Crise du nord : ATT ne se défait pas des crises

1 réaction [-] Texte [+] Email Imprimer

Répondant à la question d’Alain Foka de savoir s’il n’est pas frustré de quitter le pouvoir sur fond de crise, Zounzani 1er  s’est contenté de dire qu’il est venu au pouvoir en 1991 en pleine crise. Ce qui laisse entendre que plus de 20 ans après la crise 1991 et 1992 rien n’a évolué chez lui puisque la même crise est là ou du moins l’a rattrapé

.
    En clair, le locataire du palais de Koulouba est en court d’idées pour  sortir le Mali de la crise du nord. Son offre de négociation et d’exportation de la crise interne du Mali ne font plus recette ni auprès de ses compatriotes ni des pays voisins encore moins l’ONU et l’UA. Beaucoup d’analystes et autres observateurs voient en lui un mou dans la gestion de la crise du nord.

Le mea-culpa d’ATT
Il a dit à haute et intelligible voix que c’est lui-même qui a accepté de délivrer  le récépissé au Mouvement National de l’Azawad et que c’est plus tard que le concept  » libération » est apparu. Le boss de tous les Maliens ne peut même plus cacher qu’il s’est fait avoir puisqu’après la crise du Nord des années 90, toute évocation du terme  »Azawad » au Mali par des touareg portait en soi des velléités sécessionnistes. Que le MNA se transforme du jour au lendemain en sécessionniste n’étonne que le Président ATT, mais pas le Malien moyen qui s’attendait à ce qui est arrivé, aujourd’hui.
En somme, c’est la gouvernance ATT qui est en cause. Elle a cautionné un mouvement qui n’a jamais caché son penchant séparatiste de sa création à nos jours.

La crainte de se retrouver sur le ban de la communauté internationale
Face à Alain Foka, ATT a montré qu’il est très regardant sur le comportement de l’ONU dans la crise du Nord-Mali. Il a reproché aux instances onusiennes de s’être tues face aux massacres perpétrés par le MNLA et l’AQMI à Aguelhok, le 24 janvier 2012. Pour lui, si l’Etat avait commis un tel acte, la communauté internationale allait sonner l’alerte en exigeant une enquête indépendante. Mais, il a omis d’admettre que l’attitude de l’ONU est consécutive au déficit de communication de Koulouba dans les premières  heures qui ont suivi le carnage des militaires désarmés du camp d’Aguelhok.
Après l’acte ignoble des rebelles touareg, les autorités ont tenté de faire black-out sur l’information. Toutes choses qui ont laissé libre chemin aux rumeurs qui ont fini par être confirmées plus tard. Difficile dans ses conditions pour l’ONU de réagir et de demander des comptes aux commandants rebelles responsables des tueries inhumaines du 24 janvier 2012.

Kodiéran la 8ème mine d’or du Mali sort de terre
Sa Majesté Zounzani 1er a inauguré, le samedi 25 février 2012, la mine d’or de Kodiéran qui a coulé devant lui 25 kilogrammes d’or d’une valeur marchande de 420 millions de F CFA.  C’est le premier lingot de la mine de Wassoul’Or-SA qui entame du coup sa phase d’exploitation. Située dans la localité de Faboula, à quelques kilomètres de Kalana, la mine d’or de Kodiéran est la propriété de Wassoul’Or. Son permis d’exploitation couvre 100 km2.
La teneur en gisement est évaluée à environ 2 %. Ses réserves sont estimées à 82 tonnes d’or.L’usine de traitement fonctionnera en plein temps avec 11 000 tonnes de minerais par jour et l’exploitation s’étalera sur huit ans. La mine est 100% malienne avec 20 % pour l’Etat et 80 % pour Wassoul’Or de Boubacar Diallo. C’est la 8ème industrie de production aurifère qui se propose de créer 500 emplois permanents. La prochaine exploitation aurifère concernera Gounkoto avec une réserve de 51,44 tonnes d’or et la création de 450 emplois. La SEMOS (Sadiola) se prépare à exploiter 110 tonnes d’or sulfureux en dix ans (2012-2022).
Avec la diversification minière, les prochaines étapes concerneront le fer de Tienfala, Kati, et Bafoulabé, la bauxite, le cuivre et l’uranium de Faléa (Kayes), le manganèse à Tassiga (Ansongo) et les phosphates de Tilemsi, le calcaire de Diamou. L’or noir promet surtout dans le bassin de Nara.

Oumar Ibrahim Touré à l’Adema/PASJ ?
Démissionnaire du gofernement de l’ancien PM Jimmy Le Flic suite à la nébuleuse affaire du Fonds Mondial, Oumar Ibrahim, deuxième vice-président du parti de la poignée de main reste encore à l’Urd, n’en déplaise à plus d’un. Qui doivent savoir à leurs dépens qu’il jouit pleinement de la présomption d’innocence et peut, à volonté, mener toute activité politique
C’est sûrement ce qu’on comprit ses camarades de l’Adema Pasj qui sont dans une véritable opération d’appel du pied ou à tout le moins de charme, arguments à l’appui pour convaincre leur camarade des premières heures non moins ancien secrétaire à la solidarité du CE pour un retour à la maison mère. Oumar  qui est un vrai politique n’a pas encore dit son dernier mot.

