Confidentiel : Transport de Malades Hospitalisés Un casse tête pour les accompagnants

0
0

Nombre de nos concitoyens n’ayant pas de moyens de transport pour évacuer leurs malades vers les centres de santé ou les hôpitaux vivent un véritable calvaire.


Et pour cause. Alors que, selon la loi, les ambulanciers (publics) doivent gratuitement s’en charger, obligation est faite à ces concitoyens de payer la somme de 3000 FCFA.


Une minable somme d’argent, dont ne disposent pourtant pas, très souvent les accompagnants de malades.

Projet d’appui à la filière semencière
Des dépenses non justifiées

Selon nos sources, les responsables du projet d’Appui à la filière semencière auraient procédé au paiement de frais de formation d’un montant de 13,62 millions de FCFA sur une ligne de crédit non affectée à cet effet.

Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali (CCIM)
Une gestion crapuleuse

La Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali (CCIM) censée défendre les intérêts des opérateurs économiques du pays ainsi que ceux de la population ne serait que l’ombre d’elle même. Raison de cette situation, la mauvaise gestion caractérisée par des irrégularités comme : l’achat d’immeubles à Mopti et à Kidal sans titre de propriété et sans pièces justificatives pour un montant total de 292.044.000 F CFA, la comptabilisation desdits immeubles en charge et non en immobilisation, le non reversement de la TVA pour un montant de 66.017.000 F CFA ;
La non justification par les délégations régionales de leurs crédits de fonctionnement soit 487.080.000 F CFA, l’octroi de frais de représentation sans base juridique au Président de la CCIM, aux Présidents des délégations régionales et aux membres du bureau consulaire pour un montant total de 143.000.000 F CFA par an ont contribué à mettre à genoux ladite structure.

Facultés des sciences juridiques et Politiques (FSJP)
40.000 FCFA pour un diplôme de maîtrise

A la faculté des sciences juridiques et politiques (FSJP), certains étudiants de la 4è année obtiendraient leurs diplômes de fin d’étude moyennant le paiement de 40.000 FCFA.
Ces sommes seraient payées à des enseignants qui se seraient regroupés pour valider les mémoires de fin d’étude.
Ainsi, pendant que certains étudiants de la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques (FSJP) digéraient mal la fermeture de leur faculté (pour des questions de réorganisation et de réhabilitation), d’autres fêteraient la validation de leur mémoire.
Pire, la plupart de ces étudiants qui auraient illégalement obtenu leurs diplômes ne mériteraient point d’être détenteurs du fameux document. Cancres qu’ils seraient pour la plupart !

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.