Temps Forts >
Nouvelle réunion entre la médiation et la CMA sur fond de tensions dans le nord

Nouvelle réunion entre la médiation et la CMA sur fond de tensions dans le nord ... (5)

IBK, un symbole de la politique africaine  de Hollande sous le regard des juges anti- corruption

IBK, un symbole de la politique africaine de Hollande sous le regard des juges anti- corruption ... (19)

Les rebelles détiennent 19 soldats

Les rebelles détiennent 19 soldats (17)

Ber : des échanges de tirs aux armes lourdes entre les FAMAS et CMA

Ber : des échanges de tirs aux armes lourdes entre les FAMAS et CMA ... (7)

il y a 2 années
 Le Républicain

Transition malienne : Environ 400 jeunes marchent pour soutenir le gouvernement

Decrease Font Size Increase Font Size Taille Police Imprimer

Pour manifester leur indignation face à la résolution de la crise, qu’ils estiment laissés aux mains des étrangers, les membres de l’Association pour le développement de l’Afrique (ADA) ont organisés le samedi 1er décembre 2012 une marche pacifique de protestation. Cependant tout portait à croire que cette manifestation a été initiée pour  soutenir le gouvernement de Cheick Modibo Diarra.

Partie de  la bourse du travail, la marche a pris fin au monument N’Kwamé N’Krumah, non sans avoir passée par la place de l’Indépendance.

Ce sont environ 400 personnes, pour la plus part des jeunes, pour ne pas dire des enfants,  qui ont pris part à cette marche qui visiblement soutenait le Premier ministre Cheick Modibo Diarra.  Entourés d’un important dispositif de sécurité composé des éléments de la police, de la garde et de la gendarmerie, le tout sous la supervision des éléments de la protection civile, les marcheurs apparemment n’étaient pas convaincus de leur action. Qu’à cela ne tienne, ils ont quand même chanté l’hymne national du Mali, une fois arrivés au monument N’krumah. Fousseyni Diallo, membre de l’ADA,  a lu la déclaration de soutient  au gouvernement malien. Selon lui, ce gouvernement est confronté à des difficultés dues aux fausses informations et à la mauvaise volonté de quelques individus qui ne voient que leurs profits personnels. A l’en croire, la souveraineté du Mali est entrain d’être ébranlée sur l’arène politique régionale et sous régionale. « La jeunesse malienne manifeste son indignation quant à la résolution de la crise institutionnelle en dehors du Mali », a déclaré Fousseny Diallo. Avant d’ajouter  qu’aucune communauté ne pourra faire le Mali à la place des Maliens. Pour cela, face aux difficultés  alimentaires, sanitaires, scolaires et universitaires du Mali et quand on ajoute à tout cela la crise du nord avec tout le drame humanitaire qu’elle a généré, Fousseny Diallo a invité les maliens à un sursaut national pour la renaissance du Mali. Selon lui, cela n’est pas possible sans l’implication de toutes les forces vives de la nation. 

Aguibou Sogodogo

 

 

 

 

 

L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.