Mohamed Ashken KABA, le métronome du Bembeya Jazz, n’est plus

0

Mohamed Achken KABA est né le 1er novembre 1936 à Mamou de feu Moussa Kaba et de feue Fatoumata Diawara. Il est inscrit à l’école primaire de Mamou dès l’âge de sept ans. Il obtient son certificat d’études primaires en 1950. De cette année à 1954, il va fréquenter le collège de Mamou. Puis, il est admis au concours d’entrée de l’école nationale d’instituteurs de Dabadou, qu’il achèvera en 1957, après trois ans de bonnes études. L’envie d’être agent de santé le prend et il se présente la même année au concours de l’école nationale de la santé à Conakry. Il y fera deux ans fermes. Parallèlement, il effectue son stage chez Docteur Ignace Deen. Alors qu’il suivait ce stage, il profita de ses rapports pour tisser une relation en France, pour lui fournir des cours de gestion par correspondance de 1958 à 1959.

MOHAMED ASHKEN KABA

Du point de vue de la formation musicale, il reconnaît avoir été impressionné par le banjo, cet instrument sur lequel, il appliquera ses cours de solfège. Mais c’est avec l’inoubliable Harlem Jazz groupe de Kélètigui Traoré, qu’il sera initié à la musique d’orchestre, sous la gestion alors de feu Jacques Joung. Malheureusement, en 1958, ce groupe éclatera pour former le premier orchestre national, créé sous le label de ‘’Syli Orchestre national de Guinée’’.

Brillant, il n’a pas échappé au choix du jeune commandant Emile Condé qui le voulait pour Beyla, lui proposant au passage de suivre ses cours de gestion par correspondance. Il pourra ainsi passer un concours au mois de mars 1960 au compte du ministère des finances pour devenir un gestionnaire attitré.

Le 5 décembre 1960, il sera muté à en qualité de directeur adjoint du comptoir (magasin) régional. Emancipé qu’il était, Ashken devint membre fondateur en 1960 de Bembeya Jazz et dès 1961, apprend à Sékou Legrow Camara les premiers rudiments de la trompette.

Depuis, il est resté le trompettiste de la célèbre formation BEMBEYA. Ses multiples expériences lui ont valu le titre de directeur technique de la formation. En 1986, il devint chef d’orchestre de Bembeya  Jazz National.Il en était véritablement le métronome.

MOHAMED ASHKEN KABA est mort ce jour, 27 février 2015 à Conakry. Paix à son âme.

Justin MOREL Junior et Souleymane KEITA

Source: guineeconakry.info (27 février 2015)

PARTAGER