Bougouni : Inculpés pour vol de 62 têtes de bœufs en Côte d’Ivoire ; Soumaïla Sangaré dit Soumaïla Banzana et ses complices seront fixés sur leurs sorts, le 15 mars prochain

    0
    1

    Cette affaire de vol qui s’est passé en territoire ivoirien en période de crise, concerne 62 têtes de vaches et de bœufs. Devant le Président Yaya Karembé, Soumaïla Banzana dont certaines personnes sur place à Bougouni croyaient qu’il ne pouvait pas être jugé, a été coincé jusque dans ses derniers retranchements, par les questions pertinentes qui lui ont été posées par le Président du Tribunal de Bougouni : Yaya Karembé. Soumaïla Banzana sans tourner autour du pot, a reconnu les faits qui lui sont reprochés et il devra connaître son sort le 15 mars prochain, en même temps que ses deux complices : Amady Allaye Boly et Amadou Sangaré dit Amadou Dicko.

     

    En son audience correctionnelle du 23 février dernier, le Tribunal de Bougouni (désormais trop petit pour contenir le public, ce, depuis l’arrivée sur place du Juge Yaya Karambé) était plein à craquer. Vieux, jeunes, scolaires et simples citoyens étaient tous venus en grand nombre assistés au jugement de cette affaire de vol de bétail par Soumaïla Banzana (39 ans, marié, père de 9 enfants) ; Amadou Bah dit Amadou Dicko (67 Ans, marié, père de 22 enfants) et de Amady Allaye Bolly (50 ans, marié, père de 12 enfants).

    Ces chefs de grandes familles étaient à la barre au grand désarroi de leurs enfants et épouses, qui n’avaient rien d’autre comme solution, qu’à prier et demander au bon Dieu d’accorder la clémence à leurs époux, qui ont été mis devant Dieu et les humains, sur la place publique de la grande honte. Face au géant Juge Karembé du Tribunal de Bougouni, nul ne doute que les mots manquent souvent à ceux qui sont appelés à s’expliquer des faits impropres et autres actes malsains, pour lesquels, ils se seraient retrouvés habitants du grand lycée public  et correctionnel de la capitale du Banimonotiè.

    Contrairement à Soumaïla Banzana (certainement un habitué des juridictions et qui a semblé avoir la tête sur les épaules face au Juge Karembé pour répondre aux questions qui lui ont été posées par celui-ci) ; cela n’a pas été le cas, pour les sieurs Amady Allaye Bolly et Amadou Sangaré dit Amadou Dicko. A la barre, ils étaient complètement déboussolés. Paniqués ou pas, en tout état de cause, on sait comment, ce qui est sûr, les sieurs : Amady Allaye Bolly et Amadou Sangaré dit Amadou Dicko ont tergiversé dans les réponses aux questions qui leur ont été posées par le Juge en rapport le vol des animaux appartenant à M. Inza Sanogo (Côte d’Ivoire).

    De son côté, dans son explication des faits, Soumaïla Banzana a soutenu, que le nombre des animaux qu’il avait conduits à Faragouaran dans le cercle de Bougouni, était de : 62 têtes et non 110 comme soutenait Inza Sanogo dans sa deuxième déposition. Aussi, il ressort d’après les enquêtes diligentées par les soins du Juge Yaya Karembé, que Soumaïla Banzana avait effectivement conduit 62 têtes et que quatre animaux lui avaient été repris depuis le territoire ivoirien par des proches d’Inza. Par ailleurs, 56 autres têtes avaient pu être récupérées et avaient été remises à Inza. IL faudra souligner que les enquêtes approfondies qui avaient été diligentées et menées par les soins du Juge Yaya Karembé ont été confirmées à la barre, par la partie civile et étayée dans la foulée, par le principal inculpé Soumaïla Banzana.

    Dans ses explications des faits, Soumaïla Banzana a dénoncé le comportement impropre du sieur Sita Diakité (cité en témoin dans cette affaire) et aux yeux de tout le public qui avait fait le déplacement dans la salle d’audience du Tribunal de Bougouni, le 23 février dernier n’est autre qu’un individu à la langue sucrée. Certains spectateurs de l’audience croient fermement que Sita Diakité, à la suite, pourrait être à son tour écroué dans les jours à venir, par le Juge Yaya Karembé. Des coulisses, il apparaît d’après plusieurs personnes sur place, que le sieur Sita Diakité, serait le principal acteur de ce vol bétail sur le sol ivoirien. Il ressort que c’est lui qui avait chargé Soumaïla Banzana de conduire ces animaux volés sur le territoire ivoirien (zone contrôlée par la rébellion) à Faragouaran, chez le nommé Amadou Sangaré dit Amadou Dicko.

    Ainsi conformément aux accords conclus entre Sita Diakité et Soumaïla Banzana, à l’arrivée du second « cité », à Faragouaran, il devrait remettre les animaux au sieur Amadou Sangaré dit Amadou Dicko. Soumaïla Banzana qui n’avait pas trouvé Amadou Dicko sur place avait dans son hameau à Faragouaran, avait contre toute attente confié, les animaux au fils de ce dernier, tout en lui tenant ces propos : « ces bœufs, tu ne pourras les remettre qu’à moi ou à Sita Diakité, donc pas quelqu’un d’autre en dehors de nous deux ». Soumaïla Banzana dira que Sita Diakité, à ne pas confondre avec le nom féminin : Sitan ou Assitan ; lui avait promis dix têtes s’il parvenait à rentrer au Mali avec ces animaux volés. Et que c’est fort de cette promesse, qu’il était débrouillé à rentrer à Faragouaran avec ces animaux.

    La suite a été sans commentaire pour  Soumaïla Banzana, qui a confié ceci : « J’ai été trahi par le spécialiste des vols de bétails, je veux parler de Sita Diakité. Tout en me chargeant d’utiliser tous les moyens pour faire entrer ces animaux au Mali, eh bien ayant senti entre temps, le danger venir vers lui, a dû trouver des moyens pour se décharger définitivement sur moi. Président, j’ai compris aujourd’hui que ma naïveté a joué un rôle important dans mon arrestation, car je suis tombé dans le piège de Sita Diakité à cause de cette naïveté chronique de ma part ».

    Qu’il en soit ainsi, le Juge Yaya Karembé, a jugé l’affaire contre toute attente (en tenant bel et bien les débats) conformément aux dispositions en vigueur dans le code pénal et le code de procédure pénale du Mali. Il a jugé cette affaire de vol de bétails, qui avait fait  le tour de la quasi-totalité des villes et villages du cercle de Bougouni et environnants. Le Juge, Yaya Karembé, en jugeant cette affaire avec responsabilité n’a pas manqué de tenir informer sa hiérarchie que les voleurs qui avaient tenté de défier la justice ont été défié à leur tour par cette même justice. Le Président Karembé à la fin de l’audience de ce jeudi 23 février 2012, a fixé le délibéré de l’affaire au 15 mars 2012. A Suivre

    Par Zhao Ahmed Amadou Bamba

    Envoyé spécial à Bougouni.

    NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.