Insécurité grandissante : Minusma sur la sellette

14

L’accord de coopération et de soutien (logistique et renseignement) aux forces armées que la mission onusienne a récemment signé avec le gouvernement ravive les débats au sein de l’opinion nationale. La grande majorité des Maliens mettent fortement en cause l’utilité des Casques bleus. Et pour cause… L’insécurité a migré du nord au centre, voire même au sud du pays. Aujourd’hui, sur toute l’étendue du territoire, les attaques et embuscades se succèdent à un rythme infernal, avec leurs lots de victimes civiles et militaires.

Toutes ces attaques, avec mort d’hommes et dégâts matériels, se font au nez et à la barbe des forces de la Minusma, si elles n’en sont pas elles-mêmes les cibles. Pourquoi la Minusma ne lutte pas efficacement contre ces terroristes qui écument le nord du Mali et au-delà ? S’interrogent bon nombres de Maliens. « Cela ne relève pas de leur mission », répondront les responsables de la mission onusienne. D’où ces voix qui s’élèvent de plus en plus pour décrier la présence de cette mission et demander son départ pur et simple. Quelle mission est-elle assignée à la Minusma ? Que dit son mandat ? Celui-ci est-il compatible avec la réalité du terrain ? Revue d’un mandat qui pose visiblement problème.

Les casques bleus des Nations unies ont atterri dans notre pays pendant la Transition, plus précisément après que l’opération Serval eut  sauvé le pays en chassant du territoire la meute de terroristes. Au fil du temps, le mandat de la Minusma évolue et s’étoffe. Ainsi, par l’adoption de la résolution 2164 du 25 juin 2014, le Conseil a décidé d’axer le mandat de la Minusma sur des tâches prioritaires : la sécurité, stabilisation et protection des civils, l’appui au dialogue politique national et à la réconciliation nationale, ainsi qu’à l’appui au rétablissement de l’autorité de l’État dans tout le pays, à la reconstruction du secteur de la sécurité malien, à la promotion et la protection des droits de l’homme, et à l’aide humanitaire.

 Tâches inutiles ?

En fonction de l’évolution de la situation politico sécuritaire, d’autres  résolutions viendront  déterminer les tâches spécifiques assignées aux casques bleus de l’ONU présents au Mali. En effet, par la résolution 2227 (2015), puis par la résolution  2364 (2017) prolongeant la mission   jusqu’au 30 juin 2018. Le Conseil de sécurité a décidé que les tâches prioritaires de la MINUSMA étaient les suivantes :

a) Sécurité, stabilisation et protection des civils, c’est-à-dire notamment, « appuyer les autorités maliennes, stabiliser les principales agglomérations, notamment dans le nord du pays, et, dans ce contexte, écarter les menaces et prendre activement des dispositions pour empêcher le retour d’éléments armés dans ces zones »; et « étendre sa présence, notamment grâce à des patrouilles de longue portée, dans la limite de ses capacités, dans le nord du pays, au-delà des principales agglomérations, et en particulier dans les zones où les civils sont en danger »; et « renforcer sa coordination opérationnelle avec les Forces de défense et de sécurité maliennes, dans les limites de ses moyens et dans ses zones de déploiement »

b) Appui au dialogue politique national et à la réconciliation nationale, ce qui implique notamment de « se coordonner avec les autorités maliennes et les aider à engager un processus de négociation crédible et sans exclusive ouvert à toutes les communautés du nord du Mali », d’« user de ses bons offices et de mesures de confiance et d’encouragement aux niveaux national et local pour prévoir, prévenir, atténuer et régler tout conflit, y compris en renforçant les capacités de négociation et en favorisant la participation de la société civile, dont les associations féminines »; et d’« appuyer le cantonnement des groupes armés » ; mais aussi de « concourir, dans la mesure du possible et du nécessaire et sans préjudice des responsabilités des autorités maliennes, à l’action que celles-ci mènent en vue de traduire en justice ceux qui ont commis au Mali des violations graves des droits de l’homme ou des atteintes graves à ces droits, ou des violations »

c) Appui au rétablissement de l’autorité de l’État dans tout le pays[à la reconstruction du secteur de la sécurité malien, à la promotion et la protection des droits de l’homme, et à l’aide humanitaire, ce qui signifie notamment : « aider les autorités maliennes à étendre et rétablir l’administration de l’État dans tout le pays, en particulier dans le nord, conformément à l’Accord préliminaire de Ouagadougou et à l’accord de cessez-le-feu du 23 mai 2014 »; « accompagner les efforts nationaux, et coordonner les efforts internationaux, visant à rebâtir le secteur de la sécurité malien […] ainsi que les secteurs de l’état de droit et de la justice, dans les limites de ses capacités et en étroite coordination avec les autres partenaires bilatéraux, donateurs et organismes internationaux menant des activités dans ces domaines, dont l’Union européenne » ; et « contribuer à créer les conditions de sécurité indispensables à la mise en œuvre de projets visant à stabiliser le nord du Mali ».

