Le commissaire du 3ème Arrondissement sur l’état d’urgence : «Nous ne baisserons jamais les bras face à l’insécurité»

0

Dans le cadre de son programme d’activités, mais aussi pour célébrer le 25 mai, journée de l’Afrique, le conseil communal des jeunes de la commune II a organisé une conférence-débat sur l’apport de la police du 3ème arrondissement dans la sécurité en commune II, en rapport avec l’état d’urgence.

Le commissaire du 3ème Arrondissement de police, Moussoudou Arby
Le commissaire du 3ème Arrondissement de police, Moussoudou Arby

Le principal conférencier était le commissaire du 3ème Arrondissement de police, Moussoudou Arby ; le modérateur était Diadié Touré, le substitut du procureur de la République en commune II. Le chef de village de Quinzambougou Boua Simpara, le président du conseil des jeunes Moussa Guindo et des représentants de la mairie étaient présents.

Pour le commissaire du 3ème Arrondissement les dispositions sécuritaires  de son commissariat resteront les mêmes ; cela même après l’état d’urgence. C’est le président du conseil communal de la jeunesse qui a souhaité la bienvenue à tous les invités. Lui, Moussa Guindo, pense qu’il n’est jamais tard pour mieux faire, surtout quand il s’agit des questions sécuritaires. Pour lui, la rencontre a été organisée surtout pour sensibiliser les jeunes sur le fléau que constitue l’insécurité dans la commune. Avec ses 12 quartiers, parmi lesquels les quartiers des familles fondatrices de Bamako. Pour une meilleure sécurisation des quartiers de la commune II, le jeune Guindo a demandé un 2ème commissariat pour que les policiers puissent mieux accomplir leurs missions. Car la population augmente de jour en jour.

Prenant la parole, le commissaire du 3ème Arrondissement, Moussoudou Arby, avant de parler du thème «insécurité état d’urgence et rôle de la police», a salué tout le monde. Selon le commissaire, la police doit s’efforcer de faire évoluer ses relations avec les usagers, en l’occurrence la population, vers un rapport reposant désormais sur une plus grande confiance réciproque. La police doit travailler avec la population pour que ses rapports avec elle ne soient pas conflictuels.

Parlant de la commune II, il dira qu’elle couvre une superficie de 16,81 Km2, pour une population estimée à plus de 200 000 habitants, avec un ratio police-population de 1 pour 1575 habitants. «Cela veut dire qu’un policier doit pouvoir, sur la base ce qui existe actuellement, sécuriser 1575 individus».Voilà l’enjeu, sans compter les infrastructures, les écoles, bars, hôtels et restaurants. En plus des lieux comme le stade Modibo Keïta, la grande mosquée et le dépôt de gaz et les 80% de l’industrie du pays. Le commissaire a expliqué l’état d’urgence et les manières de sécurisation des lieux publics et les cortèges. Moussoudou Arby a donné aussi quelques explications sur l’état de siège.

À son tour, le chef de quartier de Quinzambougou, Boua Simpara, pense que cette conférence est venue un peu en retard, car il y a eu trop de violations de l’état d’urgence, de la part des jeunes filles et garçons. Il a salué les organisateurs avant de leur dire d’être plus concrets par rapport à la sécurité. Car le Mali vient de rentrer dans une autre phase de la lutte contre les terroristes. Il a surtout demandé aux jeunes d’être vigilants.

Les représentants du maire de la commune II, à savoir le secrétaire général et le 5ème adjoint, ont tous salué les efforts de la police. Pour eux, la police du 3ème Arrondissement est à la hauteur et s’est toujours bien exécutée. La mairie, selon le secrétaire général, a même pris des sanctions contre les mairies secondaires qui n’ont pas respecté l’état d’urgence, lors des cérémonies de déclaration de mariage.

La conférence-débat a été une occasion pour les jeunes de s’exprimer, mais surtout de demander la création d’un 2ème commissariat. Les  jeunes se disent prêts à jouer le rôle de brigade de vigilance, pour aider la police dans son travail.

Après la conférence-débat de la matinée, dans l’après-midi, il y a eu une rencontre de football. La police du 3ème Arrondissement a battu les jeunes de la commune II par le score de 4 buts à 2.

Nana HOUMAMA

PARTAGER