Le monde des artistes en deuil : Nantèninguè Kamissoko, l’une des premières cantatrices de l’ensemble instrumental du Mali n’est plus

0
1

Décédée le mercredi 1er février à 6 heures du matin à son domicile à Lafiabougou, Nanténingué Kamissoko a été inhumée hier au cimetière de Lafiabougou.

Née à Kirima, dans le Mandé, vers 1929, de feu Karamoko Kamissoko et de Dionsaba Diabaté, Nantèninguè Kamissoko très jeune, a appris à chanter auprès de sa maman avec qui, elle sillonna tout le Mandé profond de Kangaba à Kita village natal de sa maman.

Son talent et surtout sa voix très particulière ont fait qu’elle est vite remarqué et retenu parmi les premiers artistes qui formèrent la première mouture de l’Ensemble Instrumental du Mali sous la direction de Bourama Sacko, à coté d’autres voix inoubliables telles : Mogontafé Sacko, Ba Tounkara, Djéli Fatouma Diabaté, Fatoumata Kadial Kanouté, entre autres, merveilleusement accompagnées par les virtuoses Batourou Sékou, Sidiky Diabaté, Séran Kanouté, Djélimady Sissoko pour ne citer que ceux là. Avec ces pionniers de l’Indépendance, Nantèninguè portera sa voix sur les scènes de toutes les grandes rencontres politiques et culturelles du continent. Ils furent les témoins et les animateurs des toutes premières visites officielles au Mali indépendant dont celle de Houphouët Boigny dont elle ne cessait d’évoquer autour d’elle.

Véritables ambassadrices, ces vaillantes voix du Mali ce sont illustrées à travers de nombreuses tournées sur presque tous les continents. Nantèninguuè était présente à Yaoundé en 1972 auprès de notre équipe nationale de Football. Elle était présente quand l’Ensemble a remporté des médailles en Algérie et à Nairobi au Kenya et à la cérémonie d’investiture du président François Mitterrand.

Présente à une tournée marathon dans les 50 états d’Amérique du Nord, au Brésil, en Allemagne, en Angleterre sans oublier le pays de William Tubman dont elle parlait avec nostalgie. Mieux que sa famille à Kirina et à Bamako, c’est tout le Mali qui témoignera du travail que la Cantatrice a effectué pour le rayonnement de la culture de notre pays à travers le monde entier. Son répertoire résolument ancré dans son Mandé natal nous aura laissé des titres élogieux tels : ”Sèguè te kassi dodon ta” et ”Bolomba”. Dors en i paix ” Kirina kono “, ta famille et le Mali reconnaissants te disent merci

Que la terre lui soit légère et que le Tout- puissant l’accueille dans son paradis éternel. Amine

Bandiougou DIABATE

 


NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.