Présidentielle américaine, J-25 : Donald Trump nie des accusations d’attouchements sexuels

0

Lors de deux meetings de campagne, le républicain a dénoncé les « fausses allégations » et dénoncé une « conspiration ».

  • Le fait du jour

Le candidat républicain à l’élection présidentielle du 8 novembre, Donald Trump, a nié farouchement lors de deux meetings, l’un en Floride et l’autre dans l’Ohio, jeudi 13 octobre, les accusations d’attouchements sexuels avancées la veille par cinq femmes. M. Trump a assuré n’avoir « jamais rencontré » certaines d’entre elles et dénoncé de « fausses allégations », ajoutant que les médias l’« ont calomnié et menti à [son] sujet ». « Ces attaques sont orchestrées par les Clinton et leurs alliés chez les médias », a accusé le candidat républicain, dénonçant une « conspiration ». M. Trump est englué dans cette affaire depuis la diffusion d’une vidéo embarrassante datant de 2005 dans laquelle il multipliait les propos obscènes et semblait banaliser le harcèlement sexuel. Interrogé à ce sujet lors du deuxième débat présidentiel, le magnat de l’immobilier avait assuré qu’il s’agissait de « propos de vestiaires » qui ne reflétaient pas son comportement. En Floride, M. Trump s’est montré prophétique : « Cette élection déterminera si nous restons un pays libre dans le vrai sens du terme ou si nous devenons une république bananière corrompue contrôlée par les grands bailleurs de fonds et par des gouvernements étrangers (…) L’élection de Hillary Clinton conduirait à la destruction de notre pays. »

Lire aussi :   Donald Trump en difficulté avec l’électorat féminin

  • La citation du jour

« Rien dans notre article n’a eu le moindre effet sur la réputation de M. Trump qu’il n’ait déjà lui-même créé, par ses propres paroles et ses propres actes. »

Menacé de poursuites judiciaires par le candidat républicain à la présidentielle, Donald Trump, à la suite d’un article consacré aux témoignages de deux femmes qui assurent avoir été victimes d’attouchements de sa part par le passé, le New York Times a mis au défi jeudi 13 octobre le milliardaire. « Nous publions des informations d’actualité sur un sujet d’un grand intérêt pour le public. Si M. Trump n’est pas d’accord, s’il croit que les citoyens américains n’ont pas le droit d’entendre ce que ces femmes avaient à dire et que le droit de ce pays nous oblige et oblige ceux qui osent le critiquer à rester silencieux ou à être punis, nous serons heureux qu’un tribunal puisse le remettre dans le droit chemin », a écrit l’avocat du quotidien, David McCraw, dans un courrier électronique adressé au conseil de M. Trump, Mark Kasowitz.

  • La vidéo du jour

La First Lady, Michelle Obama, s’est exprimée avec force sur les propos dégradants pour les femmes tenus par le candidat républicain Donald Trump dans une vidéo datant de 2005. « Il ne s’agissait pas dediscussions de vestiaires. Il s’agissait d’un homme puissant s’exprimant librement et ouvertement sur un comportement de prédateur sexuel. Et se vantant d’embrasser et de toucher des femmes », s’est indignée Mme Obama. « Quel que soit le parti auquel on appartient, démocrate, républicain ou indépendant, aucune femme ne mérite d’être traitée de cette façon. Personne ne mérite ce genre d’injures ». L’épouse du président, qui multiplie les déplacements de campagne pour appuyer la candidate démocrate Hillary Clinton, avait prononcé un discours remarqué lors de la convention de Philadelphie, en juillet, qui comportait cette phrase reprise par l’ancienne secrétaire d’Etat : « Quand eux s’enfoncent, nous, on s’élève ».

Lire aussi :   #PussyGrabsBack, #NotOkay… de l’activisme et de la catharsis contre le sexisme de Trump

  • Le sondage du jour

Hillary Clinton creuse d’écart sur Donald Trump
01020304050en % des avis exprimésHillary ClintonDonald TrumpGarry JohnsonJill Stein08/08/1609/09/1627/09/1603/10/1610/10/16

La candidate démocrate à l’élection présidentielle, Hillary Clinton, dispose de sept points d’avance sur son adversaire républicain, Donald Trump, en intentions de vote, dans la dernière livraison du baromètre électoral de Fox News publiée jeudi 13 octobre. Il s’agit de la plus importante avance pour Mme Clinton depuis deux mois.

  • Le chiffre du jour

10

Le candidat républicain à la présidentielle Donald Trump a effectué jeudi 13 octobre son dixième déplacement dans l’Ohio depuis le 1er juillet. La démocrate Hillary Clinton s’est rendue dans cet Etat à sept reprises pendant la même période. Le colistier de M. Trump, Mike Pence, a effectué quatre déplacements, contre un seul pour celui de Mme Clinton, selon le site Travel Tracker.

Un cheesecake aux couleurs patriotiques était offert au invités du dîner animé par l’élu républicain Paul Ryan à Brookfield (Wisconsin) le 13 octobre.

  • A suivre

La candidate démocrate à la présidentielle du 8 novembre, Hillary Clinton, gagne du terrain dans les Etats clé à la suite de la controverse liée aux relations de son adversaire républicain, Donald Trump, avec les femmes. Longtemps distancée dans l’Ohio, elle est revenue ainsi à un point du magnat de l’immobilier dans une enquête NBC Wall Street Journal, soit un écart qui se situe dans la marge d’erreur.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here