RĂ´le de la femme dans le processus de paix et du vivre ensemble : L’association AL CARAMA joue sa partition

0

alcamaraLa cĂ©rĂ©monie d’ouverture a Ă©tĂ© prĂ©sidĂ©e par le ministre de l’emploi, de la formation professionnelle, de la jeunesse et de la reconstruction citoyenne entourĂ©e pour la circonstance d’autres personnalitĂ©s notamment le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral du ministère de la rĂ©conciliation nationale et le chef de cabinet du ministère de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille.

OrganisĂ© en partenariat avec le ministère de la rĂ©conciliation nationale et la coopĂ©ration allemande GIZ, ce sĂ©minaire de deux jours qui se tient Ă  la veille de la signature de l’accord pour la paix et la rĂ©conciliation issu du processus d’Alger prĂ©vu le 15 mai prochain Ă  Bamako vise Ă  informer, sensibiliser et rĂ©concilier les cĹ“urs et les esprits des populations pour un Mali un et indivisible, laĂŻc et dĂ©mocratique.

Selon la prĂ©sidente de l’association Al Carama, Mme Zahabi Safia Moulaye HaĂŻdara, il s’agissait pour les participants Ă  travers cette rencontre qui a regroupĂ© les femmes issues de toutes les rĂ©gions du Mali, aussi bien du nord que du sud, d’Ă©changer, discuter et analyser le contenu de l’accord d’Alger paraphĂ© le 1er mars 2015 et convenir ainsi d’un vivre ensemble des communautĂ©s bambaras, arabes, peulhs, songhaĂŻs, touaregs et dogons. D’oĂą elle a invitĂ© ses sĹ“urs Ă  une participation active et sans complexe pour que sortent du sĂ©minaire, des recommandations pertinentes permettant de mieux comprendre l’accord, de transcender les susceptibilitĂ©s, d’Ă©viter les amalgames d’interprĂ©tation et d’avoir une vision partagĂ©e du processus pour un meilleur vivre ensemble.

Mme Zahabi a par ailleurs saisi l’occasion pour lancer un cri de cĹ“ur Ă  l’endroit de ses frères qui sont encore dans l’hĂ©sitation Ă  venir se joindre Ă  leurs autres frères qui ont paraphĂ© l’accord le 1er mars dernier. “ Mes frères, le Mali est un seul peuple uni par la mĂŞme foi et poursuivant le mĂŞme but. Comme le disait un penseur du siècle, je cite : “ la vie de chaque ĂŞtre humain constitue une part de notre propre existence car nous sommes impliquĂ©s dans le sort de l’humanitĂ©. Chacun de nous est responsable des autres et chacun de nous porte vis-Ă -vis de tous la responsabilitĂ© de chaque chose qui arrive “, a-t-elle dĂ©clarĂ©. En outre, elle a invitĂ© ses sĹ“urs Ă  prendre conscience de leur rĂ´le incontournable et de leur responsabilitĂ© sans partage dans le processus de paix. “Que chacune de nous s’assume comme actrice du destin de notre pays et de notre chère patrie, que nous sommes condamnĂ©s Ă  sauver, Ă  promouvoir et Ă  dĂ©velopper “, a-t-elle poursuivi.

L’initiative a Ă©tĂ© saluĂ©e Ă  juste valeur par le ministre Mahamane Baby, le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral du ministère de la rĂ©conciliation nationale et le chef de cabinet du ministère de la promotion de la femme qui dans leur intervention ont insistĂ© sur le rĂ´le combien capital jouĂ© par les femmes dans le processus de paix et du vivre ensemble. Selon le ministre Baby, ce dĂ©fi qui incombe Ă  la gent fĂ©minine va ĂŞtre encore Ă©norme après la signature de l’accord lorsque place sera faite Ă  la mise en Ĺ“uvre des recommandations issues des pourparlers d’Alger.

Ramata S. KEITA

 

PARTAGER