Bako Dagnon inhumée le mercredi 8 juillet au cimetière de Lafiabougou : La nation malienne a rendu un ultime hommage à la native de Golobladji

4
Le corps de la défunte sur un catafalque et recouvert du drapeau malien
Le corps de la défunte sur un catafalque et recouvert du drapeau malien
La première dame, Mme Keita Aminata et la ministre de la culture, Mme NDiaye Ramatoulaye
La première dame, Mme Keita Aminata et la ministre de la culture, Mme NDiaye Ramatoulaye lors de la cérémonie

Prévues pour 10 heures, les obsèques ont démarré à 9 heures  sur l’enceinte du terrain de football qui  a refusé du monde. Des amis, des parents, des connaissances, tous tenaient inéluctablement à rendre un dernier hommage à celle qui, bien plus d’une fois, a représenté le Mali à l’extérieur comme à l’intérieur. Après la lecture du programme par le grand chancelier des Ordres nationaux, le Colonel à la retraite, Djingarey Touré, le corps de la défunte a été posé sur une estrapade et recouvert du drapeau national.

Après avoir posé le corps sur l’estrapade, viendront les témoignages. M’Baye Boubacar Diarra a, au nom de tous les artistes du Mali, souligné que  Bako Dagnon restera  la gardienne du temple mandingue et de ses histoires multiséculaires, qu’elle n’a eu de cesse de véhiculer auprès des jeunes générations. Selon lui, Bako Dagnon a toujours défendu les intérêts  des artistes maliens. “Nous avons mené de nombreux combats ensemble surtout  le combat des droits d’auteurs. A cela s’ajoute son côté humanitaire, car, Bakon Dagnon a été la première artiste a initié un téléthon pour venir en aide à la population du Nord au moment de la crise. Nous prions le Tout-Puissant de l’accepter dans son paradis éternel. Amine” a lâché le producteur de l’émission “Africa Show”  larmes aux yeux.

Pour sa part, le ministre de la Culture, de l’artisanat et du tourisme, Mme NDiaye Ramatoulaye Diallo, dans son oraison funèbre, a déclaré : “Ce jour est triste. Je vois de la tristesse sur les visages. Je lis de la peine dans les regards. J’entends une profonde douleur dans les cœurs. Nous avons, certes, des raisons de pleurer l’enfant de Golobladji. Nous avons raison de vouloir pleurer l’ancienne pensionnaire de l’Ensemble instrumental. Nous devons, certes, pleurer ce monument de la musique et de la culture malienne, mais toutes les raisons nous encouragent aussi à nous réjouir ce jour”.

En saluant la mémoire de l’artiste, elle a aussi salué la grande disponibilité de la citoyenne. Engagée pour son pays, Bako ne s’est jamais encombrée de prétexte pour être à l’écart des questions brûlantes du Mali. “Je veux ici saluer sa grande disponibilité pour son pays, pour les jeunes générations. On peut pleurer Bako mais on ne peut pas rester triste, tant il nous faut garder à l’esprit cette sérénité communicante dont elle seule avait le secret. On ne doit pas rester triste quand on garde à l’esprit que Allah Soubahana wattalah a décidé de rappeler auprès de Lui Bako en ce mois béni de ramadan” a-t-elle martelé.

Enfin, au nom du Président de la République absent aux obsèques, le grand chancelier des Ordres nationaux, le Colonel à la retraite, Djingarey Touré, a présenté les condoléance de la nation  à la famille de la défunte avant de déclarer, “Dors en paix Bako, la patrie ne t’oubliera jamais et te restera toujours reconnaissante”. Ces témoignages ont été suivis de la prière mortuaire et le corps de l’artiste a été porté au cimetière de Lafiabougou pour l’ultime voyage vers le Seigneur.                

B DIABATE

 

 

Ils ont dit :

Le Chef des  griots de Bamako, Mamadou Kaladjoula Diabaté : “C’est une perte immense pour nous”

BAKO3“Nous saluons la mémoire de la défunte. C’est une perte immense pour nous les jélis. Nous pleurons la perte de cette grande Dame qui a soutenu le Djélitonba dans son combat c’est-à-dire redoré l’image du jéliya au Mali. Elle nous a toujours accompagné car le vrai jéliya est en perte de valeurs au Mali. La majorité des jélis s’est transformée en quémandeurs. Certains jélis ont troqué leur dignité pour les vices d’ici-bas. Bako n’a jamais eu peur de valoriser le jéliya même devant les plus hautes autorités. Ce qui est le contraire aujourd’hui avec certains jélis. Elle a toujours su faire cette profession du jéliya. Le Djélitonba de Bamako pleure aujourd’hui Bako non seulement sa mort mais aussi le vide qui se créera dans la famille des jélis. La mort de Bako Dagnon doit interpeller tous les jélis à se donner la main et à être ensemble pour défendre dignement le jeliya tels que nos parents l’ont fait avec fierté. Nous prions Dieu l’Exalté de lui accorder son pardon et l’accepter dans son paradis “.

 

Tata Bambo KOUYATE

BAKOTATA“Bako Dagnon a mis sur le droit chemin tous ceux ou toutes celles qui voulaient déshonorer le jéliya”

“Nous avons beaucoup travaillé ensemble en plus du jéliya nous avons des liens de parenté. Elle n’a jamais voulu les rivalités qui existent dans le jéliya. Elle a toujours été très gentille et généreuse. Nous venons de terminer une tournée dans le Mandé à peine 21 jours. Je salue la mémoire  de Bako Dagnon qui est une bibliothèque vivante. Elle a toujours côtoyé les plus hauts responsables de ce pays et dirigé tous ceux ou toutes celles qui voulaient déshonorer le jéliya”.

 

 

 

L’artiste Saramba Kouyaté :

Saramba Kouyaté“Dieu seul sait ce qu’elle a fait dans le jéliya surtout pour nous les Kouyaté”

“La mort de Bako est une perte pour toute la nation malienne. Dieu seul sait ce qu’elle a fait dans le jéliya surtout pour nous les Kouyaté. J’ai été l’une de ses premières élèves. Bako a respecté tout le monde dans le milieu du jéliya. Personne ne peut  reprocher quoique ce soit à Bako Dagnon”.

 

L’une de ses amies d’enfance, Kagnon Soumano :

“Elle a été un modèle pour toute  la famille de Kita à Bamako”

“Moi et Bako Dagnon nous avons fait l’enfance ensemble. Elle a été un modèle pour toute la famille de kita à Bamako. Elle a aimé tous les membres de sa famille. Je prie Dieu de l’accepter dans son paradis éternel”. 

Réalisé par Bandiougou DIABATE

 

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Oui que c’est dure mais nous ne pouvons rien contre la volonté du Bon Dieu, nous perdons encore une fois un monument.

  2. oui une fois de plus la mort vient de nous arracher une des divas de la musique malienne.Cette dame s’est toujours battue afin que nous puissions gardés nos traditions . Prenons exemple sur ces figures emblématiques surtout les griots et griottes de la nouvelle generation.
    QUE LE TOUT PUISSANT L’ACCEPTE DANS SON ETERNEL PARADIS

Comments are closed.