Le nouveau mandat de la Minusma adopté  le 29 juin  dernier par la résolution  2364  à l’unanimité pat le conseil de sécurité des Nations Unies  est presque identique à la précédente. Le plafond de troupes déployées  reste  inchangé avec 13000 casques bleus et 1920 policiers. La mission garde pour mandat  essentiel la mise en œuvre des accords de paix  mais elle devra maintenant appuyer la force G5 et les forces armées maliennes. Elle devra aussi, sur recommandation du secrétaire général, appuyer le redéploiement des forces de sécurité maliennes sur l’ensemble du territoire pour réinstaurer l’autorité de l’Etat.

 Tout sauf l’essentiel…

Il était bon que l’opinion sache le mandat intégral de la Minusma afin de se faire une idée plus précise sur l’intérêt ou non de sa présence au Mali.

Dans ce chapelet de tâches, on constate que la Minusma est impliquée dans la gestion de tous les domaines de la vie nationale si elle ne se substitue purement et simplement à l’Etat, aux collectivités, aux partenaires techniques et financiers et aux populations.

Mais, nulle part dans le mandat, il n’est fait cas formellement de la lutte contre le terrorisme.

Or, le plus grand problème auquel le Mali est confronté aujourd’hui, à l’instar des pays de la bande sahélo-saharienne et au-delà, c’est la percée du terrorisme et du djihadisme.

Certes, les défis du développement, de la sécurité alimentaire, des infrastructures sociales de base (santé, éducation, eau et électricité…) se posent ; mais tous sont liés à la résolution des défis de la paix et de la sécurité.

Le Mali n’a jamais été aussi découvert sur le plan sécuritaire que maintenant. Il ne se passe quasiment plus de semaine sans que des populations civiles innocentes ou des éléments des forces armées maliennes ne meurent, victimes d’actes terroristes isolés ou de grande envergure. Alors que le territoire est quadrillé et peuplé de forces étrangères.

A quoi servent ces forces-là ? Absolument à rien, sinon qu’à attirer des ennuis au pays et aux populations.

En réalité, les terroristes et les djihadistes n’en veulent pas, à proprement parler, aux populations civiles, mais plutôt aux forces étrangères et aux ressortissants occidentaux ainsi qu’aux militaires maliens. C’est pourquoi, la plupart des attaques et attentats sont orientés vers eux, les civils n’étant que des victimes collatérales.

Ce qui fait croire que le mandat de la Minusma ne reflète aucunement la réalité du terrain, caractérisée par la présence des terroristes, qui cohabitent avec les Casques bleus.

Pourquoi ne pas étendre le volet « Protection des civils et stabilisation » du mandat de la Minusma à la lutte contre le terrorisme ? Pourquoi ne pas permettre aux Casques bleus de traquer les djihadistes jusque dans leurs derniers retranchements ? Pourquoi ne pas donner carte blanche aux militaires de l’ONU d’aviser en fonction de la situation qui se présente ? Pourquoi ne pas instruire à la Minusma d’agir, non pas sous l’autorité, mais sous les directives des autorités sur les questions sécuritaires globales ?

Même le laisser-aller qu’engendreraient ces questions vaudra mieux que l’état actuel du mandat de la Minusma sur lequel celui-ci n’a réalisé quasiment aucun volet. D’où l’interrogation légitime des Maliens : A quoi sert la Minusma ? Ou, pour être plus précis, la Minusma sert qui ?

 La Minusma songe avant tout  à se protéger elle-même

Les populations maliennes dénoncent l’inaction des forces de l’ONU face aux attaques quotidiennes qu’elles subissent. Elles accusent la Minusma de veiller avant tout à la protection de son personnel, plutôt qu’à celle des populations. « Allez voir les camps de la Minusma, tous barricadés avec des tonnes de sables. Les soldats ne sortent que pour se ravitailler ou pour mener quelques actions ponctuelles avec tous les moyens dont ils disposent », tempête un jeune. « A Bamako, tu ne peux pas passer devant une base de la Minusma sans être contrôlé. Et la population civile pour laquelle elle est là ? », s’insurge  Hamza Touré, une voisine  d’un camp de la mission de l’ONU à Bamako. Elle s’offusque des sommes colossales  dépensées par la mission onusienne  pour sa propre protection plutôt que celle des populations. Pour elle, la mission de l’ONU peut plier bagage.  “On ne voit vraiment pas l’efficacité de la Minusma “, estime-t-elle.

