Les brèves du « Le Républicain » Négocier avec Ansar Dine ou pas : Les variations de Cheick Modibo Diarra

4 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

 

Le Premier ministre malien Cheick Modibo Diarra a eu du mal à contenir ses larmes à la tribune de l’ONU, le 26 septembre 2012.
REUTERS/

Le langage du Premier ministre Cheick Modibo Diarra change, selon les lieux ou peut-être selon l’interlocuteur. Tantôt il n’y a pas de négociation possible avec Ansar Dine, tantôt il faut obligatoirement négocier, la position du Premier ministre Cheick Modibo Diarra varie comme autant en emporte le vent. Du mois de septembre à ce jour, le premier ministre ne parvient pas à se situer sur la question du nord notamment pour une sortie de crise, soit par la voix du dialogue ou par l’option militaire.

Les incohérences dans les déclarations du Premier ministre sur cette question nationale, n’inspirent pas confiance et dénoteraient d’une absence de stratégie en ce qui concerne le Nord du Mali. Hier à Ouagadougou, où il s’est entretenu avec le médiateur dans la crise malienne, le président  Blaise Compaoré, le premier ministre s’est dit favorable a la négociation avec les différents groupes armées pour une sortie de crise. Une déclaration de plus qui vient mettre en contradiction son allocution, lors de la 67 session de l’Assemblée générale des Nations Unies où il a déclaré que la négociation avec  les groupes armés n’avait rien donné depuis  des années et que nous n’allions pas négocier avec les terroristes.

La CNAS – Faso Hèrè invite le Gouvernement à récuser le Président Compaoré comme médiateur dans la crise malienne

Dans une déclaration déposée à notre rédaction, la Convention Nationale pour une Afrique Solidaire Faso Hèrè (CNAS – Faso Hèrè) invite le Gouvernement de la République du Mali, à prendre les dispositions pour récuser officiellement et publiquement le Président Blaise Compaoré comme médiateur auprès de la CEDEAO du règlement politique de la rébellion armée dans le Nord Mali.

La Convention Nationale pour une Afrique Solidaire Faso Hèrè (CNAS – Faso Hèrè) dénonce « l’attitude partisane et inamicale du médiateur proposé par la CEDEAO pour la résolution de la crise au Mali, le Président Blaise Compaoré du Burkina Faso », indique la déclaration en date du 17 novembre 2012 et signé par le Secrétaire Politique, Dr Koulougna Edmond Dembélé. En effet, les actes posés par le Président Compaoré et les déclarations faites par lui depuis sa désignation jusqu’à nos jours révèlent clairement qu’il a pris faits et cause pour les mouvements sécessionnistes, terroristes et jihadistes contre la nation malienne au lieu d’être impartial, selon la déclaration du parti de l’ancien Premier ministre Soumana Sako. Il y a si peu, il déclarait que la République du Burkina Faso partageait 1000 km de frontière avec la République d’AZAWAD. Tout récemment, non content d’offrir le gîte, le couvert et de dérouler le tapis rouge pour les ennemis du Mali, il vient d’accueillir la délégation du MNLA exhibant son drapeau et, d’exprimer sa volonté de réunir toutes les communautés du Nord Mali pour qu’elles élaborent une plateforme commune de négociation contre le gouvernement du Mali, poursuit la déclaration. La CNAS – Faso Hèrè tient à préciser qu’au Mali, il n’existe pas de Nord ni de Sud. Il existe plutôt des groupes sécessionnistes qui, pour se renforcer, se sont alliés au terrorisme international et au jihadisme pour illégalement occuper une partie du Mali, précise le parti. Ces groupes terroristes ne représentent ni la majorité des Touaregs ni la volonté des Touaregs et les Touaregs eux-mêmes sont minoritaires dans les zones occupées. « Proposer à ces différents groupuscules de se joindre aux autres communautés d’un soi-disant Nord sans exiger leur désarmement préalable c’est non seulement les renforcer contre le Mali mais c’est surtout vouloir coûte que coûte consacrer la partition du Mali. Il se peut que l’étendue du territoire national du Mali dérange le Président Blaise Compaoré, il se peut que sous le couvert du MNLA et d’Ansar Dine et d’autres groupes terroristes, il veuille satisfaire des désirs profondément cachés en lui depuis fort longtemps. Cependant, ces faits et gestes le disqualifient comme médiateur de la crise malienne car tout prouve qu’il est juge et partie dans cette crise », selon la déclaration du CNAS – Faso Hèrè. Nous invitons, le Gouvernement de la République du Mali, à prendre les dispositions pour récuser officiellement et publiquement le Président Blaise Compaoré comme médiateur auprès de la CEDEAO du règlement politique de la rébellion armée dans le Nord Mali. « Blaise est le commandant en chef des forces Terroristes contre la République du Mali. Il ne peut plus être impliqué dans quelque négociation que ce soit concernant la crise malienne », selon la déclaration.

