Le dernier hommage de la nation à Me Brahima Koné : Commandeur de l’Ordre National, tu resteras dans nos cœurs

4

Me Brahima Koné n’est plus. Il a été accompagné à sa dernière demeure le samedi aux environs de 17 h par une foule nombreuse de parents, amis, confrères, autorités politiques et administratives sous la haute présidence du Chef de l’Etat Ibrahim Boubacar Kéita qui l’a élevé auparavant au grade de Commandeur de l’Ordre National du Mali à titre posthume.

Ainsi, le ” Diamant noir ” laisse orphelins derrière lui de très nombreux avocats, magistrats, journalistes, une famille durement éplorée et d’innombrables anonymes avec lesquels il a partagé des combats, des souffrances et des périodes de joie intense.

Me Koné était toujours souriant, il trouvait toujours en lui la force et le tact d’apaiser les cœurs et les esprits par une blague intelligente, un mot convenable, un sourire accompagnateur d’une poignée de main intime. Dans le cas échéant, il trouvait subtilement le moyen de s’éclipser car lui, il n’aimait pas les distensions entre les humains. Oui, Brahima Koné était humaniste jusqu’au bout, l’avocat des sans voix, le combattant pour les causes nobles.

Inscrit au barreau du Mali et à la cour pénale internationale, Me Brahima Koné était président de l’Union Inter Africaine des Droits de l’Homme (UIADH), président puis président d’honneur de l’Association Malienne des Droits de l’Homme (AMDH) de 2004 à 2011, président fondateur de l’Association Avocats Sans Frontières-Mali (ASF-Mali), membre fondateur des Avocats frontières-Monde (ASF-World), membre fondateur du Bureau Pénal international (BPI). Il a siégé plusieurs fois à la Commission Electorale Nationale Indépendante (Céni) comme Conseiller juridique ou membre représentant la société civile. Il était également jusqu’à son décès le coordinateur du pool de 13 avocats commis pour la défense des 80 victimes de viols et de crimes sexuels perpétrés dans le Nord-Mali.

Ils ont été nombreux, les confrères avocats, les magistrats et auxiliaires de justice, les amis, les parents et le Président de la République à lui rendre de vibrants hommages et témoignages dignes du rang de cet oiseau rare, magnanime, humble, courtois, intègre, imperturbable, intelligent, courageux, rassembleur, unificateur, conciliant selon leurs termes.

A sa famille durement éplorée, la Direction et le personnel du Zénith-Balé adressent leurs condoléances les plus attristées.

Dors en paix cher ami !

Que Le Bon Dieu t’accueille dans son paradis !

La Rédaction

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

Comments are closed.