Comme elle, beaucoup de Maliens ont le sentiment que la Minusma ne veut point affronter le danger.

En clair, la mission onusienne est sur la sellette !

 

Mémé Sanogo

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

14 COMMENTAIRES

  1. “La grande majorité des Maliens mettent fortement en cause l’utilité des Casques bleus. Et pour cause… ”

    Et TOUS les observateurs extérieurs, Africains comme occidentaux, mettent fortement en cause la dramatique INCAPACITE des forces maliennes dans cette crise…. ET POUR CAUSE!!!!!!!!

    PS: Et c’est d’ailleurs du fait de cette honteuse incapacité justement, que ces mêmes forces étrangères sont OBLIGEES de rester chez nous pour l’instant par crainte que le Mali ne redevienne en quelques jours LE SANCTUAIRE TERRORISTE de tout le continent!!!

  2. “Insécurité grandissante : Minusma sur la sellette”

    C’est amusant (mais DESOLANT serait plus juste, le nombre phénoménal de titres de ce type, alors que, je vous le rappelle, on parle de NOTRE PROPRE sécurité sur NOTRE PROPRE SOL et dans NOTRE PROPRE pays!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Ici c’est “la MINUSMA sur la sellette!”…
    Ailleurs c’est “Mais que fait donc Barkhane?”
    Avant c’était “mais à quoi sert donc SERVAL? etc etc etc etc.

    Or “curieusement”, et bien qu’il s’agisse encore une fois de NOTRE PROPRE SECURITE sur NOTRE PROPRE territoire, on ne voit nulle part fleurir les interrogations du type: “POURQUOI SOMMES-NOUS NOUS MEMES INCAPABLES D’ASSURER NOTRE PROPRE SECURITE?”

    Ou encore “POURQUOI NOS PROPRES FORCES ARMEES NE SONT MEMES PAS CAPABLES JUSQU’A AUJOURD’HUI D’ASSURER LEUR PROPRE SECURITE, JUSQUE DANS…..LEUR PROPRES CAMPS”?

    Les grandes diatribes vengeresses à 2 balles du style “la minusma sur la sellette” ou autres “Barkhane ne sert à rien”, ne peuvent satisfaire que nos esprits LES PLUS LIMITES, aussi nationalo-vaniteux que grandes gueules! (Et Dieu sait qu’ils ne manquent pas chez nous!)

    Sans même parler de sécuriser le territoire et les populations, nos propres forces armées hélas risibles sur le plan militaire ne sont mêmes pas capables (toujours hélas!) de se sécuriser ELLES-MEMES (!…), et une frange de cons nationalo-arrogants se permettent de “juger” (LOL) de l’efficacité militaire des forces armées étrangères chez nous!!!

    Pitié… A défaut de devenir ADULTES, que nos grands juges “des autres et de l’action des autres!” aient au moins……………le sens du RIDICULE!

  3. Hum! faut pas s’attaquer aux “autres”. Ce sont les forces des Nations Unies qui suppleent a nos forces au Nord et qui maintiennent le Nord dans le “giron ” du Mali. Notre armee etait supposee pouvoir se defendre et defendre le Centre. Malheureusement, IBK pense que gerer un pays, c’est jouir et jouir encore des avantages et laisser la “direction du pays aux “autres”

  4. comrades is this a game of “let see how stupid Buntu (negroid) leader of Mali will be”. It is clear MINUSMA mandate is everything ECOWAS was accomplishing in its assistance to troops of Mali. AZAWAD terrorists/jahadists was not driven out by France. If they were driven out AZAWAD terrorists/jahadists activity now going on in Mali would not be going on. Once again IBK incompetent plus sycophantic leadership is culprit along with insanely jealous plus incompetent military generals of Mali. It is a shame beyond belief such good troops Mali possess are unable to find within Mali great leadership they experienced under ECOWAS. Troops of Mali under ECOWAS effectively drove AZAWAD terrorists/jahadists away from central Mali plus would have driven them out of Mali if IBK had not at Malian military generals request employed actions having ECOWAS to leave in favor of France plus incompetent Malians generals leading Malian army. Since ECOWAS have left Malian troops constantly experience murderous attacks by AZAWAD terrrorists/jahadists. Now IBK government point “finger” at MINUSMA for not fulfilling its mandate of to bring Security plus Order first in its actions in Mali. Well MINUSMA is only following in IBK “footsteps”. IBK promised to lead government of Mali in best interest of people of Mali but have done everything except that from his first day in office as president. If IBK led in best interest of people of Mali ECOWAS military leadership would not have been removed from Mali unto AZAWAD terrorists/jahadists who are now so effectively killing Malians were dead or out of Mali. Instead battle rages on with AZAWAD terrorists/jahadists on both sides of fight clearly winning. Very much sincere, Henry Author (people of books) Price Jr. aka Obediah Buntu IL-Khan aka Kankan aka Gue. translationbuddy.com

