INFO FLASH : Les brèves des Echos

0
  • Soumeylou Boubèye Maïga assigne le Sphinx en justice : le procès aura lieu le 14 novembre

 C’est devant le tribunal de la Commune III que notre confrère du journal Le Sphinx a été assigné pour diffamation par Soumeylou Boubèye Maïga. Dans sa parution du vendredi 6 octobre dernier, notre confrère avait titré à sa Une que c’est Soumeylou qui avait déposé aux éditions l’Harmattan le manuscrit du livre « ATT-cratie : la promotion d’un homme et de son clan ». Le procès aura lieu normalement le 14 novembre prochain. SBM a déclaré dans les colonnes de notre confrère Info-Matin de mercredi « qu’il ne fallait pas compter sur lui pour alimenter une polémique de caniveau ». Il estime que le procès est « la riposte la plus appropriée aux agissements d’une poignée d’hystériques qui peinent à masquer leur vacuité et leur incompétence aujourd’hui évidentes à tous et qui veulent désespérément maintenir le chef de l’Etat dans un cercle d’insuffisance ».

  • Elections de la CCIM : surveillance renforcée chez Choguel

Les élections de la Chambre de commerce semblent jouer les prolongations. D’abord au niveau du Tribunal administratif où une pièce importante comme le PV des élections est introuvable. Selon nos informations, il n’a jamais été expliqué au magistrat qui suivait le bon déroulement des élections qu’il fallait tenir un PV et les textes à lui remis n’étaient pas les bons. Un doigt accusateur est pointé du côté du ministère de Choguel Maïga. Les prolongations concernent également le ministre Choguel. Accusé à tort ou à raison par Guittèye et ses hommes d’être en cheville avec le président sortant, le ministre avait cru percevoir des menaces le concernant, lui et sa famille. Pour éviter donc tout dérapage et pour dissuader ceux qui seraient éventuellement tentés par des actions de représailles, la sécurité a été renforcée autour de ses deux maisons à Baco-Djicoroni.

 

  • Kidal : les populations craignent l’imminence d’une attaque

Par deux fois, nous avons attitré l’attention sur la tension sans cesse grandissante à Kidal. Tension qui était consécutive à la non-restitution des armes, aux divergences concernant le cantonnement et aux échanges mortels dans les grottes. Toutes choses qui avaient poussé les soldats partis en renfort à être en alerte maximale ou alerte rouge selon le jargon militaire. Depuis hier, il nous est revenu que la tension est encore montée d’un cran à Kidal. Il semble que les populations craignent une attaque dans ces derniers jours du mois béni du ramadan de la part des insurgés. Des témoins affirment que des sacrifices sont faits à longueur de journée pour conjurer le mauvais sort. Quant aux soldats, ils ne dormiraient même plus du tout. Il faut prier que la raison l’emporte et que l’information ne soit qu’une rumeur.

  • CCIM Gao : le gouverneur veille sur « ses » résultats

Dans une précédente parution, nous parlions des accusations portées contre le gouverneur de Gao par ceux qui estiment qu’il a outrepassé ses prérogatives et abusé de sa position. En effet, les Baba Guindo et autres Ali Badi Maïga n’ont pas compris que le gouverneur ait fait obstruction au vote par procuration qui leur aurait certainement permis de gagner. Ils comprenaient d’autant moins que le gouverneur qui se prévaut de son amitié avec ATT n’ignore rien du soutien politique qu’ils apportent au président de la République. Ils ont alors décidé d’attaquer les résultats devant le tribunal. Le jugement a été rendu à Mopti en présence du gouverneur de Gao qui ne voulait rien perdre de la suite des événements. Le juge de Mopti a, semble-t-il, confirmé les résultats sorti des urnes. Mais son jugement a été attaqué en cassation. Connaissant le gouverneur pour l’intérêt qu’il porte personnellement à ce dossier, certains parient qu’il sera à Bamako pour veiller sur le sort de « ses » résultats.

 

PARTAGER