas du Mali. Qui fait vivre les deserteur du gouvernement et de l’armee?? Avec leur salaire malien ils se palignaient maintenant qu’ils ne travaillent pour personne ils sont toujours dans les avions. Qui leur loge et lur fait nourrir et voyage???. Reflechisser bien. Poser ces questions aux ambassadeur des grandes puissances et vous verrer qu’ils seront genes. Dis moi malgre toute leur tevhnologie, ils ne sont pas au courant de la livraison de millier je dis bien de millier d’armes au Nord Mali ( enclave), aux rebelles du MP23 en RDC, aux rebeelles de RCA. Maittre essaie seulemnt de te procurer une arme a partir de ces pays frauduleusement, on verra ton nom dans tous les journaux mais des millier d’armes sont livres a partir de leur usine aux soient disant terroriste et eux ils ne voient pas cela.
      Mon maitre, les usines pour eux doivent tourner et c’est ca l’enjeu, ils ne nous aiderons point comme tu l’entend meme avec un president elu.
      Restons sur notre position, pas d;election sans le nord (territoire) sinon nous cautionons ce qu’ils veulent (separation). Je le repete les grandes puissance ne pensent qu’a leur interet. C’est pas pour rien que Elbechir a chasse l’ONU. Ne croyer pas aces gens. Encourageons plutot notre armee a se battre et les vraie amis (Russie ou Chine) plus sincerre peut etre pourrons nous aider.

    • abk

      Vous avancez l’idee de genocide en oubliant parfaite
      ment que nous avons toujours au sein de l’armee des touaregues.
      Comme strategie, il faut justement negocier avec le mnla et ancar dine, cela minimisera les risques de derapage d’une eventuelle opetation militaire. Ensuite, on va reconquerir les principales villes du nord, ramener l’administration, organiser des elections aux quelles tout le monde va participer.
      Car n’oublier pas que les cadres mnla, ancar dine doivent aussi se presenter pour etre maires, deputes ou autres… cela renforcera l’unite et la paix entre maliens.

    • moune

      ………..M.SEYE, il faut peut être modifier le titre de votre article pour éviter la confusion. Je viens de le lire et je vous fait comprendre qu’on a beau elire un président, ce dernier n’aura pas plus de pouvoir que DIONKOUNA car, le pouvoir est entre les mains des militaires actuellement qu’on le veut ou pas. La majorité des maliens ne pensent qu’à la libération du NORD d’abord et ne sont pas hostiles à ce gouvernement de transition actuel qui est d’ailleurs aussi légitime car, c’est notre constitution qui l’a prévu.Le moment doit être à l’unité entière de tous les maliens derrière DIONKOUNDA et non de s’entêter à dire qu’il faut les élections avant la libération du NORD. Nous manquons de patriotisme au MALI et c’est là notre problème. Tout résume dans le fait que nous n’arrivons pas à manifester notre solidarilité envers ce gouvernement qui n’est là que pour un petit temps. Ce petit temps représente pour certains avides du pouvoir et qui ont participé à la destruction de notre pays, une éternité. Si nous sommes tous derrière ce gouvernement de transition, la communauté internationale n’aura pas le choix, elle nous suivra.

  15. issa2

    Toute position intention ou interpretation a une rationelle comme on peut voir la rationnalite de notre docteur c’est la fuite en avant pour plaire a sa communaute internationale.
    Triste de voir le manque de conscience prendre le dessus sur la souverainete.
    Triste de voir le mepris politique prendre le dessus sur patriotisme.
    Ce raisonnement revele d’un esprit de colonise la ligne directrice qui le conduit n’est pas celle du Mali.
    Il nous faut un homme comme Samory pour diriger note peuple ais surtout il faut nous eloigner des erudits et des “savants » du raisonnement qui ont des priorites etrangeres.

