LE MALI DANS LES ACCORDS UE-ACP:Appel à la diversification des exportations

    0
    Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale S. E. M. Moctar Ouane a présidé hier, à l’hôtel Salam, l’ouverture des travaux de la mise à niveau des accords sur les négociations de l’accord de partenariats économiques Afrique de l’Ouest/UE.
    Deux jours durant, les participants plancheront sur l’Accord de Cotonou, les principes et objectifs des accords de partenariat économique, la feuille de route de l’Afrique de l’Ouest pour les négociations des accords de partenariat économique entre l’Afrique de l’Ouest et l’UE, l’état des lieux des travaux des cinq groupes techniques thématiques.
    Les projets de cadre de référence des APE et de structure de l’Accord ainsi que les mesures d’accompagnement pour le renforcement des capacités face aux APE seront d’autres sujets exposés au cours de la rencontre.
    Le Mali, en vue de coordonner et de bien préparer sa participation aux négociations dans le cadre de la communauté a mis en place un comité national de suivi des accords de partenariat économique ACP-UE chargé d’examiner toutes les questions relatives aux négociations et à la mise en œuvre de l’accord de partenariat économique UE-ACP… Les négociations entreront dans une nouvelle phase où il faudra que les Etats membres de la Cédéao se les approprient.
    Après plusieurs décennies d’intégration, la part du commerce intra-communautaire dans l’Uémoa dépasse à peine 17 % et est nettement inférieure à 10 % dans la Cédéao. Le commerce avec les pays membres de la Cédéao non-membres de l’Uémoa ne représente que 2 % du commerce extérieur du Mali.
    C’est la raison pour laquelle le ministre des Affaires étrangères a dit que les ACP doivent s’investir fortement dans les accords qui seront issus des négociations de Doha Round en cours. « De façon générale, les ACP doivent s’investir fortement pour obtenir la flexibilité voulue dans l’article 24 du GATT relatif aux accords commerciaux régionaux afin de garantir la souplesse requise dans la libération progressive des échanges commerciaux avec l’UE ».
    Selon M. Ouane, notre pays doit s’atteler à la diversification des exportations, la maîtrise de la concurrence induite par les importations, le développement de la valeur ajoutée des produits exportés au travers de la transformation des produits de base.
    Le ministre de l’Economie et des Finances, du chef de la délégation de l’UE au Mali, de l’ambassadeur du Mali à Bruxelles ont assisté à l’ouverture de la rencontre.

    Amadou Sidibé

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER