Visite du premier ministre à Paris : Comment éviter les erreurs du passé ?

1 réaction [-] Texte [+] Email Imprimer

Aujourd’hui, tout le monde s’accorde à reconnaitre le dynamisme et surtout l’efficacité de la méthode Cheick Modibo Diarra dans la recherche de solutions des multiples crises que traverse notre pays. Ces crises, il faut le rappeler, sont la conséquence directe d’une gestion irresponsable des affaires publiques par un certain nombre de responsables, de décideurs et surtout de personnalités politiques des différents gouvernements du régime ATT.

Cheick Modibo Diarra

En effet, notre pays, le Mali, s’est effondré à la suite de plusieurs crises qui ont mis en genoux tous les moyens de défense et de développement entre autre la débande de l’armée nationale suite à une gestion calamiteuse du conflit au nord, de la corruption, de l’impunité… et le tout fut couronné par un coup d’état militaire qui renversera toutes les institutions de la république.

Toutes ces crises se passent dans un pays qui ne dispose d’aucune ressource majeure le permettant de résoudre les problèmes immédiats de la population ou simplement encourager des pays amis à venir nous aider pour espérer retombées économiques, comme ce fut le cas du Koweït dans les années 1990.

Et pire, une grande partie du territoire national est occupée par des bandits armés. C’est dans ce contexte d’extrême gravité, que Cheick Modibo Diarra a été sollicité, non pas pour son appartenance ethnique ou plutôt la grosseur de son portefeuille, mais pour la richesse de son CV, et surtout la qualité de son répertoire.

En plus, en tant que personnalité de consensus pour sortir notre pays de l’impasse mais aussi et surtout le ramener dans le concert des Etats fréquentables. «Il est bon de rêver et d’avoir la tête dans les étoiles, mais il est aussi important de garder les deux pieds sur terre», dit l’adage.

Les Maliens, pour la plupart, semble aujourd’hui oublier cette notion de sagesse, car s’il est important de récupérer les régions occupées du Nord, il ne faut guère oublier que la vie doit reprendre dans ces mêmes régions, que l’administration doit y retourner, et surtout que chaque centimètre carré de ces régions devient sûr et sous contrôle de l’armée nationale. Et cela ne peut se faire sans une certaine sérénité à Bamako, la capitale, et surtout entre les décideurs, les hommes politiques, et les leaders de la société civile et religieuse.

Mais hélas, certains de ces hommes politiques, de la société civile et religieuse semblent oublier que ces crises sont la conséquence de leur gestion collégiale des affaires publiques, car Cheick Modibo Diarra n’était pas au mali durant les dix (10) dernières années. Alors pourquoi s’en prendre à lui pour les résultats aujourd’hui ?

 Cheick Modibo Diarra a-t-il échoué ?

Depuis son arrivée à la primature, Cheick Modibo Diarra, passe le plus clair de son temps sur les routes du monde pour rencontrer, échanger, chercher de l’aide afin d’éviter les erreurs du passé. En effet, ces erreurs ont consisté l’isolement du Mali entre les mains des forces armées de plusieurs armées terroristes financées et dirigées par certaines puissances économiques.

Le refus des voisins directs du Mali de mener un combat commun contre les groupes armés prouve à suffisance cette erreur du passé. Face donc au résultat des différentes missions de Cheick Modibo Diarra à travers le monde pour relancer le Mali dans tous les domaines, nous pouvons dire sans risque de se tromper que le PM n’a pas échoué dans sa quête de relancer le Mali, de mobiliser tout le monde entier pour la cause du Mali et afin de sortir le Mali de cette impasse sociopolitique et sécuritaire.

 Pourquoi le dialogue est inévitable ?

D’aucuns, par la faute et la responsabilité desquels le Mali est tombé entre les mains des rebelles, pensent pouvoir précipiter une aventure militaire au Nord par des critiques et des fausses informations sur la méthode Diarra ou sur l’armée nationale.  Ils parlent de la guerre et de la récupération des régions nord occupées comme si la guerre est un jeu d’enfants ou on peut le faire à tout moment.

Il est nécessaire de comprendre la complexité de la situation au Nord de notre pays, car parmi les bandits armés se trouvent des maliens. Si le dialogue aboutissait sur les bases précises comme expliquées par le PM (l’intégrité du territoire, laïcité de l’état..), les maliens engagés au Nord entre autres les responsables et autres éléments du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA) et Ançar-dine seront jugés et condamnés comme prévus par la constitution. S’ils doivent être pendus, fusillés pour les actes posés, ils le seront. Et cela éviterait une guerre entre maliens qui couterait des deux cotés des pertes en vies humaines et surtout une conséquence économique sans précédent.

Enfin pour une énième visite à travers le monde pour plaider la cause de notre pays, Cheick Modibo Diarra s’est rendu à Paris le début de la semaine. L’objet de cette visite était encore sur la  crise malienne d’une manière générale, mais sur ses aspects politique et militaire en particulier. Comme pour dire que la politique de la carotte et du bâton, peut aller de paire, mais à condition de savoir déchiffrer les signes des étoiles.

Abass BA

 
SOURCE:  du   28 nov 2012.    

Une Réaction à » Visite du premier ministre à Paris : Comment éviter les erreurs du passé ?

  1. el diablo de sika

    Va te faire voir mn type. Ne nous raconte pas des salades. Ki est aveugle? On voit c ki se passe en longueur de journée o Mali. CMD a fait bcp d’erreurs prkoi tu refuse d faire des analyses claires? Si on donne un peu à vous les journalistes, vous changez de couleur comme des cameléons. S’il te plait arrete de distraire le monde. OK!!!!