Focus : L’Essor : quand ATT félicite sa honte

0
1

Incroyable mais vrai. Incapable d’organiser le forum sur L’Essor, le quotidien national, qui faisait sa honte dès qu’il était en face d’autres quotidiens nationaux de la sous région,  ATT, contre toute attente, vient de féliciter l’organe gouvernemental pour ses soi-disant performances. Cette volte face du général président est largement commentée par l’opinion publique malienne.


Pour les uns,  ATT, comme tous les régimes qui se sont succédé, n’a pas pu résister à la forte pression qu’exerce un certain  clan depuis des années sur le patrimoine  national. Ce clan, pour avoir une main mise totale sur L’Essor, a chassé par des coups bas des journalistes qui refusaient de se soumettre à son diktat

 Malgré cette chasse aux sorcières, ceux qui ont dignement résisté ont été parachutés à Sunjata. Ceux qui soutiennent cette thèse pensent que le clan ne rêve que d’une seule chose : la privatisation de L’Essor afin qu’il devienne actionnaire à l’image de toutes les autres sociétés étatiques dont les directeurs n’étaient animés que de la seule volonté de mettre l’entreprise en faillite.
Pour les autres, le président laisserait des consignes à son successeur pour nettoyer la maison après lui.
Si ce n’est pas ATT, personne n’a constaté un changement du contenu de L’Essor, du 8 juin 2010, date de l’annonce de la tenue du forum, à nos jours. Il brille toujours  par les mêmes rubriques, photos pâles comme si on est encore au début de la photographie, des infos régionales reléguées au second plan au profit d’une page de vrai de vrai qui n’intéresse personne, retard de parution, pages tachetées,  un magazine qui ne donne aucune envie de lire.

Heureusement que Les Echos et L’Indépendant sont là pour combler ce vide. Ces deux journaux, avec leurs maigres ressources, produisent des magazines de qualité les vendredis.
Malgré tous les moyens dont dispose ce journal du Mali, il fait toujours la honte du Mali. N’en déplaise à ATT.

Bientôt la dissolution de l’Assemblée Nationale du Mali
Selon des sources concordantes, l’Assemblée Nationale du Mali sera dissoute dans les jours à venir, pour dit-on des raisons d’égalité de chance entre les candidats à l’élection présidentielle d’avril 2012. Le Pr. Dioncounda Traoré, président de l’Assemblée Nationale du Mali, président de l’Adema-pasj, candidat à l’élection présidentielle utiliserait les moyens et les avantages de l’Etat pour sa campagne. Toute  chose qui ne serait pas appréciée par le locataire de Koulouba. La dissolution de l’hémicycle serait effective en fin Janvier affirment nos sources.

Menace sur la tenue des élections générales de 2012 au Mali

Avec le délai d’exécution de huit (8) mois accordé a à la société INKRIPT Technologie pour la fourniture du matériel électoral, des menaces de report des élections générales planent. Pour éviter le vide juridique des juristes chevronnés  des deux Cours Suprême et Constitutionnelles seraient déjà au travail afin de réfléchir sur un éventuel prolongement du mandat du président sortant. Hum ! C’est peut être  mal connaitre la société civile.

Marché de fournitures électorales attribué à la société INKRIPT Technologie
Pour avoir attribué le marché de fournitures électorales à un libanais, les opérateurs économiques maliens projettent de marcher pour exprimer leur mécontentement au gouvernement. Un bras de fer qui s’annonce en perspective et qui risquerait de coûter cher au gouvernement de Mme Sidibé Mariam K Cissé.
Rappelons que ce sont les marches des commerçants qui ont fait tomber le général Moussa Traoré. Tout  avait commencé par une marche des commerçants en 1990.

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.