Administration : La création de nouvelles régions échelonnée

    0
    0





    Sur présentation du ministre de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales, le Conseil des Ministres a adopté un projet de loi portant création de circonscriptions administratives en République du Mali. Une création qui sera échelonnée à cause des problèmes économiques et financiers.

    L’organisation administrative du Mali indépendant a été fortement marquée par la centralisation, mais aussi par une volonté constante de rapprochement de l’autorité des populations. Le nouvel Etat avait axé ses efforts sur un meilleur encadrement des populations en vue de promouvoir leur développement.

    Au plan du découpage territorial, trois périodes ont été observées de 1960 à 1991. Ces périodes ont marqué la rupture avec le découpage administratif hérité de la période coloniale, la création de nouvelles entités administratives, la recomposition du territoire national en régions, cercles, arrondissements, communes, villages et fractions nomades et le District de Bamako.

    Le découpage territorial avait été alors conçu dans un dessein d’encadrement politique, administratif et fiscal des populations. Les critères demeurant les besoins d’administration efficace des populations, l’assiette fiscale, le nombre d’habitants et la distance.

    Cependant la mise en œuvre de la décentralisation depuis 1999 a montré les limites du découpage actuel se traduisant par  l’étendue de certaines régions et de certains cercles ne permettant pas la présence effective de l’administration pour répondre aux attentes des citoyens ;  la difficulté pour les représentants de l’Etat d’assurer correctement la tutelle sur des vastes étendues ou un nombre élevé de collectivités ;  l’accroissement et la complexité des questions économiques, politiques et sociales dans les circonscriptions administratives  et la difficulté de gestion rationnelle de l’ensemble des ressources.

    Dans le souci de corriger les insuffisances constatées, il est apparu nécessaire de procéder à un nouveau découpage territorial en vue de : mettre l’Administration en adéquation avec les objectifs de sa modernisation assignés dans le cadre du Programme de Développement Institutionnel ; prendre en compte les solidarités communautaires  et mettre en œuvre les objectifs fixés par l’Etat dans le cadre de la décentralisation.

    Le présent projet de loi qui ne concerne que les structures déconcentrées de l’administration territoriale, a été adopté dans ce cadre. Il procède à l’augmentation du nombre de Régions administratives qui passe de huit à dix neuf (19), prévoit la mise en place progressive des nouvelles régions avec leurs démembrements sur une période de cinq ans pour tenir compte des contraintes financières, logistiques et de la rareté relative des ressources humaines.

    NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.