1ère édition du Fiack : La culture mandingue immortalisée

    0
    4





    L’Association pour le Festival international des arts et de la culture de Kurukanfuga (AFIACK) a lancé la 1re édition du Festival international des arts et de la culture de Kurukanfuga (FIACK) le samedi 24 décembre 2011 à la Maison des jeunes de Bamako. Une cérémonie présidée par le président de l’Association, l’honorable Lassiné Bérété et de plusieurs membres de l’organisation. Le festival se déroulera du 3 au 12 février 2012 à Kangaba.

    La présente cérémonie de lancement a vu la présence de nombreuse associations mandingues et de plusieurs personnalités du Mandé et de la diaspora mandingue vivant en France. « L’organisation du Festival international des arts et de la culture de Kurukanfuga (Fiack) pour l’Association pour le festival international des arts et de la culture de Kurukanfuga (Afiack) est une réponse à l’initiative du président de la République, Amadou Toumani Touré de promouvoir la charte de Kurukanfugu et des sites touristiques du Mandé », ont rappelé les conférenciers.

    A les en croire, le Fiack est un projet qui vise à faire découvrir le Mandé grâce à sa culture, de perpétuer le site de Kurukanfuga, de faire découvrir d’autres cultures du milieu, de favoriser le développement économique et social local et également le brassage des peuples, explique-t-il le vice-président de l’organisation, Mamadou Lamine Diarra. Il ajoute que tous les ressortissants du Mandé doivent s’associer à cette initiative de renaissance du Mandé et de la culture mandingue qui se symbolise par la Charte de Kurukanfuga, fruit d’un travail collégial de toutes les sensibilités du Mandé.

    Cette charte qui se caractérise par 44 articles, selon Néguédougou Sanogo du ministère de l’Education, est une compilation de décisions prises sur des normes et principes fondamentaux des interdits et des lois pour structurer et organiser la famille, le clan, le village, le royaume, la société et l’empire autour des valeurs telles que le travail, l’honneur, l’humilité, le respect de l’autre, l’hospitalité, la tolérance, l’intégrité.

    C’est aussi la prise en compte du genre par la participation des jeunes et surtout des femmes dans tous les actes de la cité. Il a été élaboré un plan d’action par l’association qui entend développer et de valoriser les sites touristiques du Mandé, dixit, M. Diarra.

    Le directeur artistique, N’Tji Diakité, s’est appesanti sur les différentes activités prévues. Il s’agit, entre autres, des animations artistiques dans le village du festival (Kangaba), une grande parade des chasseurs, des spectacles avec des vedettes nationales et internationales comme Tiken Jah Fakoly et Salif Kéita, des conférences-débat, des visites touristiques et une caravane à travers la ville de Kangaba. Il a salué l’initiative du président ATT d’organiser les festivités du cinquantenaire à Kurugafuga en 2010, idée génératrice de ce festival. Ledit festival réunira selon M. Diakité les ressortissants de plusieurs pays, notamment de la Guinée Conakry, la Guinée-Bissau, le Burkina Faso, la Gambie et le Sénégal et de la diaspora. Il a cité la rencontre de plusieurs chercheurs notamment l’écrivain, Djibril Tamsir Niane.

    Le budget de ce festival est estimé à plus d’une centaine de millions, a affirmé M. Diakité qui a ensuite salué l’ensemble de leur partenaire technique et financier. Il faut rappeler que le site historique de Kurukanfuga est situé seulement à 90 km à l’ouest de Bamako.

    Ousmane Daou

    NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.