Colère de milliers de Maliens de France, privés de présidentielle

3
Des Maliens de France regardent, le 23 juillet 2013, des affiches électorales placardées à l'entrée du centre Bara à Montreuil, près de Paris  © AFP
Des Maliens de France regardent, le 23 juillet 2013, des affiches électorales placardées à l’entrée du centre Bara à Montreuil, près de Paris
© AFP

Bagnolet (AFP) – Comme la majorité des Maliens de France, Ozoumane Sissoko ne pourra pas voter dimanche à la présidentielle malienne: son nom ne figure pas sur les listes électorales.

Pendant plus d’une heure, il a scruté les listes placardées sur les murs du consulat à Bagnolet, près de Paris. En vain.

“J’ai perdu trois jours de travail”, regrette cet agent d’entretien de 48 ans, qui a cherché son nom à l’ambassade et à une troisième adresse parisienne où des listes sont aussi affichées.

A l’approche du premier tour de la présidentielle, la colère gronde chez des milliers de Maliens de France, qui faute d’obtenir la carte d’identification biométrique faisant office de carte d’électeur, ne pourront participer à ce scrutin crucial, censé sortir le Mali de la crise.

Au premier étage du consulat, des dizaines de personnes consultent, parfois sur la pointe des pieds, parfois courbées au sol, les “listes d’électeurs potentiels”, dans l’espoir d’y trouver leur nom ou leur photo.

Une gageure : la liste est placardée sans respect de l’ordre alphabétique, les électeurs sont classés tantôt par nom, tantôt par prénom. “C’est un désordre total, et c’est très frustrant”, déplore M. Sissoko, installé depuis 20 ans en France. “On est empêchés de voter alors que c’est très important pour le Mali”, se désole-t-il.

Sur le trottoir, Cheikh Oumar N’Diaye, mallette à la main, tempête: “C’est quand même un comble: je suis président de bureau de vote à Saint-Denis et ça fait deux semaines que je cherche ma carte ! J’ai cherché sur le site de la direction générale des élections, je n’ai rien trouvé, je n’existe pas!”

“Ça fait une heure que je cherche sur les listes, j’ai mal aux genoux, il faut s’accroupir ! Abana ! (“ça suffit !” en malinké)”, s’emporte un autre, lui aussi bredouille.

Selon le consulat, 200.000 Maliens en situation régulière vivent en France, représentant la première communauté malienne hors d’Afrique, mais seuls 81.000 d’entre eux ont été enregistrés en 2010 lors du dernier recensement malien et le consulat n’a reçu au total que “29.000 cartes dont environ la moitié a été distribuée à ce jour”, a précisé mardi à l’AFP le consul général, Mangal Traoré.

“erreurs techniques”

Interrogé, l’ambassadeur Boubacar Sidiki Touré reconnaît un “problème national” et “des erreurs techniques” tant au niveau du recensement que du fichier électoral qui en a été extrait.

Résultat : plusieurs dizaines de milliers de Maliens de France seront privés de scrutin. “Une minorité va pouvoir voter”, admet le consul qui souligne que “les gens étaient particulièrement motivés pour cette élection, d’où leur très grande frustration”.

Toutefois, “cela ne remet pas en cause la crédibilité du scrutin”, insiste-t-il, rappelant que le Mali compte au total 6,8 millions d’électeurs inscrits.

“Les gens ont l’impression qu’on tente de leur voler l’élection”, constate néanmoins Moussa Gory, représentant en France de Konimba Sidibé, l’un des candidats, venu battre campagne à Montreuil, banlieue parisienne parfois surnommée “la deuxième ville du Mali” en raison de l’importance de la communauté immigrée malienne.

“Dans les foyers de travailleurs, il y a un engouement pour les élections, mais les gens se plaignent car ils n’ont pas leur carte”, souligne-t-il.

Même lui, qui dit “mouiller la chemise” toute la journée pour son favori, ne pourra pas voter : il n’a pas reçu le sésame, contrairement à sa femme et à ses enfants, franco-maliens.

Malgré l’imbroglio des cartes électorales, la campagne bat son plein à Montreuil. Le portail du foyer Bara, l’un des plus gros et des plus connus des foyers de travailleurs maliens en témoigne : une vingtaine d’affiches de candidats y ont été collées ces derniers jours.

“Depuis une semaine, c’est le défilé” des représentants des candidats, témoigne un habitant, au milieu des étals de fortune débordant de mangues et dattes.

Pour Moussa Sow, 40 ans, peu importe le résultat: tout ce qu’il veut, c’est que le Mali ait un président élu et qu’enfin, “il sorte le pays de la merde”.

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. C’est honteux cette election, des soldats sont en train de sacrifier leur vie pour faire voter kidal alors que le nombre de maliens en france est 1000 fois plus nombreux. Dire que mm 1/10 ne va pas voter !!! Probleme technique! c du foutage de gueule.

  2. Pour les partisans de la force en Afrique,peu importe la validite du processus electoral puisque c’est eux qui declareront les resultats et eliront leur candidat.C’est amusant de les entendre dire que quel que soit le nombre de votants, les resultats seront valides.La Diaspora ne participera pas a cette election a cause des ingerences exterieures.Nous avons des leaders qui cherchent a plaire a leurs
    Patrons colons au depens des droits des citoyens Maliens.Ils se comportment comme s’ils sont plus maliens que les autres;ils traitent nos Textes fondamentaux comme si leurs decisions etaient au-dessus de ces textes.Ils sont Hommes d’Etat tout en ignorant les exigencies de l’Etat.Alors qu’ils devraient temoigner le plus grand respect ,la plus grande loyaute envers l’Etat,ils se placent au-dessus de l’Etat.Dans les pays democratiques,nul n’est au-dessus de la loi.Il faut qu’il en soit ainsi au Mali.Nous devons punir la Haute Trahison.Le Chef de l’Etat incarne la Nation,l’Etat.C’est ca la LOI

Comments are closed.