  16. justicequity

    l’absurdité réside dans le fait que des élections pour juste mettre en place un gouvernement plus légitime que l’actuel vous pose un gros problème alors que celui à la base de la perte de deux tiers du territoire en quelques heures sans combats dirige encore le pays ne semble pas choquer beaucoup de monde.
    2/3 du pays occupé mais 70% des maliens vivent en zone libre après tout l’occupation du nord n’a rien changer dans le manière dont ceux du sud vivent il y a actuellement des concours de la fonction publique à l’échelle nationale (1/3 du pays) avec plus 1500 postes à pourvoir alors que 2/3 du pays est occupé n’est ce pas de fait la preuve qu’on peut faire les élections sans le nord , car le problème de l’emploi intéresse 1000 fois plus les gens vivants au nord que les élections comme on a coutume de le dire chaque travailleur malien fait vivre 10 personnes , le taux de participation aux élections ne dépasse guère les 15% alors que pour un emploi on aura au moins 90% de ceux que ça concerne , ce qui intéresse les gens du nord qui l’emploi on le fait sans eux alors que les élections dont la plupart se foutent royalement avec un très faible taux de participation on ne veut pas le faire sans eux , quelle contraste alors ceux qui veulent pas d’élections sans le nord j’attends vos arguments.
    Pour que les internautes qui ne vivent pas au Mali se rendent compte de la crise de l’emploi au Mali , pour le concours des secrétaires de direction plus de 1500 candidats pour seulement 40 postes , par contre apparemment au nord c’est le plein emploi les jeunes n’ont pas besoin de boulot.
    Je signale encore au cas où vous avez la mémoire courte moi j’ai pas encore oublier , les armes qui ont servis de prétexte depuis 8 mois sont en notre possession .

  17. Koumaml

    Mali : Quelle absurdité !!! Élection avant la reconquête du nord : Les prémisses d’une confrontation civilo-militaire au sud.
    Est ce le Président actuel vous dit qu’il n’arrive pas à travailler faute de légitimité ???
    Quelle serait la légitimité d’un président élu, alors que le pays est sous occupation: 2/3 du territoire.

  18. abk

    Docteur en droit, puisque vous le dites, et le droit des populations du nord, des deplacés…. vous faites quoi de leur droit.
    Le seul préalable à la guerre serait de negocier avec le MNLA et Ancar dine (puisqu’ils sont maliens). Après les accords de paix definitive avec ces deux groupes, on pourra lancer la guerre contre les autres qui sont des terroristes.
    Les maliens n’ont pas le coeur aux elections, et surtout ceux du nord et les deplacés se sentiront abandonnés. Le regime qui en sortira vainqueur serra contesté et contestable. Alors je pense qu’il ne faut pas distraire les gens avec des idées qui vont causer plus de problèmes d’avantage.

  19. Smy6

    Vous avez parfaitement raison docteur
    Penser que faire les élections confirmerai la partition du Mali est absurde et sordide, seuls les maliens peuvent décidé de cela.
    Reconnaître que nous n’avons pas les moyens de libérer le nord n’est pas une fatalité, c’est la réalité sinon on allait le faire.
    Perpétuer cette situation confuse et anarchique ne servira qu’a enrichir les putschistes qui continuent a faire de notre pays ce qu’ils veulent et entretenir la crise politique.
    Si nous voulons rapidement libérer le nord il faut mettre fin a cette plaisanterie en faisant les élections.
    certes, faire les élection n’est pas en soit une solution au problème du nord, mais c’est une chance indéniable de faire face à la libération du nord car cela mettra fin aux futilités des politiques liées à la gestion de la transition et aux bavures des putschistes.
    Pour pourront enfin nous consacrer à l’essentiel avec l’aide de la communauté international qui s’avère indispensable.

