Affaire fonds mondial : Oumar I Touré blanchi

28 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

La salle d’audience Boubacar Sidibé de la cour d’appel de Bamako a servi de cadre le mardi 11 décembre 2012 pour le jugement de l’affaire concernant ministère public contre l’Ancien ministre de la santé, Oumar Ibrahim Touré, Ousmane Diarra, Alimata Naco et 17 autres. Ils étaient inculpés pour atteinte aux biens publics par faux, usage de faux, détournement, complicité d’atteinte aux biens publics, délits de favoritisme et complicité de ce délit. La Cour était présidée par Mamadou Baba Traoré assisté par des conseillers, des accesseurs et du  Greffier Djénébou Kodio sous la supervision du Ministère public.

Oumar Ibrahim Touré

L’affaire fonds mondial dans laquelle était impliqué l’ex ministre de la santé, Oumar Ibrahim Touré, a connu son épilogue mardi dernier à 20 heures dans un prétoire plein à craquer. Durant neuf jours, l’affaire était devant la cour d’assises. La crème du barreau malien était présente : Me Mountaga Tall, Me Amidou Diabaté, Me Magatte Sèye etc. ils étaient tous présents pour plaider en faveur de leurs clients impliqués dans une affaire d’atteinte aux biens publics. Après les interrogatoires, le réquisitoire du ministère public, les recommandations de la partie civile, la plaidoirie des avocats, les arguments et prétention des parties, la cour a rendu le verdict. « En vertu des pouvoirs qui me sont conférés dans le code de procédure pénale, les 19 personnes que je vais citer tout suite ne sont pas coupables des faits qui leur sont reprochés. Il s’agit d’Oumar Ibrahim Touré, ex ministre de la santé ; Ousmane Diarra, ex DAF du ministère de la santé ;  Toumani Sidibé, l’ex directeur national de la santé ;  Doullaye Coulibaly, Charles Sanogo, Alassane Coulibaly, Youssouf Boré, Badra Alou Coulibaly, Mohamed Berthé, Alimata Naco, Satigui Sidibé, Djoumbogo Yalcouyé, Issiaka Béréthé, Djofflo Coulibaly, Mamadou Ousmane Ba, Mambé Coulibaly, Dramane Simpara, Mamadou Makadj, Issa Sow. Ils ont tous été acquittés et doivent être mis en liberté », a déclaré le président de la cour. Avant d’ajouter qu’après avoir délibéré conformément à la loi, Ichiaka Diallo, l’ex comptable du Fonds mondial est condamné à 5 ans de prison.

Lors de sa réplique, le ministère public, à travers Danièl Téssougué, a indiqué qu’il a été mis mal à l’aise par la partie civile. Avant d’ajouter que le triomphe du droit est au bénéfice des citoyens. Un juge travaille avec sa conscience en appliquant la loi, a-t-il dit. Le procureur général s’est dit heureux pour l’acquittement des 19 personnes. Avant de demander à la cour d’accorder des circonstances atténuantes en faveur d’Ichiaka Diallo. La partie civile représenté par Douada Doumbia n’a pas demandé des dommages et intérêts mais a réclamé le remboursement de la somme de 121 097 900 FCFA qu’Ichiaka Diallo a reconnue.

Au cours des plaidoiries, Me Alassane Diop qui défendait l’ex directeur national de la santé, Toumani Sidibé a fait savoir qu’il y’a eu des arrestations irrégulières dans cette affaire. « L’injure et l’injustice ont fait trop de ravage dans ce pays. La cour d’assise est la formation, la sensibilisation et la pédagogie. Ayons le courage de faire l’introspection », a-t-il dit. Me Diop a dénoncé l’insuffisance du juge d’instruction et la vexation dans les commissariats. Il a demandé à la cour  l’acquittement pur et simple de son client. Me Amidou Diabaté qui assurait la défense de Satigui Sidibé, ex directeur général des marchés publics, a souligné qu’il n’a pas été déçu.

Selon lui, ce n’est pas courant qu’un ministère public admette qu’il n’y’a pas de charge contre telle ou telle personne. « Les infractions ne sont pas établies parce que les interrogatoires ont permis d’éclaircir les zones d’ombres », a-t-il déclaré. A l’en croire, en 40 ans de service, la conscience professionnelle de son client ne lui permet pas de commettre des forfaits. Me Mountaga Tall qui défendait l’ex ministre de la santé Oumar Ibrahim Touré a rappelé que ceux qui ont fait l’enquête préliminaire ont pêché. Selon lui, cette audience publique permet aux gens de sauver leur dignité.

Pour Me Tall, le ministère de la santé gère plus de 120 milliards par an. Il a précisé que l’ex-ministre n’a pas été demis de ses fonctions, mais qu’il a lui-même démissionné. Me Magatte Sèye qui défendait pratiquement tous les inculpés a souligné que c’est un dossier qui a été monté de toutes pièces. Selon lui, la nullité de l’’arrêt de renvoi devrait être faite devant la cour suprême car cet arrêt est une injure contre le droit et contre la procédure. Pour Me Sèye, il n’y’a pas eu de violation des règles du marché public. Donc à cet effet, le délit de favoritisme n’est pas justifié. Au cours de sa plaidoirie, il a fait savoir qu’un dossier n’est crédible que lorsqu’il dit la vérité.

Aguibou Sogodogo

 

SOURCE:  du   13 déc 2012.    

Autres articles dans la même catégorie

28 Réactions à Affaire fonds mondial : Oumar I Touré blanchi

  1. Lynx22

    Faites comme l’Internal Revenue Service (IRS),a defaut de prouver la culpabilite des auteurs ,c’est a eux de prouver leur innocence en justifiant leurs biens.C’est la maniere de lutter contre la corruption au Mali…Il faut qu’il ait le parallele entre les REVENUS,LES TAXES ET LES BIENS DES CITOYENS…
    :evil: :evil: :evil:

    • Bougobalini

      Comparaison n’est pas raison. Les USA ont un systeme d’informatisation de toutes les donnees assez sophistique, contrairement au Mali qui n’en a pas encore sinon tres peu. Alors le systeme IRS n’est pas pour le Mali, pas pour l’instant en tout cas.

      • Lynx22

        Fais tu semblant ou quoi?
        On n’a pas besoin du serveur de la NASA pour justifier ses bien….VRAI ou FAUX ????