  5. Alors, si ces pédés n’ont pas pour mission de combattre les djihadistes, quelle est donc la mission qui leur est assignée? C’est pour croiser les bras et se laisser niqués par l’ennemi? Si c’est pour être là, en spectateur de leur propre mort, qu’ils se suicident alors. Dans tous les pays où ils interviennent, les forces de l’ONU n’ont jamais servit à quelque chose. Ils assistent sans intervenir aux crimes les plus odieux, ne se contentant que de comptes rendus macabres . Si c’est de cette manière qu’ils se comportent, ils risquent fort de laisser leurs couilles au Mali, en souvenir pour les putes et des cabarets, qui sont leurs seules préoccupations dès la nuit tombée. Et dire que ces enfoirés sont là pour sécuriser les populations. Rien que des pédés, ces salopards de la Minusma. Ils sont très bien payés à ne rien foutre. Si les soldats Maliens avaient un traitement égal et les armes qu’il leur faut, personne n’allait avoir besoin de ces Gor djiguen de la Minusma. En plus, ces pédés se font descendre tous les jours, mais insistent dans leur croyance idiote d’impartialité. Et pourquoi ils sont là, si c’est pour être impartial? Personne ne comprend rien à l’affaire de cette Minusma bien plus nuisible qu’utile. Si leur mission n’est pas de se battre, qu’ils sécurisent au moins les villes et villages qui sont abandonnés à la merci des djihadistes. Comment comprendre, que plus de quinze mille hommes soient présents sur le sol Malien, et que des citoyens se font descendre comme des mouches, sous les yeux des éléments insensibles de la Minusma? Qu’on leur retire donc leurs armes, et les affecter aux forces Maliennes, vous verrez la montée en puissance des Famas. Malheureusement, ils se battent avec des lance-pierres et des bâtons en guise de fusils, contrairement aux pédés de la Minusma mieux équipés.

  6. Plus les Maliens prendront les choses en main, plus le Mandat de la MUNISMA s’écourtera !!! Alors la tâche nous revient intégralement, avant la Munisma le centre était contrôlable pourquoi il ne l’est plus?
    L’administration laisse du terrain, les forces de securité laissent du terrain et la nature a horreur du vide. d’autres les occuperont comme c’est le cas aujourd’hui!!!!!
    Les terroristes sont a moto alors donnez des moto aux militaires, ils se fondent dans la population alors infiltrez des hommes dans la population!

    • Berg
      “avant la Munisma le centre était contrôlable” LOL LOL LOL LOL LOL LOL LOL LOL LOL LOL LOL

      Je pense bien!
      On y faisait même des campings pour les touristes tellement c’était “tranquille”! LOL LOL LOL

      …avant la Minusma! LOL LOL LOL

  7. il faut rappeler que la Minusma est censée appuyer l’armée malienne …
    mais comme IBK n’aime pas l’armée et s’en méfie, par peur d’un coup d’état, la Minusma se retrouve seule dans certaines zones, sans en avoir ni les moyens, ni a mon avis la volonté …

    rappel : environ 150 morts du coté de la Minusma …

    pourquoi des soldats étrangers devraient risquer leur vie pour un pays qui ne les respecte pas ou les considère comme des supplétifs ?

  8. Quelle naïveté de croire que ce sont les autres qui viendront faire le job à notre place. Fanfaronner parce qu’on a eu deux hélicoptères stationnés à Bamako et un transporteur de troupes qui sert de jet privé à la présidence, on croit que c’est extraordinaire. Au lieu de demander à la Minusma ce qu’elle fait demandez à l’état-major, au ministre de la défense, au président de la commission défense qui passe son temps à squatter des salons ou des chantiers navales, ce qu’ils font pour sécuriser le peuple.