Droits de l’homme / Une mission de la francophonie à Bamako

Trois experts de la l’Organisation internationale de la Francophonie, dont un canadien et un Béninois, séjournent à Bamako pour aider le Mali dans l’élaboration de son rapport périodique universel (RPU). Selon nos sources ce rapport devait être déposé depuis le mois de septembre. Ainsi, grâce à l’aide de ces experts, ledit rapport sera déposé au Comité des droits de l’homme de la francophonie.

 
SOURCE:  du   19 nov 2012.    

4 Réactions à Les brèves du « Le Républicain » Négocier avec Ansar Dine ou pas : Les variations de Cheick Modibo Diarra

  1. Dr ANASSER AG RHISSA

    PLATEFORME DE CONCERTATIONS NATIONALES ET DE NÉGOCIATION POUR UNE SORTIE DURABLE ET HONORABLE POUR TOUS DE LA CRISE MALIENNE

    Tous les Maliens n’acceptant pas le terrorisme incluant ceux de la diaspora et des régions doivent participer à ces consultations nationales.

    De même que les groupes armés, MNLA et Ansar Dine, respectant certains principes (non impunité, respect des droits de l’homme) et certaines conditions (refus du terrorisme, restauration de l’intégrité territoriale, laïcité).

    Bonjour,
    Cette proposition s’adresse à son Excellence Monsieur le Président par intérim du Mali, Dioncounda Traoré, à son Excellence Monsieur le médiateur de la CEDEAO pour la crise Malienne, à son Excellence Mesdames et Messieurs les membres du gouvernement de transition du Mali, à Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs les responsables du comité d’organisation des concertations nationales et à tous les Maliens.

    C’est le résumé d’une lettre ouverte publiée sur internet, en particulier sur maliweb, tamtaminfo, agora21 et facebook.

    Devant la gravité de la situation au Mali induite par les crises institutionnelle, sécuritaire mais aussi économique, je me permets de vous écrire cette lettre ouverte pour vous faire :

    (1) une proposition portant sur la gouvernance, l’utilité des concertations nationales et la condition de sortie de la crise Malienne. Téléchargeable depuis le portail agora21, sur internet, elle est intitulée :

    [Proposition] GOUVERNANCE, UTILITE DES CONCERTATIONS NATIONALES ET SORTIE DE LA CRISE MALIENNE

    (2) une proposition de sortie, honorable pour tous, de la crise Malienne. Téléchargeable depuis le portail agora21, elle est intitulée sur internet :

    Mali : SECURISER LA POPULATION PUIS OPTER POUR UNE SORTIE DE CRISE HONORABLE POUR TOUS EN GARANTISSANT LA RECONCILIATION ET L’UNITE NATIONALES PAR UNE SOLUTION NEGOCIEE VIA UNE CONFERENCE GLOBALE DE COMPROMIS ENTRE MALIENS

    (3) une proposition d’un guide et d’une plateforme de concertations nationales et de négociation pour une sortie durable et honorable pour tous de la crise Malienne. Elle fait l’objet de cette lettre ouverte.

