Affaire de disparition d’enfants à la Brigade des Mœurs : Le Commandant Ami KANE lève le voile

7

Dans notre dernière livraison, nous titrions sur une affaire de disparition d’enfant dans laquelle la Brigade des Mœurs a été estée en justice. En vue d’apporter des éclaircissements, nous avons approché le Contrôleur Général de Police, Commissaire Ami Kane. Elle donne ici sa version des faits en plus des investigations parallèles que nous avons menées.

 

Commissaire Ami Kane
Commissaire Ami Kane

Pour rappel, c’est une affaire concernant la disparition de l’enfant de Mohamed Diallo, tailleur de profession, âgé de 6 enfants et répondant au nom de Yaya Diallo. Dix jours après sa disparition, les parents de Yaya sont informés de la présence d’un garçon au Commissariat du 10ème Arrondissement et s’y sont précipités. Mais le garçon n’était plus là, car le Commissariat l’avait déjà transmis par voie légale à la Brigade des Mœurs de Bamako. A la Brigade des Mœurs, on a reconnu l’enfant à travers sa photo que ses parents avaient présentée. Mais il était déjà référé à Samusocial pour des soins, car tombé malade entre temps. C’est à l’Hôpital que l’enfant a fugué alors que la garde malade priait. Après que les recherches ont été lancées sans succès, les parents de l’enfant ont fini par porter plainte contre la Brigade des Mœurs au Tribunal de la Commune III le 17 juin pour  enlèvement, disparition et séquestration d’enfant par l’entremise de Me  Me Nouhoum CAMARA

 

 

Les Précisons du Commandant Ami KANE :
D’après le Commissaire Ami Kan que nous avons rencontrée mardi 02 juin dernier dans son bureau, «c’est le 09 mars 2013 que le Commissariat de Police du 10ème Arrondissement a mis à la disposition de la Brigade des Mœurs un enfant répondant au nom de Bayaya TRAORE. Toutes les recherches lancées par des organisations habilitées comme Samusocial pour retrouver les parents de l’enfant sont restées vaines. Le 17 mars, Bayaya est tombé malade. Comme d’habitude, nous avons saisi Samusocial afin de donner des soins médicaux à l’enfant. Le même jour vers 23 heures, le médecin a sollicité son hospitalisation vu son état de santé. Quelques jours après, l’ONG Samusocial a appelé le Commissaire de Police Oumar Minta pour lui dire que l’enfant avait fugué. Plus d’une semaine après que nous avons référé Bayaya à Samusocial, un individu  se nommant Loukmane, sans autres précisons s’est présenté pour savoir si son neveu Yaya Diallo était arrivé ici à la Brigade. Après vérification, il s’est avéré que l’enfant qui était là se nomme Bayaya TRAORE, il a apporté sa photo il s’est trouvé qu’il s’agissait de l’enfant référé à Samusocial et nous l’avons mis en contact avec Samusocial. Nous ne l’avons plus revu.».

 

 

Rappelons ici que Samusocial est un partenaire du Gouvernement malien qui vient en aide aux enfants en situation difficile.

Après vérification, nous avons pu comprendre qu’effectivement, l’enfant avait été référé à Samusocial  le 17 Mars  par la Brigade des Mœurs (fiche N°39) pour des besoins de soins, de protection et d’hébergement.  Comme l’enfant était gravement malade, le médecin a jugé nécessaire de l’hospitaliser dans une structure sanitaire. C’est ainsi qu’il a été orienté dans la nuit du 17 mars au Cabinet médical Relais pour une meilleure prise en charge. D’après le rapport de Samusocial daté du 16 mai 2013, «au sein de cette structure (NDLR : Cabinet Relais), l’enfant a bénéficié des soins détaillés (…) Le jeudi 21 mars 2013, le médecin traitant a contacté Samusocial Mali pour l’informer de la fugue de l’enfant en précisant que cette fugue est intervenue pendant que la garde malade, qui le surveillait, faisait sa prière. Le même jour, la Brigade des Mœurs a été mise au courant de la situation». Depuis, des recherchés ont été lancées par les équipes de Samusocial Mali sans succès. A qui donc la faute ? Le Commandant Ami Kane quant à elle s’étonne de se voir indexée comme étant responsable de la fugue de l’enfant.  En tous les cas, l’affaire est pendante au tribunal qui saura pousser les enquêtes et situer les responsabilités. En attendant, les recherches continuent pour retrouver l’enfant nommé Bayaya TRAORE.

 

 

Affaire Couple/Alima KANTA :
Une autre affaire de disparition d’enfant intervenue le 02 août 2009 dans laquelle Ami Kane est mise au banc des accusés.  Pour sa part, elle affirme toujours travailler avec rigueur et professionnalisme et que ces deux cas ne font pas l’exception. Cette autre affaire est pendante au tribunal. Suite à la plainte des parents de Founé Togola, une enquête a été diligentée. L’ancien Directeur Général de la Police, le Contrôleur Général Niamé Kéïta  aurait même été entendu pour son implication. A-t-il vraiment les mains sales dans l’affaire Alima KANTA/Couple Togola ?. Jusqu’où  l’ancien DG de la Police, le Contrôleur Général Niamé Kéïta est-il impliqué ?

 
Affaire à suivre.
Boubacar KANTE

PARTAGER

7 COMMENTAIRES

  1. Il faut une version credible de chaque cote pour pouvoir donner des idees dans cette affaire. Le systeme est cas meme tres mal structure de haut en bas.

  2. Si le tribunal ne rend pas justice dans ces affaires en situant les responsabilités et en prenant des sanctions, Dieu le fera.

  3. Il nous faut la version de la SAMU SOCIALE aussi pour pouvoir situer les responsabilités!Si nos officiers de police sont impliqués dans du trafic d’enfants surtout en cette veille de présidentielles où les sacrifices humains sont légions, ce serait très grave. 😉

  4. Cest le samusocial qui n’a pas été professionel dans la gestion du cas, sinon comment remetre un enfant a un adulte dont vous n’etes pas sur de sa parentele: les coordonnées du monsieur laka… devraient etre prises dans un registre pour au cas où……

Comments are closed.