DĂ©veloppement agricole : Le Mouvement Biologique malien en crise

0

La  commission de contrôle du conseil d’administration du Mouvement Biologique Malien soutenue par les coopératives des huit (8) zones de production a tenu dans la salle Siraba Togola de Bougouni le 27 novembre 2012 une assemblée générale d’information sur les difficultés actuelles de l’organisation.

Huit mois après le renouvellement des instances du MOBIOM,  la mauvaise gouvernance a persisté au sein des cette structure considérée comme pilote en matière de gestion des organisations des  coopératives des cultures  biologiques au Mali.

En effet,  depuis le renouvellement du conseil d’administration supposé capable de gérer  la crise qui couvait entre l’équipe technique et les 8 coopératives affiliées, les observateurs avertis prédisaient une crise au sein de cette organisation, tant le fossé entre les différentes entités ne cessait de s’agrandir.

La crise a donc commencé à couver quand les rapports d’audit, et le bilan financier réclamés par le partenaire Helvetas SWISS INTERCOOPERATION n’ont pu être  produits. En outre, il a été constaté que le personnel technique du Mobiom occupait le premier plan pour tout ce qui concernait la vie et le fonctionnement de l’organisation, alors que dans les textes cette responsabilité est dévolue strictement aux coopératives.

En effet, les derniers éléments déclencheurs de la crise sont la fuite du chef comptable et le non paiement des primes de l’exercice 2011 aux producteurs.

La commission de contrôle soutenue dans ses actions  par les coopératives  a organisé une Assemblée Générale (AG) Extraordinaire le 27 novembre 2012 en vue d’informer les producteurs sur la crise que traverse le Mobiom. L’ordre du jour portait sur  la situation du non paiement des primes aux producteurs pour la campagne agricole 2011-2012, l’analyse de la pétition du personnel technique, la fuite du chef comptable, le retrait du principal bailleur dont Helvetas Swiss Intercooperation et l’insuffisance de communication constatée par les coopérants.

Au terme de cette AG extraordinaire les participants ont convenu de la dissolution de toutes les instances de l’organisation jusqu’à nouvel ordre et de la mise en place d’un comité de crise de 9 membres représentants les zones de production  du MOBIOM en lieu et place des organes dirigeants. Cette décision de suspension a été prise par 57 coopératives sur les 85 que compte le mouvement.

Ainsi, un comité de crise a été investi avec comme mandat :

-L’organisation et l’exécution  de la passation  de service à tous les niveaux : l’équipe technique, le CA sortant et la commission de contrôle ;

-L’exécution de toutes les voies de recours afin de remettre  le Mobiom dans ses droits ;

-L’organisation et la commande d’un audit administratif, financier et matériel du Mobiom dans toutes ses composantes ;

-La gestion des affaires courantes;

-L’organisation de prochaines élections des instances du Mouvement Biologique Malien ;

-L’information de tous les partenaires et collaborateurs  extérieurs ;

-L’organisation et la mise en œuvre dans les meilleurs délais des missions de restitution et de recueil des informations à la base dans les huit (8) zones de production.

 

Notons que le Mouvement Biologique Malien a été créé en 2002 à l’issue du programme expérimental de Helvetas-Mali. Actuellement, le Mobiom compte 85 coopératives comprenant plus de 10 500 producteurs basés principalement dans les zones de production de la CMDT de Bougouni, Yanfolila, Kolondiéba, Garalo, Yorosso, Koutiala, Kati, Bla et dans la zone OHVN.

Et depuis 2002, Hevetas-Mali accompagne techniquement et financièrement l’organisation dans la mise en œuvre de ses programmes d’activité notamment dans la production du coton biologique équitable.

Grâce à ce soutien, le personnel technique du Mobiom a établi des contrats de partenariat avec d’autres organisations comme la CMDT qui achète et égrène la plus grande partie de la production du coton biologique, coton produit sans engrais chimique et reverse aux producteurs des primes de qualité par exercice.

Cependant, face aux raisons évidentes de mauvaise gouvernance Helvetas Swiss intercooperation a suspendu son financement en attendant que la situation soit clarifiée.

Nous vous tiendrons informés de la suite dans nos prochaines livraisons.

B.S

PARTAGER