Mahamadou Soumbounou dit Milmo à propos des élections de 2012 : \”Même si nos politiciens nous mentent tous les jours, cela ne devrait pas nous empêcher d’aller aux urnes\”

    0
    14





    De son vrai nom Mahamadou Soumbounou, Mylmo est né le 7 février 1987 au Gabon. Ressortissant de Touroungoumbé à Nioro du Sahel. Il étudie en Master II Multimédia au conservatoire de Bamako.  Il débute le Rap en 2000. Attiré et influencé par le flot de Ramses,  Mylmo commence à écrire des textes et effectue de nombreuses collaborations jusqu’en 2007. A la veille des élections présidentielles de son pays, il lance un appel de paix à la jeunesse malienne à travers l’indépendant Week-end.

    Mylmo fait ses premiers pas dans la musique en 2000. C‘est alors qu’il rencontre Penzy, Fuken-G, R-Fy et Doudou pour créer le clan F2R "Frères de la Rue"  dans le titre  "Bobakan" qui lance d’ailleurs le groupe. Il met  sur le marché discographique  son premier album en 2010. Il succède ainsi  à Master Soumy au titre du meilleur parolier de l’année 2010 du Mali Hip Hop Award. A partir de cet instant, le jeune rappeur commence à ébaucher son projet d’album avec Maliba  Production. C’est ainsi que son opus dénommé "Wilibali" ou "Vérité" voit le jour le 15 février  2011. Composé de 15 titres, cet album fait de Mylmo l’artiste le plus écouté, sollicité et apprécié du monde du Hip Hop Malien. De l’intro jusqu’au dernier morceau, tous ces titres sont pleins de sens, messages, et conseils. Ce qui fait de lui, aujourd’hui, le  précurseur d’un nouveau mouvement appelé le RAM (Le Rap Moraliste).  A titre d’exemple, le titre "Vie contraire" qui fait tabac dans toutes les radios et boites de nuits, fait une comparaison entre la vie de nos parents à l’époque et celle des jeunes présentement. Il est à signaler que Milmo est  l’auteur compositeur du hit de l’année "Bandjougou".  

         Très engagé dans ses chansons, il aborde tous les thèmes de la société actuelle: "De l’immigration au chômage en passant par les déceptions amoureuses à la cherté de la vie dans nos foyers". Milmo traite ses textes différemment des autres car selon lui il met beaucoup plus en exergue le côté moral  et surtout la vie quotidienne des maliens, en s’impliquant personnellement afin que tous les jeunes comprennent qu’il est temps de regarder dans le même sens.  "Le plus gros problème du Mali c’est l’éducation familiale. J’exhorte nos parents devront à plus d’attention dans l’éducation des enfants. Si je prends un exemple courant, dans nos corps tels que la police la gendarmerie etc… Ce sont les enfants généralement les enfants gâtés que les parents envois dans ces corps et tant que ces enfants ne sont pas bien éduqués cela se répercute et c’est à l’image de notre armée. Tant qu’on est pas instruit nulle part on ne peut aider sa nation " a-t-il précisé. Milmo arrive avec un nouveau single à la veille des élections présidentielles de 2012.

    Selon lui c’est la jeunesse qui doit sortir massivement voter son nouveau président. " Même si nos politiciens nous mentent tous les jours, cela ne devrait pas nous empêcher d’aller aux urnes. C’est dans le droit de chacun de nous de voter celui qu’on pense qu’il peut faire mieux par rapport aux autres. Il ne faut pas seulement les traiter de voleurs, les agresser dans nos textes, car à force de les traiter de voleurs ca les incitent à voler plus " a-t-il déclaré. Voulant s’exprimer par rapport aux chefs d’états africains, Milmo pense que si un chef d’état n’a pas pu travailler en deux mandats, ce n’est pas en 10 mandats qu’il ferra mieux. Un adage africain dit que "ce n’est pas avec un seul doigt qu’on peut ramasser une pierre". Le pouvoir devrait être rotatif afin que les esprits nouveaux puissent permettre la bonne construction et l’avancement de notre continent. Nos constitutions devront également être respectées.

    Milmo lancera un appel à la jeunesse malienne à travers son single de deux morceaux qui sera d’ici quelques mois sur le marché discographique. Les textes traités dans ceci sont des messages adressés à la jeunesse malienne par rapport aux élections présidentielles de 2012. Les jeunes maliens doivent  comprendre qu’ils doivent sortir massivement pour voter le nouveau président du Mali. " Je me dois le droit de voter et je le ferai pour le candidat qui m’inspire confiance."

     Mylmo, chantant en bambara, soninké, français et anglais, de son art arrive aujourd’hui à vendre l’image de son Nioro du Sahel à travers son surnom N-Sahel Prophétie.

                                                 Clarisse Njickam

    NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.