Résolution 2334: la colère de Netanyahu contre Obama

7
Benyamin Netanyahu a une nouvelle fois dénoncé l'adoption de la résolution 2334 au Conseil de sécurité de l'ONU dimanche 25 décembre. REUTERS/Jonathan Ernst
Benyamin Netanyahu REUTERS/Jonathan Ernst

La riposte d’Israël après le vote d’une résolution de l’ONU condamnant la colonisation ne s’est pas fait attendre. Le gouvernement israélien a décidé de rappeler pour consultation les ambassadeurs de 10 des 14 pays qui se sont prononcés en faveur de cette résolution. Lors du Conseil des ministres, Benyamin Netanyahu a réaffirmé que l’administration Obama était à l’initiative de cette résolution et qu’elle avait demandé son adoption.

Comme il l’avait fait la veille au soir, Benyamin Netanyahu a une nouvelle fois dénoncé l’adoption de la résolution 2334 au Conseil de sécurité de l’ONU dimanche 25 décembre.

En ouverture du Conseil des ministres, il s’en est même pris directement au président américain. « D’après nos informations, a-t-il affirmé, il est clair que l’administration Obama l’a initiée et soutenue, en a supervisé la formulation et a exigé qu’elle passe. »

Passant de l’hébreu à l’anglais, comme pour adresser un message aux Américains et à ses autres partenaires, Benyamin Netanyahu poursuit : ce n’est pas, dit-il, une façon de traiter un allié. « Comme je l’ai dit à John Kerry jeudi, des amis ne s’envoient pas devant le Conseil de sécurité. »

Le Premier ministre israélien ne cache donc pas sa colère à l’égard de Barack Obama. Il a d’ailleurs lui-même convoqué l’ambassadeur des Etats-Unis dimanche.

Mais si c’est sur l’allié américain que se concentre l’essentiel du mécontentement israélien, les autres membres du Conseil de sécurité de l’ONU ont également eu droit à des remontrances israéliennes. Dix d’entre eux ont des représentants dans le pays et tous ont été convoqués au ministère des Affaires étrangères dans la journée. Instruction a également été donnée aux ministres de limiter les déplacements dans les pays ayant soutenu la résolution.

La colonisation, un sujet sensible

La difficile gestion du dossier Amona a encore montré récemment à quel point la colonisation est un sujet sensible au sein de l’actuel exécutif israélien. Cet avant-poste a été déclaré construit sur des terres privées palestiniennes et devait être démantelé sur ordre de justice. Mais après une active campagne, les résidents ont obtenu du gouvernement de maintenir une présence sur cette colline située en territoire occupé.

Depuis vendredi 23 décembre, Benyamin Netanyahu cherche donc encore une fois à rassurer son électorat sur son soutien à la colonisation. Et il est d’autant plus libre de le faire que dans la classe politique, peu de voix le contredisent. Son principal opposant, le centriste Yaïr Lapid, s’est lui aussi montré très critique de cette résolution et affirme qu’il y a un consensus à ce sujet au sein de la population israélienne.

 Par RFI Publié le 25-12-2016
PARTAGER

7 COMMENTAIRES

  1. Une resolution , condamnant la “colonisation de territoire” suscite la colere de Netanyahu? Qu’il aille se faire voir ailleurs donc, si ca lui chante.
    Si le systeme de la colonisation etait toujours maintenue, Israel n’existerait pas aujourd’hui.

  2. ISRAËL doit quitter le territoire PALESTINE si ISRAËL n’a pas assez de terre pour installer y devront aller installer sur la mer point

  3. Le President Israelien va faire payer ca au president Barack, bientot largué de la maison blanche il n’aura aucun soutien diplomatique et va regretter cette resolution aux Nations unis contre Israel. Obama doit savoir que personne ne peut contre ce peuple elu de Dieu, quiconque s’attaque à Israel aura la hont pour salaire. Obama attention , tu n’est qu’un noir avec des origines kenyanes, bientot les vrais americains auront ta peau,
    A tres bientot M Obama il faut etre moins intelligent pour s’attaquer Israel

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here