Décédé le mardi 25 septembre à la suite d’une longue maladie: Mamadou Traoré dit Pompier Madou repose désormais au cimetière de Daoudabougou

2

L’un des pionnier de la photo, Mamadou Traoré plus connu sous le sobriquet de Pompier Madou est décédé, le mardi 25 septembre, à la suite d’une longue maladie à l’hôpital du Point-G. Il a été conduit hier après-midi à sa dernière demeure par une foule nombreuse composée de plusieurs personnalités de la hiérarchie militaire. Pompier Madou repose désormais au cimetière de Daoudabougou.  

Mamadou Traoré dit Pompier Madou

C’est avec consternation que le monde de la photographie, de la presse et de l’armée, a appris, le mardi 25 septembre, le décès de Mamadou Traoré dit Pompier Madou à l’âge de 72 ans. Le décès est survenu à l’hôpital du Point-G où il était hospitalisé. C’est hier après-midi que les obsèques de Pompier Madou ont eu lieu au quartier de Daoudabougou en présence d’une foule nombreuse composée de journalistes et de photographes dont le président de l’Association des Journalistes Sportifs du Mali (AJSM), Oumar Baba Traoré. On notait aussi la présence de plusieurs personnalités civiles et militaires dont le Directeur général de la Gendarmerie.

Né vers 1940 à Samagn

ana, à 35 kilomètres au sud de Bamako, Pompier Madou reste et demeure la mémoire de l’armée malienne, selon nos informations, puisqu’il dispose toutes les photos des différentes promotions. Ce pionnier de la photo  fut aussi le photographe attitré du bataillon des para-commandos de 1972 à 1986. D’où ses relations personnelles avec l’ancien Président de la République, Amadou Toumani Touré qui l’appréciait beaucoup pour son courage.

Il était aussi très fréquent au Centre International de Conférences de Bamako (Ex-Palais des Congrès) et  dans de nombreux stades. Les archives de Madou constituent un véritable concentré de l’histoire sportive, artistique, culturelle et politique du Mali durant les 57 dernières années.  Il faut noter que Mamadou Traoré a également suivi une formation de sapeur-pompier.  Ce qui lui vaut à juste titre le nom de Pompier Madou. Il a reçu plusieurs fois des distinctions honorifiques. Il fut chevalier de l’ordre national depuis 2008. Il laisse derrière lui plusieurs enfants et deux épouses. Dors en paix Vieux Madou ! Amen                                                        

                                                            Alou Badra HAIDARA

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Ce sont les soldats de Kati qui ont aggravé la maladie du vieux avec leur coup stupide. Ils sont donc responsables de sa mort.
    Dors en paix Baa. Ils payerons tous ce qu’ils commis au peuple maliens.

Comments are closed.