Lutte contre AQMI : Silence on libère les prêcheurs appréhendés entre Nara et Sokolo

0

Présenté comme des éléments liés à AQMI par les autorités malienne, finalement les personnes appréhendées par l’armée malienne dans le cadre de l’opération militaire mené contre Al Qaida au Maghreb Islamique dans la forêt de Waghadou ont été libérées dans la plus grande discrétion par la SE sauf leur hôte malien.  Cette libération en catimini a eu lieu le 9 juillet 2011 à Bamako.

Le 24 juin 2011, l’armée malienne et mauritanienne ont menée une opération militaire contre une base d’Al Qaida au Maghreb Islamique dans la forêt de Waghadou en territoire malien. Selon un communiqué du ministère de la défense, dans le cadre de cette opération les forces de sécurités maliennes ont appréhendés 11 personnes entre Nara et Sokolo. Ces personnes ont été en effet arrêtées dans le village de Gadjougou situé entre Nara et Sokolo.  Après cette arrestation, des enquêtes sur l’identité de ces personnes ont été mené par services de sécurité Maliens et de la Mauritaniens. Il ressort de cette enquête que neuf personnes parmi les onze déclarés par le ministère de la défense malienne ne sont pas liées à AQMI. Ainsi huit prêcheurs mauritaniens ont été libérés le 09 juillet 2011. Ces 8 mauritaniens n’étaient pas connues par les services de sécurité des deux pays.

Ainsi après  enquête les mauritaniens ont été identifiés comme étant des prêcheurs. Ils sont d’une secte mauritanienne communément appelé  « Daoua Tablighe ». Ils (prêcheurs)  ne sont pas liés à la nébuleuse d’Al Qaida au Maghreb Islamique. ils (prêcheurs) se sont bien signalé dans la préfecture mauritanienne d’Adel Bagrou situé à sur la frontière Mali-Mauritanie en mois de juin dernier. Ils viennent au Mali depuis 2005 où ils ont déjà fait des prêches à Bamako, Gao, Ségou………  le siège de cette secte se trouve à Nouakchott, et leur guide spirituelle s’appelle Abdelahi Ould Bolla. « Ils étaient confondu avec les salafistes d’Al Qaida au Maghreb Islamique par l’armée malienne par ce qu’ils étaient barbu et ayant une peau blanche » nous confie une source bien informées. Après identification les huit mauritaniens ont été ramenés à la frontière par les autorités maliennes et ont eu comme consigne de « rester en Mauritanie en attendant que la situation sécuritaire se stabilise au Mali ». Leur hôte, un malien de l’ethnie peulh du nom de Haya Bolly, commerçant du village de Gadjougou a été retenu par le service de la sécurité malienne. « Il détenait illégalement une arme de guerre, (un kalachnokov). Il doit être jugé d’abord » nous confie une source sécuritaire. Il faut rappeler qu’au moment de perquisition de la maison de Haya Bolly, les militaires maliens ont trouvé un kalachnokov dans sa maison. Dans cette zone, une kalachnikov 
Baba Ahmed

Commentaires via Facebook :

PARTAGER