    • Il parait que l’insécurité a migré vers le Centre, cela n’est pas un problème pour moi. Même les braquages quotidiens à Bamako ne m’inquiètent guère, ce que je demande aux forces étrangères est de régler le compte de l’ex amant de Madame. Il refuse de migrer ou de mourir et à mes yeux, cela constitue la pire des insécurités. Même le désordre que l’on observe dans circulation à Bamako devrait prendre fin avec l’arrivée des troupes étrangères mais comme partout où elle a été, l’ONU brille par son incompétence !! 😀😀😀😀😀😀😀

  9. Ces forces dont il est question sont venues en tourisme , elles paradent à Bamako, dans les villes , villages , campements et autres sous haute protection . Malgré les moyens colossaux dont elles disposent, elles perdent également des hommes et du matériel chaque jour que Dieu fait. Je m’incline devant la mémoire de tous ce qui sont tombés sur le théâtre des opérations , amis du Mali, étrangers , maliens civils et militaires. Que leur âme repose en paix. Dans le cas du Mali , la France est en grande partie responsable de tous les crimes commis depuis sont intervention à Konna , ou elle a pu stopper l’avancée vers le sud avec Bamako comme destination, des djihadistes. C’est au cours de la reconquête des villes occupées par les djihadistes, que la France à trahi les termes de l’accord conclu entre elle et le Mali. Malheureusement Kidal et sa région ont été épargné à cause de l’accord secret conclu entre la France et le MNLA qui s’est plus tard dilué dans la CMA avec d’autres brigands et vayous. Depuis , la France ne cesse de rouler le Mali dans la farine .

    • Mamadou NOMOKO
      “Ces forces dont il est question sont venues en tourisme ,”

      C’est quand même un “tourisme” qui leur coûté 150 morts, connard!!!!!!!!!!!!!!!

  10. Les Nations Unies sont comme ça partout ou elles sont présentes, l’anarchie, le désordre , la cherté de la vie, trop de bruit pour ne rien faire. Le Président rwandais Paul KAGAME à raison de les chasser de chez lui. La plus grande institution du monde, malheureusement elle n’a jamais enregistré de succès dans aucun pays . Je sais une chose, l’organisation des Nations Unies partira du Mali sur la pointe des pieds. Puisque ce climat d’insécurité qui est entretenu par la France, membre permanent , va toujours faire voter des résolutions sans importance. La MINUSMA restera le temps qu’il faut sans enregistrer d’avancée dans le processus de paix. Mais si nous arrivons à débarrasser le pays de ces deux vermines, le pays sera pacifié sans problème . Le tout dépendra du résultat de l’élection présidentielle de 2018. Si IBK est battu, le destin du pays confié à une personnalité nouvelle, il y aura une avancée notoire dans la résolution des crises au Mali. Mais si IBK est reconduit pour 5 autres années , le pays est foutu, la France et l’ONU resteront et œuvreront à leur guise sans crainte. IBK est sous la tutelle de la France qui protège la CMA instigatrice des crises au Mali. Certains me rétorqueront en disant que quelque soit celui qui va venir, la France et l’ONU auront leur mot à dire , d’accord ! mais le peuple sera informé des différentes étapes de la gestion qui est faite du problème du Nord. Avec IBK, le peuple est totalement ignoré. Jamais une mission d’information du gouvernement ne s’est rendue auprès des populations pour expliquer le contenu de l’accord pour la paix et la réconciliation . Les activités gouvernementales se sont limités au règlement de la crise au Nord, sans y parvenir à un accord. Quotidiennement en 2018, il y’a plus de victimes qu’en 2013. Pourtant le gouvernement à englouti des milliards pour avoir la paix sans succès . Ces bandits sachant bien que les autorités tiennent à la paix, parviennent même avec la complicité de la France , obligent IBK et son gouvernement à les prendre en charge: salaires , primes, logements, véhicules , souvent même de l’argent pour les corrompre .

    • Les troupes étrangères resteront aussi longtemps que le Malien fuira devant l’ennemi. Ce n’est ni l’ONU, ni la France qui a organisé nos “Replis Tactiques”. Personne ne nous a dit de négocier avec les trafiquants de drogues et les terroristes mais seulement personne ne peut se battre à notre place. Si l’armée d’un pays devait faire la fête pendant que l’ONU fait la guerre à sa place, l’ONU aurait disparu il y a longtemps. 💡💡

      PUISQUE LES FORCES ÉTRANGÈRES NE SERVENT À RIEN QU’ATTEND T-ON POUR NOUS BATTRE ET MONTRER QU’ON EST UN PAYS COMME LES AUTRES ???

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here