Banque : Mamadou Igor Diarra nommé Directeur général de la Bank of Africa Mali

4

Figure bien connue du paysage bancaire malien, Mamadou Igor Diarra vient d’y opérer son retour en devenant le Directeur Général de la Bank  of Africa Mali. C’est le conseil d’administration du Groupe, réuni le 27 février dernier à Cotonou, au Bénin, qui a porté son choix sur lui pour occuper ce poste.

Mamadou Igor Diarra
Mamadou Igor Diarra

C’est à la BDM-SA, que cet ingénieur commercial, sorti de la prestigieuse Ecole des Hautes Etudes Commerciales (HEC) de Lièges (Belgique) fit ses premiers pas dans la sphère dirigeante d’une banque. Entre 1991 et 2001, il occupa successivement les fonctions de Directeur du Réseau et de la Monétique, Directeur de l’Exploitation des Agences principales, Responsable adjoint du Pôle Exploitation.

A ces différents postes, il prendra une part active, souvent décisive à des tâches stratégiques comme l’élaboration et la mise en œuvre de la fusion entre la BDM -Sa et la BMCD, le pilotage et la migration de systèmes d’information, la conception et la mise en œuvre du projet  monétique GAB et TPE (Visa et Master card) en perspective de la CAN 2002, la structuration et la consortialisation d’opérations de financements dans les secteurs de l’énergie, de la téléphonie, des infrastructures et des mines,  du volet commercialisation du coton et des opérations d’import-export des biens et services. Il participa aussi à l’élaboration du Plan de Développement à Moyen Terme de la BDM-Sa (1997-2002).

C’est au regard de toute l’expérience accumulée, durant treize années dans la première banque du Mali, que Mamadou Igor Diarra  est promu Directeur général de Banco Da Uniao (BDU-SA) de Guinée Bissau qui venait d’ouvrir ses portes grâce à l’action combinée de l’UEMOA et de la BDM-SA. Sa mission consistait à conduire les premiers pas du nouvel établissement. Il s’en acquitta mais n’eut pas le temps de faire valoir  tout son savoir-faire : il fut rappelé quelques semaines plus tard à Bamako pour occuper la fonction de PDG de la BIM-SA.

La tache, ardue et complexe, qui lui était demandée à ce nouveau poste d’affectation était de redonner santé et vigueur à cette banque qui émergeait d’une longue perfusion et de la rendre suffisamment attrayante pour être privatisable. En deux petites années (2006-2008) il releva le défi et réussit à vendre au groupe marocain Attijariwafa bank les 49% du capital de la BIM pour la rondelette somme de 40 milliards de FCFA. Un pactole dont l’Etat malien, confronté à la crise économique mondiale, avait le plus grand besoin pour épargner aux ménages des hausses insupportables des prix des denrées de première nécessité et faire face à certaines dépenses publiques incompressibles.

Ce parcours professionnel brillant ouvrira à Mamadou Igor Diarra l’accès au gouvernement de la République. D’octobre 2008 à mars 2011, il sera ministre de l’Energie, des Mines et de l’Eau, puis ministre de l’Energie et de l’Eau.

Au cours de ces deux ans et demi, il affiche à son palmarès, dans le domaine de l’énergie, le relèvement du taux d’accès à l’électricité de 25,41% en 2008 à 27,08% en 2010, soit presque plus de 2%. S’y ajoutent la réalisation sur financement de la Banque Islamique  de Développement (3,2 milliards de FCFA) des réseaux d’éclairage public de Kati, Niono, Yanfolila, Bandiagara, Douentza, Goundam et Djenné, inaugurés en 2009 et 2010. On peut citer également la mobilisation  auprès de la Banque mondiale de 120 millions dollars US pour le lancement du Projet d’Appui au Secteur  de l’Energie (PASE) celle de  financements complémentaires  de 66 millions de dollars US auprès de l’Inde et de la BIDC et le pilotage des travaux du projet d’interconnexion des réseaux électriques du Mali et de la Côte d’Ivoire.

Dans le domaine de l’eau, sous son impulsion, le taux d’accès à l’eau potable est passé de 71,7% en 2008 à 75,5% en 2010 soit un gain  de plus de 4 points. D’importantes réalisations portent son empreinte. Citons la préparation et l’organisation de la table ronde des bailleurs de fonds sur le vaste projet d’alimentation en eau potable de la ville de Bamako à partir de Kabala (144 000 m3) pour 165 milliards de FCFA. Ou la préparation et la mise en œuvre du projet d’adduction d’eau potable dans cinq localités urbaines de la région de Ségou, financé par la BAD à hauteur de 22 milliards de FCFA.

Dans le domaine des mines, on retiendra l’élaboration du projet de relecture du code minier et la promotion des secteurs minier et pétrolier du Mali dans plusieurs fora internationaux.

Mamadou Igor Diarra est récipiendaire du Prix de l’Oscar du Diamant du Leadership Economique Africain au 22è Forum économique de l’Afrique Gagnante et du Trophée de l’Oscar de l’Excellence du Manager Africain à Paris.  Entre autres distinctions honorifiques.

Nul doute qu’il s’évertuera à faire de la BOA-Mali l’une des grandes banques de la place malgré un contexte fortement concurrentiel et desservi par un environnement de crise politico-sécuritaire.

Saouti Labass  HAIDARA

 

La BOA , un groupe en pleine expansion

L’histoire du Groupe BANK OF AFRICA commence au Mali, en 1982, avec la création de la première BANK OF AFRICA, quasiment sans appui extérieur.  Presque 30 ans plus tard, le Groupe BANK OF AFRICA est implanté dans 15 pays dont:  7 en Afrique de l’Ouest (Benin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Ghana, Mali, Niger et Sénégal),  6 en Afrique de l’Est et dans l’Océan Indien (Burundi, Djibouti, Kenya, Madagascar, Tanzanie and Ouganda) en République Démocratique du Congo ainsi qu’en France, à travers un réseau de 14 banques commerciales, 1 société financière, 1 banque de l’habitat, 1 société de créditbail, 1 société de bourse, 2 sociétés d’investissement, 1 société de gestion d’actifs et 1 bureau de représentation du Groupe à Paris.

Depuis 2010, le Groupe BANK OF AFRICA est majoritairement détenu par BMCE Bank (Banque Marocaine du Commerce Extérieur), 2ème banque privée au Maroc. BMCE Bank apporte un puissant soutien stratégique et opérationnel au Groupe BANK OF AFRICA, ainsi qu’un accès direct à des marchés internationaux grâce à sa présence en Europe et en Asie.       

 Source BOA

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Félicitation Igor, j’espère que tu ne falsifieras pas le bilan de cette banque pour gonfler les actifs comme tu l’avais fait à la BIM.

    • je trouve que je genre de commentaire est complètement inutile. En tant que malien nous ne pouvons que nous réjouïr apres tout ce que cet aimable homme a fait pour la BIM et pour notre pays.

      • ATTENTION, S’il est vrai qu il a falsifié le bilan à la BIM il faut denoncer cela malgré l’estime que nous portons à l’homme, en espérant qu il va s’améliorer

        • Dans tous les cas il meilleur à tous les autres guignols qui dirigent actuellement nos banques. (Moussa DAILLO de la BNDA, Babaly BA de BCS et même DAFFE qui a été son patron à al BDM)

Comments are closed.