Turbulences à la CAFO : La ministre Traoré Oumou Touré au cœur du scandale

0

Même nommée ministre de la République, Mme Traoré Oumou Touré s’accroche encore au fauteuil de présidente de la Coordination des associations féminines et Ong féminines du Mali (Cafo) qu’elle occupe depuis une vingtaine d’années, se trouvant d’ailleurs dans une posture irrégulière car son mandat est légalement fini depuis 2012. En somme, la Cafo devient quasiment sa propriété car depuis son installation au ministère, les bureaux de la Cafo sont fermés et elle ne fait place à personne pour conduire les destinées de cette organisation.

Depuis que Mme Traoré Oumou Touré a pris service au ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, les activités de la Cafo sont en veilleuse, puisqu’elle veut piloter cette organisation tout en étant dans le gouvernement. Ce qui est à la fois illégal et indécent, voire impossible ! Pourtant, des membres du Conseil national de la Cafo, qui se sont organisées au sein d’une Commission intérimaire, ont élevé la voix pour dénoncer cette situation incongrue que vit l’organisation féminine par la faute de la seule Oumou Touré.

On va vers des remous au sein de la Cafo car non seulement ces membres du Conseil national ont dénoncé cette situation dans laquelle se trouve plongée l’organisation féminine, mais elles entendent œuvrer avec tous les moyens possibles pour rétablir la situation, notamment la légalité car, comme elles l’ont laissé entendre lors d’une conférence tenue la semaine dernière, ce cumul fait par Oumou Touré est contraire aux textes de la Cafo .

Il n’y a que les deux termes d’un choix pour résoudre le problème qui se pose à l’heure actuelle à la Cafo : Oumou Touré doit démissionner de son poste de ministre si elle tient  à garder la présidence de la Cafo ou bien elle reste dans le Gouvernement et accepte d’être remplacée à la tête de l’organisation féminine. Elle ne peut donc, logiquement et valablement cumuler les deux postes ou non plus geler le poste de présidente de la Cafo, en attendant son éventuelle défenestration du Gouvernement.

De toute façon, elle ne peut continuer de porter le manteau de présidente de cette organisation de la société civile, tout en restant ministre de la République, de surcroît à la tête du Département dont la Cafo est le premier partenaire.

En plus, elle ne doit pas perdre de vue que son mandat est arrivé à terme depuis 2012 et elle a bénéficié d’une prolongation par force majeure imposée par la situation du pays, notamment le coup d’état, l’envahissement du pays par l’alliance des djihadistes et les rebelles du Mnla.

Au niveau de la Cafo, on s’attendait à la voir s’atteler à l’organisation d’assises nationales en mesure soit de bénéficier du renouvellement de la confiance des femmes en sa faveur pour un nouveau mandat soit être démise de ses fonctions de présidente par la volonté de ces assises. Sentant certainement le vent du changement souffler avec le risque de la déraciner de la présidence de la Cafo, elle a préféré prolonger le statu quo, sombrant ainsi dans l’illégalité.

Sa nomination comme ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille lui offre pourtant l’opportunité de sortir par la grande porte en créant les conditions de son remplacement à la tête de la Cafo, après avoir démissionné. Comme a eu à le faire Mme Diarra Afsatou Thierro, qui avait démissionné de son poste de secrétaire exécutive de la Cafo une fois nommée ministre, pour laisser la place à celle qui venait après elle dans le bureau, en terme de responsabilités.

Tout autre chemin serait dangereux pour Oumou Touré qui mettrait ainsi en jeu la cohésion et l’unité au sein de la Cafo car, déjà, les premières lézardes apparaissent et le pays, à l’heure actuelle, n’a point besoin de remous au sein de cette grande organisation féminine si bien active et structurée qu’elle est citée en modèle un peu partout en Afrique. Comme pour dire à Mme Traoré Oumou Touré que c’est par une sortie honorable de la Cafo qu’elle doit prendre sa retraite de cette organisation.

                                      A.B.N.

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here