Après les morts par bahutage / Mise en place du tribunal militaire du Mali

    0
    9

    Le tribunal militaire du Mali va être opérationnel. Hier jeudi 22 décembre, la Cour d’Appel de Bamako a abrité la prestation de serment de ses membres : magistrats et greffiers. Cet évènement intervient à moins de trois mois après la mort, au cours d’exercices de bahutage, de cinq élèves officiers d’active à l’Ecole militaire inter armes de Koulikoro. Ces morts qui ont été qualifiés d’assassinat, ont entrainé des sanctions administratives de certains responsables de l’encadrement, des sanctions disciplinaires, et la radiation de l’armée des présumés auteurs de crime d’assassinat.

    Le tribunal militaire a été instauré par la loi n°95-042 du 20 avril 1995 portant Code de justice militaire au Mali. Il est habilité à juger les affaires opposant la justice aux officiers, sous officiers, militaires et tout autre porteur de tenue ayant commis un délit ou ayant fait une grave entrave aux lois en vigueur.     

    Le tribunal militaire du Mali aura 3 sièges à savoir, notamment à Bamako, à Kayes et à Mopti. Chacun sera composé d’un président (magistrat), de 4 juges militaires d’un greffier et d’un sous officier.                                                         

    La prestation de serment des magistrats et greffiers du tribunal militaire du Mali a eu lieu ce 22 décembre à la cour d’appel et était présidée par le Procureur Général Souleymane Coulibaly, le Bâtonnier Issiaka Keita et le Vice Président la cour Moussa Sada Diallo. Au total, 57 magistrats et 6 greffiers dont une femme devaient prêter serment mais 43 magistrats et les 6 greffiers ont pu le faire, les 14 autres magistrats étant en mission.                                             

    Dans son discours le Procureur Général a tenu à rappeler aux différents prestataires de serments, les règles de conduites devant régir leurs vies au cours de l’exercice de leur fonction, à savoir la priorité de respecter et d’appliquer la loi car ils devront se pencher sur des dossiers délicats et surtout auront à toujours garder le secret des délibérations. Son discours a été suivi de celui du bâtonnier qui a exprimé sa joie pour cette prestation de serment combien importante pour la justice. Il les a exhortés au respect strict de la loi.                       

    Les magistrats et greffiers ont ensuite eu à prêter serment en jurant sur l’honneur «  de bien remplir leur fonction, de garder le secret des délibérations et de se conduire de façon digne et loyal ».        

    Comme on peut l’imaginer, les premiers dossiers de ce tribunal comprendront sans doute l’affaire des élèves officiers d’active de l’EMIA, qui a été l’un des évènements les plus malheureux de notre pays au cours de cette année.

    Adiaratou Sangaré

     

    NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.