Pour renforcer la résilience des populations victimes d’insécurité alimentaire : Enda-Mali et Caritas Allemagne lancent la 4ème phase du projet “Cash For Work” dans cinq régions pour 1,5 milliard de FCFA

1
Les responsables d'Enda Mali et les autorités administratives lors du lancement
Les responsables d’Enda Mali et les autorités administratives lors du lancement

Il s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du projet de réduction de l’insécurité alimentaire dans 14 Communes de cinq régions (Gao, Tombouctou, Mopti, Ségou et Kayes). Ce qui permettra de renforcer la résilience de ces populations victimes d’insécurité alimentaire. Ce projet se veut une réponse appropriée aux préoccupations du moment.

e projet de réduction de l’insécurité alimentaire à travers l’approche Cash For Work autrement dit “Argent contre Argent” est une initiative d’Enda-Mali avec le soutien financier de Caritas Allemagne et le Gouvernement allemand à travers son ministère des Affaires étrangères. A cause de l’occupation des régions du Nord en 2012, la phase d’expérimentation a concerné uniquement sept Communes des régions du Sud. Tandis que les trois autres phases ont été consacrées aux Communes des régions du Nord.

Compte tenu du succès enregistré de ces phases, Enda-Mali et ses partenaires ont officiellement lancé, le 8 juin dernier, la 4ème phase du projet Cash for Work, à Koriome, dans la région de Tombouctou. C’était sous la présidence du Coordinateur national de Enda-Mali, Soumana Coulibaly en présence des autorités politiques et administratives de la région, dont le Préfet du cercle de Tombouctou, Nampory Bagayoko et du 2ème adjoint au Maire de la Commune urbaine de Tombouctou, Kalifa Ag Imama.

Aux dires du coordinateur d’Enda-Mali, la 4ème phase du projet concerne 14 Communes de cinq régions. Il s’agit de Tombouctou (3 communes) Gao (5 communes) Mopti (3 communes) Ségou (2 communes) et Kayes avec une seule commune. Si les trois précédentes phases ont coûté 2 milliards 100 millions de FCFA, le budget de cette 4ème phase est estimé à 1,5 milliard de FCFA, soit un budget global de 3 milliards 600 millions de nos francs.

“Cette nouvelle approche du secours d’urgence Cash For Work traduit toute notre volonté de sortir de l’approche traditionnelle de distribution, pour nous orienter vers un système plus respectueux de la dignité des populations et plus adapté à leurs besoins. Il s’agit, sur la base d’un processus multi acteurs porté par les collectivités décentralisées, d’identifier et de réaliser des infrastructures communautaires par les populations avec l’appui des services techniques déconcentrés de l’Etat. Cela, à travers la réhabilitation des écoles, de centres de santé, points d’eau et des ponts, digues… contre paiement d’argent afin de permettre à ces communautés d’acquérir des moyens d’existence convenables et adaptés à leurs besoins” précisera le Coordinateur national d’Enda-Mali. Avant d’ajouter que : “Après trois ans d’expérimentation de l’approche Cash For Work, nous avons jugé nécessaire d’orienter davantage les travaux vers des actions de renforcement direct de la production alimentaire, en particulier les produits maraichers et le riz à travers une meilleure maitrise de la gestion de l’eau. Ce qui permettra d’amorcer dans ces zones d’intervention des actions durables de développement en matière de sécurité alimentaire”. Autres avantages, c’est aussi la relance des activités économiques à travers l’injection d”une masse monétaire importante dans le circuit économique local.

Prenant la parole, le 2ème adjoint au maire de la Commune urbaine de Tombouctou, Kalifa Ag Imama était visiblement très heureux du lancement de ce projet. Pour lui,  la date du 8 juin 2015 est un autre jour d’espoir, d’échanges et surtout de résultats pour les populations de Tombouctou. “Ce projet nous intéresse à plus d’un titre et viendra combler de grands besoins vitaux chez les populations en situation de vulnérabilité. Nous accueillons avec beaucoup de satisfaction cette action de Enda-Mali et ses partenaires surtout l’approche par laquelle elle sera exécutée à savoir Cash for Work” a-t-il précisé.

           A.B. HAÏDARA  

PARTAGER

1 commentaire

  1. Bonne chance aux aiglons du Mali,il faut les autorités respectent leur engagement en faveur ces jeunes qui font la fierté de notre cher patrie

Comments are closed.