ADEMA – PASJ : La question de la candidature du parti toujours en stand-by !

2
LE CE Adema-Pasj (photo archives)

Les Ruchers, à travers les membres du Comité Exécutif du parti, viennent une fois de plus de prouver leur maturité politique. En effet, annoncée pour être une rencontre de tous les dangers, et qui pourrait même déboucher sur la dislocation du parti, la Retraite politique initiée par la direction de l’ADEMA-PASJ pour couper court aux supputations en rapport avec la position du parti pour la présidentielle de 2018, s’est plutôt avérée source de cohésion et de raffermissement de fraternité militante entre les membres du Comité Exécutif. Loin des chants des sirènes, le Pr Tiémoko Sangaré et ses camarades ont su trouver le compromis nécessaire pour que l’ADEMA reste bien dressée sur ses bottes sur l’échiquier politique national. Au finish, ni vainqueurs, ni vaincus, mais c’est plutôt le peuple ADEMA qui en sort gagnant. La preuve, on la trouve dans la déclaration politique rendue publique à l’issue de la rencontre, dont voici la teneur !

DECLARATION POLITIQUE DU COMITÉ EXÉCUTIF DE L’ADEMA-PASJ

« Le Comité Exécutif de l’Adema-PASJ s’est réuni à l’Hôtel Timbouctou (Commune VI-Bamako), le samedi 22 Juillet 2017 sous la présidence du Professeur Tiémoko Sangaré, Président du parti.

Le Comité Exécutif, au cours de cette importante réunion, a procédé à une analyse approfondie du rapport de la Commission présidée par le camarade Moustapha Dicko relatif à la reconstitution de la Grande famille Adema-PASJ, à la création d’un pôle de gauche et au positionnement du parti, en vue des élections générales de 2018.

A l’issue des débats, le Comité Exécutif a félicité la commission et adopté ledit rapport. Il a en outre pris d’importantes décisions concourant à la cohésion du parti, à la réaffirmation de son identité et de son leadership sur l’échiquier politique national et à son engagement à bâtir un Mali un et indivisible, démocratique, laïc et social.

Le Comité Exécutif, en application de la recommandation issue de la 15è Conférence nationale, tenue à Bamako, le 25 mars 2017 «d’enclencher, dans les meilleurs délais le processus de désignation de son candidat à l’élection présidentielle de 2018», prendra les dispositions en vue d’assurer la participation du parti à ladite élection.

Le Comité exécutif a conclu sur la nécessité d’inscrire ses actions dans le cadre d’une coalition forte de Partis fondée sur une Nouvelle Offre Politique, condition indispensable à toute victoire en 2018. A cette fin, le Comité Exécutif élaborera dans les meilleurs délais, un projet de plateforme politique assortie d’un programme.

Cette plateforme servira de base de négociation autour des conditions de soutien au candidat rassembleur et consensuel issu des rangs du Parti, le cas échéant, du candidat issu de la coalition d’un ensemble de partis politiques.

Le Comité Exécutif en appelle à tous les militants, militantes et sympathisants du parti à plus de cohésion et d’entente dans un nouvel élan de solidarité, de travail et de justice indispensable au rayonnement du parti et aux victoires du parti pour les prochaines élections générales.

Le Comité Exécutif salue l’esprit de sérénité qui a prévalu tout au long des débats ».

Sitôt après cette rencontre, le Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, a mis à profit le conseil des ministres qui a suivi pour mettre à l’aise les ministres ADEMA qui se trouvent dans le gouvernement, en leur renouvelant sa confiance. Une défaite cinglante pour ceux qui s’étaient saisis de ce dossier pour régler leurs comptes avec des camarades dans le gouvernement.

La Rédaction

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Non monsieur le transformateur, pas de compte à régler mais rappeler à ces membres qui siègent aux gouvernement et à vous qui ne connaissez rien du parti que la conférence nationale est au dessus du CE. Le CE ne peut pas dicter ses lois à la conférence nationale. Le problème c’est alors ceux qui refusent d’aller au choix du candidat de l’ADEMA. N’invente rien autour de cette situation car les fautifs sont connus et ils ont décidé de finir avec l’ADEMA et rejoindre le RPM comme ils l’ont fait avec le MIRIA. Nous restons vigilant et aucun journaliste à leur service ne va nous distraire. D’après Bagbo, on te voit venir. S’ils veulent mettre les résolutions de la conférence nationale de l’ADEAMA dans les poubelles et faire comme bon les semblent, qu’ils essayent, on verra.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here