Librairie : « Kuyaté, la force du serment » bientôt en version anglaise

    0

    La pertinence de la thématique, la qualité de l’écriture et la richesse de la recherche scientifique ont séduit les lecteurs de l’ouvrage dont les anglophones qui ont décidé de le traduire  en Anglais. L’universitaire Jody A. Benjamin, de la prestigieuse école des sciences et des arts de Haward (aux Etats unis) s’est assigné cette tâche et compte boucler le travail avant janvier 2012.

    « Kuyaté, la force du serment : Aux origines du griot mandingue », est un chef-d’œuvre du Pr. Drissa Diakité publié chez les « Editons la Sahélienne ». Préfacé par l’une des meilleures plumes de la littéraire contemporaine africaine, Ousmane Sow, ce livre est un récit de l’épopée mandingue en 195 pages. Il pose opportunément la problématique de la tradition orale comme source de l’histoire africaine. Au moment où les fétichistes de l’écriture reviennent à la charge, arguant que le passé lointain de l’Afrique est absent du fait de l’inexistence de document écrit, cet ouvrage apporte la magistrale démonstration que la parole ancienne est en pays mandingue un merveilleux réservoir de connaissances historiques, de savoir-faire et de savoir-être.  Le titre « Kuyaté », nous confie l’auteur, réfère aux griots, ces détenteurs par excellence de la mémoire historique chez les Mandingues. Drissa Diakité nous donne à lire un récit palpitant relatant les principaux évènements qui ont conduit à l’avènement de l’empire du Mali au XIIIème siècle. Il met en scène plusieurs figures historiques comme Soumaoro Kanté, Sundjata Keïta, Tiramagan Traoré, Fakoli Kourouma, Kamajan Kamara, etc. et porte un éclairage nouveau sur le rôle des grands clans constitutifs  du Manden.
    Avec force, le livre retrace aussi d’une manière générale la genèse des héros fondateurs de l’empire du Mali. Au cours des siècles suivants, d’autres personnalités emblématiques poursuivront cette grande aventure jusqu’au-delà des limites du continent africain. Ce n’est donc pas un fait du hasard si le jury du concours littéraire a attribué à ce livre le prestigieux « Prix Massa Makna Diabaté » 2010.

     « Une tâche exaltante »

    La sortie du livre a connu un grand succès dans les librairies grâce à l’engouement suscité chez les lecteurs. L’ouvrage se lance à la conquête du lectorat anglophone, à travers la traduction en version anglaise. La lourde responsabilité a été confiée à Jody A. Benjamin. Pour lui, le défi est immense, mais exaltant. Car, explique-t-il, traduire, c’est trahir. Mais l’intérêt manifesté pour cette tâche n’est pas fortuit, comme nous l’explique-t-il. Venu à Bamako le 27 juin dernier dans le cadre de la rencontre de l’Association des études mandingues (Mensas), l’universitaire a exprimé un intérêt particulier pour le l’ouvrage à cause, dit-il, de la richesse de la recherche scientifique. Chercheur à la Faculté des sciences et des arts de l’Université de Haward, M. Benjamin travaille sur une thèse de doctorat sur l’histoire de l’empire mandingue. « L’actualité du livre a suscité un intérêt chez moi. Car, dans mon université, nous avons un programme assez large sur l’Afrique. A travers la traduction de ce livre, mes recherches sur ma thèse seront renforcées. Je crois pouvoir terminer la traduction avant janvier 2012 », a promis M. Benjamin.  Qui espère que la version anglaise permettra de conquérir des lecteurs de l’espace anglophone.
    Issa Fakaba Sissoko

     Diplômé des Universités de Caen et de paris (Panthéon-Sorbonne), Drissa Diakité est un historien. Pr. à la prestigieuse Ecole normale supérieure (EN-Sup) de Bamako de 1982 à 1996, le Pr. Diakité fut Doyen de la Facultés des lettres, langues arts et sciences humaines, Flash, de l’Université de Bamako pendant la période 1996-2006. Auteur de nombreux travaux et publications consacrés à l’histoire de son pays, il est aujourd’hui conseiller technique au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. 
     
     

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER