Mali-Mauritanie-armée-Qaïda : Deux civils blessés lors d’un raid d’avions mauritaniens au Mali (élu)

0
0

BAMAKO, 13 mars 2012 (AFP) – Un raid d’avions de l’armée mauritanienne  contre des membres présumés d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) près de  Tombouctou (nord-ouest du Mali), a blessé deux civils et non deux islamistes  comme l’a annoncé une source militaire malienne, a afirmé mardi à l’AFP un élu  malien.
“Deux avions de l’armée mauritanienne ont blessé dimanche deux civils  maliens, une femme et un jeune homme de la région de Tombouctou”, a déclaré  cet élu régional, Mohamed Ould Taher. “Les militaires mauritaniens pensaient  qu’ils avaient affaire à des gens d’Aqmi, mais c’étaient des civils”, a-t-il
insisté.
Il a affirmé que lundi, “des soldats mauritaniens sont arrivés sur les  lieux en territoire malien, dans la région de Tombouctou. Ils ont présenté des  excuses et donné 16.000 ouguiyas (40 euros environ) à la femme légèrement  blessée”.
Cette information a été confirmée par un autre élu de la région qui n’a pas  souhaité être cité.
“Nous avons actuellement un jeune Malien hospitalisé ici. Il a affirmé  qu’il était dans un véhicule à 65 km de Tombouctou, lorsque deux avions ont  tiré vers la voiture. Il a été blessé, ainsi qu’une femme civile”, a de son  côté déclaré une source médicale contactée à l’hôpital régional de Tombouctou.
Un responsable malien a affirmé à l’AFP sous couvert d’anonymat qu’un  “ministre mauritanien est attendu à Bamako dans les prochaines heures, pour  passer l’éponge sur ce fâcheux incident”.
L’aviation mauritanienne a effectué dimanche un raid contre une colonne de  membres d’Aqmi en territoire malien près de Tombouctou, faisant deux blessés  parmi eux, avait annoncé lundi à l’AFP une source militaire mauritanienne.
La Mauritanie mène régulièrement depuis juillet 2010 des opérations  militaires contre Aqmi en territoire malien, qualifiées de “préventives”.
La branche maghrébine d’Al-Qaïda a des bases dans le nord du territoire  malien d’où elle organise dans l’immense zone désertique de la bande  sahélo-saharienne des attentats et des enlèvements – essentiellement  d’Occidentaux – ainsi que divers trafics.

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.