Visite de ATT à Touba : L’artiste Youssouf Diakité, victime d’abus de pouvoir

0
1





Il ne saurait y avoir deux poids deux mesures dans la cité sainte, si les municipales de 2009 avaient été tranchées par lucidité. Mais, gérées pour faire plaisir aux indépendants, tout a finalement basculé créant un climat de méfiance entre les fils d’une même ville. C’est dans ce climat délétère que le Président de la République , très au parfum de la situation s’est rendu à Touba pour le lancement des travaux de construction et de bitumage des quelques 13 km reliant Touba à Banamba. Simple artiste Youssouf Diakité va faire les frais de la barbarie des protégés du pouvoir. Comment et pourquoi ?

                Ce samedi 10 décembre, comme à l’accoutumée, Youssouf à chaque fois qu’il se retrouve à un lieu de rencontre du Président ATT ou de son épouse joue un sketch et puis leur offre un symbole de son savoir-faire.

                Surpris cette fois-ci, n’ayant pas été averti, comme il le soutient, avec bon nombre de citoyens de Touba de l’arrivée du Président, M. Diakité n’a pas réellement préparé quelque chose de très consistant. Ce don lui étant inné, il va concocter un sketch et fait un tableau pour le Président de la République. Après avoir demandé l’autorisation auprès des organisateurs, il sera surpris d’être mis sous surveillance par le gendarme Touré au service de qui, nous ne le savons pas. Pire, selon Youssouf, son désormais garde du corps l’empêche tout mouvement et puis ce sont les jeunes des indépendants qui prennent sa photo comme un vulgaire et la balance entre eux.

                Déçu et dépassé par la tournure des événements, Youssouf ne réagit pas. Il n’a pas voulu gâcher la fête à cause de ATT dont tout Duguwolonwila se réclame. Mais, lorsqu’il a été libéré : "Je ne faisais que recevoir des coups de fil d’indignation de mes frères, amis et connaissances de Bamako, Kinshasa, Brazzaville, entre autres pour me suggérer de porter plainte. Après réflexion, j’ai dit que ce n’est pas encore à l’ordre du jour. Parce que Touré m’a promis de me révéler les raisons de cet acte qu’il a posé. Jusqu’à présent rien."

                Ainsi, dit-il : "Je pense que c’était une manière de m’humilier. Mais, ces fauves, ces gens sans vergogne sont convaincus que je suis puissant, que je suis un homme de Dieu. Donc, il fallait tout faire pour m’éloigner du Président de la République à qui j’avais certainement un message à adresser. Ils prouvent, une fois de plus, leur faiblesse et manque de lucidité pour sortir Touba de la dichotomie dont ils sont les acteurs. J’en appelle alors au Président de la République qu’il s’emploie personnellement à mettre fin à cette tension. Sinon, s’il part laisser cette plaie béante, il aura contribué à détruire chez lui, Touba." 

                Quoi qu’il en soi, ces actes dignes du vieux temps doivent être bannis. Car, M. Diakité soutient : "Le problème, c’est que nous avons fait de Hamadaou Sylla ce qu’il est aujourd’hui. Mais lorsque nous avons jugé qu’il faut changer les choses avec lui, il est parti en solitaire contre la volonté de tout Touba. Pourtant, Moussa Traoré a été arrêté pour la liberté d’expression, la liberté d’organisation, le multipartisme, etc., donc rien ne peut nous intimider pour nous faire dérouter de notre objectif, le développement des 7 villages et du Mali. Sion, depuis sous Moussa Traoré en passant par Alpha Oumar Konaré et puis ATT et sa femme, je joue mes sketches. Je pense qu’un artiste est un éclaireur, un éducateur et non un fainéant ou un vagabond qu’il soit traité comme un malpropre."        

B. DABO

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.