  20. Smy6

    Vous avez parfaitement raison docteur
    Penser que faire les élections confirmerai la partition du Mali est absurde et sordide, seuls les maliens peuvent décidé de cela.
    Reconnaître que nous n’avons pas les moyens de libérer le nord n’est pas une fatalité, c’est la réalité sinon on allait le faire.
    Perpétuer cette situation confuse et anarchique ne servira qu’a enrichir les putschistes qui continuent a faire de notre pays ce qu’ils veulent.
    Si nous voulons rapidement libérer le nord il faut mettre fin a cette plaisanterie en faisant les élections.
    certes, faire les élection n’est pas en soit une solution au problème du nord, mais c’est une chance indéniable de faire face à la libération du nord car cela mettra fin aux futilités des politiques liées à la gestion de la transition et aux bavures des putschistes.
    Pour pourront enfin nous consacrer à l’essentiel avec l’aide de la communauté international qui s’avère indispensable.

  21. Alvers

    J’esper ke vs etez pa malien parce qu’un Malien ne di jamais ce que vs venez de dire.
    Il fo d’abord liberé le nord priorité numero 1 avant de parler d’election pensé o innocent ki non pa le moyen d kitté le nord d’envoié leurs enfants étudier à Bamako.
    Là où on n actuellement on doit pa du tout parlé d’élection tant ke le nord est sous occupation.Pourquoi n’est pa acheté des armes encor avc l’argent ki va financé les elections ou le donne o gens ki vit o nord.
    Attention attention!Plus jamais ça…

  22. justinloo

    Dommage qu’au Mali des patriotes se targuent sur l’aide extérieur comme indispensable pour la sortie de crise, certes elle est la bienvenue mais pas une fatalité quand on ne la pas. Un président élu sans les 2/3 du Mali, nous ressortissant du nord ne reconnaitrons jamais un tel président encore moins le suivre dans ces efforts de vente du nord Mali car c’est de cela qu’il s agira. :cry: :cry: :cry: :cry: :cry:
    Comment un Dr de son Etat et de surcroit en droit peut raisonné de la sorte? Quelle honte ! Pauvre M A L I B A dire que ce sont là tes défenseurs qui pensent ainsi; QUE DIEU SAUVE LE MALI

  23. aberto

    Dr Seye,vous avez raison election est unique lissue de sortir de la crise nord Mali.

  24. IML

    J’espere que vous lierz mes qlq commentaires!
    Le dogme est ce qui y a de plus dangeureux pour les raisonnements ittéllectuels. Sincèrement il faut sortir du dogme et intégrer les réalités sociologiques du pays. En tant que jusrite vous devez savoir que les élections ne sont pas des panacés. Même en temps de paix, après 4 decenies de democratie, le mali n’est pas encore en mesure d’organiser une simple election minicipale crédible et appaisée! Alors qu’en pensez vous de presidentielles et legislatives? Le budget des élections pourrait être reaffecté aux efforts de la geurre! Quand dites-vous de la constitutionalité de tel processus à l’état actuel des choses?

    Je vous demande de me parler de la constitution malienne! le peuple souverain peut donner la légalité et le légitimité, dont vous reclamez, à la structure actuelle de la transition.

    Le problème du mali est beaucoup plus sa classe politique et que les élections ne sont pas forcement les voies de sortie de crises. Avec cette classe politue, l’issue de tout processus electoral est incertain. Alors gerons un probleme avant d’en ouvrir un autre!

    Merci

  25. diabalika

    Et puis docteur Un rebelle restera tjr rebelle.
    Imaginé que qd nous ont etait tout petit même encore au lycée on appelait les tourègues rebelle. donc ce n’est pas grave de les éliminer pour qu’on puise retouvé la paix définitive.
    Que le tourègue ou tamacheque qui ne se sent pas rebelle qu’il vient au sud et rapidement sinon hein il n’y-aura pas de long calcul dè.
    salamalecum!!!!!!

  26. diabalika

    Mais mr BALA, ce que vous devrez comprendre c’est que le malien aujourd’hui est allergique au mot élection.
    En organisant ces électons avant la réconquêtte vous ne fairais que deplacé le problème car les problèmes politiques au sud ne vons jamais finir et on ne pourra plus allé reconquerire le nord.
    D’aileur je ne suis pas d’acore avec votre reflection docteur. je veus la guerre comme tout bon malien.