Diango à la primature : Des larmes au sourire

2 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

                Grand commis de l’Etat, il l’est. Grand intellectuel, il l’est également. Et puis ? Le nouveau Premier ministre malien est connu depuis mardi dernier, il s’appelle Diango Cissoko. Ce sexagénaire qui était Médiateur de la République et Conseiller spécial du PM démissionnaire était bien placé pour être PM. C’est désormais effectif et dans un contexte particulier. Qu’attendre alors de lui ? 

Mr Diango Cissoko, PM

La roue de l’histoire tourne et rien ne peut l’arrêter. Cheick Modibo Diarra, astrophysicien et candidat à la présidentielle avortée d’avril 2012, coup d’Etat du 22 mars 2012 oblige, a été nommé PM avec « pleins pouvoirs » par la junte et la CEDEAO. A la solde de cette junte pendant ses premiers mois de gestion, il se démarqua peu à peu de cette dernière pour emprunter la voie politique. Cependant, il négligeait l’autorité du Président de la République par intérim.

Après 8 mois de gestion à la primature, CMD a tiré sa révérence mais de façon désastreuse. Il fut contraint de démissionner, ce qui est antidémocratique. Il reste à savoir ce que l’avenir va lui réserver. Car, rien ne semble clair dans tout ce qui se fait et se dit actuellement au Mali. Et si CMD devenait le futur Président du Mali… ? Attendons de voir. La parenthèse CMD se ferme d’abord. Place au grand cousin Diango Cissoko, professeur émérite et grand commis de l’Etat.

QU’ATTENDRE DE LUI ?

Du 26 janvier 2008 au 16 mai 2011, Secrétaire général de la présidence de la République avec rang de Ministre et en cela le premier collateur d’ATT. Depuis le putsch, aussi bien Médiateur, il était le conseiller spécial de CMD. Comprenez le reste. Aujourd’hui, c’est-à-dire depuis le 11 décembre dernier, Diango est Premier ministre. Le rêve se réalise enfin. Des larmes au sourire. Pourquoi ?

En 2007, après le plébiscite d’ATT à la présidentielle, des noms circulaient pour la primature parmi lesquels celui de Diango Cissoko. La surprise et la déception furent grandes pour M. Cissoko dont les larmes ont coulé jusqu’à omettre le nom d’un Ministre. C’était au moment où il lisait la liste du gouvernement d’alors. Lorsqu’a eu le putsch, il était encore annoncé, patatras. Finalement, dans une situation d’exception, notre grand cousin Cissoko a le sourire aux lèvres, il est nommé Premier ministre.

Alors, il est attendu de lui de relever deux défis majeurs : la libération du Nord du pays et l’organisation d’élections libres, transparentes. Mais, au vu de son parcours, n’est-il pas nécessaire de réfléchir. Suivez plutôt.

Secrétaire général de la présidence et premier collaborateur d’ATT pendant 3 ans, n’est-il pas comptable direct de la gestion d’ATT ? Peut-on et doit-on accuser les régimes précédents de tous les problèmes dont souffre ce cher Mali et faire confiance à Diango ? Surtout qu’au regard de sa responsabilité des 20 dernières années, sur une centaine de Maliens, il a occupé plus de grandes responsabilités mais surtout décisionnelles. A-t-il toujours trahi les siens ou n’a-t-il jamais été écouté par les siens ? Nous ne nous aventurons pas assez sur cette question. Mais, qui vivra verra.

Sans être un oiseau de mauvais augure, l’ancien Udépémiste risque de faire perdurer la transition et créer encore des remous. Cependant, nous ne pouvons que lui souhaiter bonne chance et plein succès.

 

Boubacar DABO

 
SOURCE:  du   14 déc 2012.    

2 Réactions à Diango à la primature : Des larmes au sourire

  1. Diongo ok mais les journalistes éviter un peu le griotisme .cest ça votre défaut . Vous allez commencer avec des titres comme (docteur,excellence ,…)et finalement le gas va prendre la grosse tête et se voir indispensable.cest bizarre on attend tjrs barrak oboma,nikola Sarkosy ,François hollande mais au Mali c’est tjrs docteur professeur et le sais je encore.Et c’est tjrs les gros titres ki nous déçoivent .Reflechisez-y

  2. sbt

    Au nord la population soufre et L’armée dort au sud pour attendre la communauté etrangère et la négociation de Blaise qui n’aimera jamais le Mali.C’est ecoeurant.
    Au nord les coups de fouets sont monnaies courants avec la taille des pantalons entre autre.
    Mais Bon Dieu quelle honte pour nos dirigeants moribonds et defiants face à la realité.
    Est ce que cette population du nord nous pardonnera un jour????.