FOURRE TOUT РLes br̬ves du Scorpion

0

Les anciens combattants bien traités par la France ?
Selon le Ministre délégué chargé des Anciens combattants, l’Etat français se propose de ramener la pension des anciens combattants africains au même niveau que celle de leurs camarades français. N’est-ce pas une bonne nouvelle pour les anciens tirailleurs africains. Dans cette logique, les ex combattants obtiendront le double de leur pension actuelle. Cependant, les autorités françaises n’ont pas donné des informations précises sur les échéances fixées pour cette augmentation. Nombreux sont ceux qui s’inquiètent d’une éventuelle augmentation graduelle étalée sur plusieurs mois voire des années. Selon certaines estimations, chaque année, 10% des tirailleurs africains décèdent. Sur cette base une augmentation échelonnée sur une longue période n’aura aucun sens sur le niveau de vie des anciens combattants africains dont la moyenne d’âge se situe entre 70 et 80 ans.

Pont de Wabaria : Fin de cauchemar
Le pont de Wabaria aura une incidence positive sur le développement du septentrion malien. Ainsi la cité des Askia pourra accélérer son urbanisation sans entrave majeure. En plus elle pourra s’ouvrir facilement à l’Algérie si la transsaharienne deviendra une réalité. En somme, les perspectives sont bonnes pour les régions de Gao et de Kidal qui ont tout ce qu’il faut pour se soustraire de l’enclavement.




Logements sociaux : ATT apporte des précisions

Zounzani 1er a précisé à Gao que sur les 40 milliards de FCFA débloqués pour la construction des logements sociaux, la banque de l’habitat du Mali n’a rien payé. Une manière pour lui d’affirmer que la déchéance actuelle de la BHM-SA n’a aucun lien avec les 3600 logements sociaux. Et pour montrer la bonne foi du pouvoir exécutif, le boss de tous les maliens a ajouté que l’Etat est disposé à réunir 20 milliards de fcfa pour le redressement de l’unique institution bancaire du Mali intervenant dans le secteur de l’habitat.

25 morts de trop
C’est dans une profonde tristesse, que le Mali tout entier a appris le tragique accident de circulation intervenu dans la nuit du samedi sur la route de San. Il s’agit d’un minibus contenant les militants du mouvement citoyen qui a heurté un autre véhicule causant la mort de 25 personnes. Neuf blessés graves ont été décelés et quelques blessés légers. C’est un bilan lourd qui a endeuillé toute la nation malienne. Le chef de l’Etat et son PM et plusieurs membres de l’appareil exécutif se sont rendus à l’hôpital Gabriel Touré pour rendre hommage aux personnes décédées et apporter leur concours matériel et moral aux blessés. Des obsèques nationales ont été organisées pour les disparus. La cérémonie funèbre s’est déroulée le lundi au stade Mamadou Konaté en présence des plus hautes autorités du pays.

481 millions pour les urgences
Le jeudi 21 septembre 2006 a été la date de lancement du projet d’amélioration de la prise en charge des urgences. D’un coût global de 481 millions de francs CFA, ce projet vise spécifiquement, entre autres, à appuyer le département de la santé dans la réhabilitation, l’équipement et l’organisation du service d’urgence de l’hôpital Gabriel Touré, former les équipes médicales et paramédicales de Bamako à la gestion des urgences et rendre disponibles, les examens complémentaires courant tels que ceux de laboratoire, radiologie et échographie. Il permettra d’impliquer toutes les structures de soins de Bamako dans la prise en charge extra et intra hospitalière de l’urgence. Le projet d’amélioration de la prise en charge des urgences a été initié par la fondation Thiam, créée par un de nos compatriotes qui a été victime d’un grave accident de circulation . Après plusieurs péripéties qui l’ont conduit au niveau des urgences de l’hôpital Gabriel Touré, il a été évacué en France.
Conscient des difficultés qu’il a eu pour sa prise en charge, Moctar Thiam s’est engagé à apporter une aide en vue de l’amélioration de la prise en charge des urgences. Ce qui met en exergue la problématique des accidents de la voie publique. Ces accidents constituent un réel problème de santé au Mali, car leurs conséquences sont incommensurables dans notre pays. La ministre de la santé Zeïnab Mint Youba a profité de la cérémonie de lancement du projet pour féliciter le patron de la fondation Thiam pour son initiative noble. Elle a donné l’assurance que son département l’accompagnera dans l’exécution du projet. Rappelons que le service des urgences de Gabriel Touré reçoit en moyenne 100 patients en urgence par jour, dont plus de 30% sont des accidents de la voie publique. La prise en charge d’une urgence nécessite une organisation parfaite de l’équipe médicale, car les minutes et même les secondes sont souvent vitales.

Un futur centre TV/FM à Tombouctou
Dans un an, la cité des 333 saints disposera d’un nouveau centre TV/FM. La cérémonie de pose de la première pierre a été présidée le week-end dernier par le ministre de la communication Gaoussou Drabo. N’est-ce pas une bonne nouvelle pour la 6e région administrative du Mali.

Don alimentaire important de la Fondation pour l’Enfance à Gao
La présidente de la fondation pour l’enfance a, en marge des festivités d’inauguration du pont de Wabaria, fait don d’un important stock d’aliment aux populations de Gao à travers le bureau régional du haut conseil Islamique. Ce geste intervient au moment où la communauté musulmane du Mali entame le mois sacré du ramadan.

Une rentrée scolaire douloureuse
Rares sont les parents d’élèves qui étaient prêts à faire face aux charges de la rentrée scolaire 2006-2007. Tous ont été pris de courts par la date choisie par le Ministre de l’éducation c’est à dire le 18 septembre 2006. Les fonctionnaires et les retraités de l’INPS ont pu redresser la barre puisque des efforts financiers ont été faits à leur endroit par l’Etat. Celui-ci est parvenu à payer une bonne partie des salariés et des retraités la semaine dernière. Tous les autres travailleurs se sont débrouillés pour que leurs enfants puissent aller à l’école le lundi 18 septembre 2006.

Mois de la solidarité, J moins 4
Dans quatre jours, démarrera le mois de la solidarité qui occupera tout le mois d’octobre. Durant cette période toutes les structures caritatives se mobilisent autour du gofernement pour apporter une assistance aux couches démunies de la société malienne. C’est un véritable mois dédié à la lutte contre la pauvreté et l’exclusion.

Total-Mali paralysé par 72 heures de grève
Les travailleurs de la compagnie Total-Mali observent depuis le lundi 72 heures de grève pour protester contre leurs conditions de vie et de travail. Ils sont rongés par la misère en raison des salaires insignifiant qui leur sont accordés. Le personnel de Total-Mali est estimé à 75 travailleurs dont 03 expatriés. Ces trois travailleurs expatriés se tapent à eux-seuls 50% de la masse salariale de la compagnie. De l’avis d’un syndicaliste qu’on est parvenu à joindre, certains travailleurs locaux de la compagnie n’arrivent même pas à payer un sac de riz par mois avec leur salaire misérable. Pourtant, Total – Mali réalise par an 60 milliards de chiffre d’affaire. La grève vise donc à exiger une augmentation de salaire au profit des salariés locaux. Les négociations avec la direction n’ont pas abouti puisque celle-ci propose en lieu et place d’une augmentation salariale, un plan d’étude salariale qui, en fait ne vise qu’à gagner du temps au lieu de résoudre le problème du personnel. En cette période de hausse du prix des hydrocarbures, Total en général et Total-Mali en particulier ont tous les moyens qu’il faut pour améliorer les conditions de vie des travailleurs maliens.

PARTAGER