L’uranium de Faléa sous les phares des toubibs et environnementalistes
Une conférence de l’organisation de médecins IPPNW (International Physicians for the Prevention of Nuclear War),  en collaboration avec ARACF  (Association des Ressortissants et Amis de la Commune de Falea), Mali et uranium-network.org, Allemagne aura lieu au CICB de Bamako les 16, 17 et 18 mars 2012.
L’objectif de cette conférence est de mettre à la disposition de tous les acteurs maliens concernés (habitants, société civile, élus locaux, administrations, services techniques, gofernement, presse) des informations scientifiques fondamentales et indispensables d’un point de vue médical et environnemental.
Des expériences des autres pays africains où l’uranium est extrait des mines depuis plusieurs années constituent une source précieuse d’information et une base essentielle pour enrichir le contenu des travaux de la rencontre.
Rappelons que sur autorisation des autorités maliennes, une société minière est actuellement en phase de prospection avancée dans la région de Faléa (cercle de Kéniéba, région de Kayes) en vue d’une extraction industrielle de l’uranium. C’est le premier projet de mine d’uranium du Mali.

Présidentielle 2012 :
Mali dambé choisit son candidat
Me Tidiane Guindo, président du parti Mali Dambé est candidat à l’élection présidentielle du 29 Avril 2012.Cette déclaration de candidature a été faite lors d’une confépresse, le jeudi dernier  la Maison de la presse de Bamako. Le jeune candidat dont le slogan est « Retrouvons notre dignité » a dévoilé ses priorités pour un Mali libre et fier.
Il s’agit, entre autres de : lutte contre la corruption, sécurité des frontières, instauration de l’autorité de l’Etat, redressement de l’école publique, paix, emploi des jeunes, souveraineté alimentaire, industrialisation de l’économie nationale. Me Tidiane Guindo, qui est expert minier de retour au bercail après un long séjour en occident, a déploré la part de l’Etat malien dans la production minière : 10% de participation gratuite et 10% en numéraire.

Banditisme urbain
Joli coup de filet des poulets de Bamako
Les hommes de l’Inspecteur général de police, Diagous ont réalisé, la semaine dernière, un joli coup de filet dans le District de Bamako en mettant hors d’état de nuire plusieurs gangs qui s’étaient illustrés, récemment, dans le braquage de paisibles citoyens en enlevant des motos et autres biens personnels. Pire, ils n’hésitaient pas à tirer sur leurs victimes avant de les dépouiller de leurs biens.
Plus d’une quarantaine de brigands ont été mis aux arrêts et des dizaines de motos retrouvées dans les différentes caches des malfrats. Cependant, la joie des Bamakois  n’a pas été de longue durée puisqu’ils sont nombreux à douter de la volonté réelle des autorités de leur appliquer la rigueur de la loi. Ces gros-bras pour la plupart disposent d’un carnet d’adresses très fourni.
Toutes choses qui pourront leur permettre de retrouver rapidement la liberté et s’adonner de nouveau à leur sale boulot. Ils jouissent de complicités dans les rouages de la police et de la justice. Pour l’instant, rien n’indique que le braquage des motocyclistes est terminé dans la ville de Bamako. La vigilance demeure donc de mise.

Démocratie malienne
Généralissime vision
Primo : le Mouvement National de l’Azawad (MNA) envoie des documents frappés du sceau de l’infamie pour attester de sa création. Pour le généralissime président, la démocratie peut bien s’accommoder d’une telle gifle à la face du pays dans la mesure où par voie de dialogue et de débats la question peut être examinée. La suite on la connaît, le crépitement des armes a remplacé le dialogue.
Secundo : des associations politiques et partis politiques se prononcent pour une période transitoire. Quoi de plus normal que des opinions s’expriment sur le devenir de la nation. En bon démocrate, sa Majesté Zounzani 1er traite les  » les transitionnistes » de prébendiers, de gens à la recherche de maroquins dans un éventuel gofernement transitoire.
Tertio : c’est peut -être la vision qu’a Koulouba du jeu démocratique. Quand des pantins clament la création du territoire de l’Azawad comme l’a proclamé le MNA depuis quelque temps, les plus hautes autorités ont compté avec les vertus de la démocratie. Il aura fallu que des voix s’élèvent pour parler de transition pour que les mêmes princes du pouvoir les traitent de perdants avant même la tenue des élections.
Quarto : les bandits apatrides ne peuvent aucunement empêcher  »Maliba » d’organiser, à dates échues, l’élection présidentielle de l’alternance, le 29 avril 2012. Tout comme le généralissime président Zounzani 1er tous les Maliens sont solidaires de la cause nationale, une cause qui ne laisse pas de place à la tergiversation face à l’ennemi génocidaire.

 
SOURCE:  du   29 fév 2012.    

Une Réaction à » Crise du nord : ATT ne se défait pas des crises

  1. L’Etat et gouvernement doivent proceder aux attributions judicieuses des ressources minieres de notre pays pour eviter le gaspillage et le detournement.QUE DIEU Proteges et Benisses le MALI.