    Ces propositions ont été enrichies par les très nombreux échanges que j’ai eus sur internet, en particulier sur maliweb, essor, tamtaminfo, agora21, facebook, avec des milliers d’internautes au sujet des conférences nationales et de la solution à la crise Malienne. Je profite pour les remercier pour leurs contributions et leur engagement.

    Je propose un guide et une plateforme, qu’il est souhaitable que tous les Maliens utilisent, pour aider à résorber durablement la crise.

    Il est souhaitable qu’ils soient utilisés par le gouvernement de transition du Mali et le comité d’organisation des concertations nationales comme faisant partie des bases de discussions et comme Guide et Plateforme de concertations nationales et de négociation pour une sortie durable et honorable pour tous de la crise Malienne.

    Ce guide et cette plateforme peuvent aussi être utilisés par le médiateur de la CEDEAO pour la crise malienne comme plateforme de négociation.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER G RHISSA
    EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
    E-mail: Webanassane@yahoo.com

  2. Visus_Mali

    Moi je suis sideré par le comportement du gouvernement du Bouffon Cheick Modibo Diarra et du président mou Dioncounda Traoré. Effectivement le fait que Blaise oeuvre coûte que coûte à fédérer les forces terroristes hostiles au Mali est suffifant pour un gouvernement responsable de le recuser. Quand on entend le sinistre en chef Cheick Modibo Diarra aller déclarer béatement à Ouaga que la négociation est inévitable, cela est un aveu de défaite et d’une irresponsabilité incroyable de son incapacité à résoudre quoi que ce soit. Cet homme( Cheick Modibo Diarra) essaye par tous les moyens de revenir dans le jeu de la présidentielle et pour cela il fait profils bas auprès de Blaise Compaoré pour faire ces déclarations odieuses, indignes d’un prémier ministre du Mali en guerre. Qu’il est loin la période où IBK répondait de façon cinglante et digne l’ambassadeur de la suisse au Mali. Nous sommes gouvernés par des apprentis sorciers qui ne pensent qu’à leur agenda personnel. Je désavoue aussi le reste de la classe politique qui est inerte face à la vente programmée du nord. Cheick Modibo Diarra est un véritable danger pour le Mali, il n’a aucune vision, au lieu même d’aller lui-même à Ouaga pourquoi il ne laisse pas Tieman Coulibaly des affaires étrangères le faire. A cause de la soif du pouvoir ils ont tous oublié pourquoi ils sont là. Honte eternelle à tous ceux, qui par leur indignité, bafouent la dignité du peuple malien.

    • fakolyhakika1

      « ……….. Cheick Modibo Diarra est un véritable danger pour le Mali, il n’a aucune vision,……….. » Cher Vusus_Mali, je vous assure que ploitiquement moins qu’un bouffon,ce Cheick est un tonneau vide, en la matière c’est un « Chèque mal baré, un faux chèque, un chèque sans provision » que les accords de Ouagadougou ont donné au Mali. Il est astrophysien sans nul doute, mais demandez lui de nous calculer la trajectoire d’une feuille morte que se détache d’une branche d’arbre!!!!!!!! nul ne peut résoudre cette équation. Alors cheick Modibo Diarra, moins qu’un homme incohérent est assimilable à une feuille morte au gré du vent. Nous de pourrons rien tirer de bon de Monsieur.

    • fakoly hakika

      Mais qu’ils sachent que Dieu sait tout ce qu’ils sont en train de dissimuler et mieux encore tout ce qu’ils veulent, à leurs profits, divulguer. En verité au déla de la justice sur cette terre des hommes, celle de Dieu les cernera tous et de toutes parts, et ils n’auront point de secours. Dieu nous fait sotir du ventre de nos mères, dénués de tout savoir, et nous a donné de l’ouïe, les yeux et la raison afin que nous soyons reconnaissants et verédiques. Mais hélas. Où est notre justice aujourd’hui? j’en ai honte! on fait semblant de ne pas voire les vérités qui crèvent l’oeil, simplement parce que le prince du jour oriente les choses en fonction non pas de son humeur ni de celui de son épouse légale, mais plutôt en fonction de l’état d’âme de sa maîtresse, pour ne pas dire sa conquibine. Dieu est témoin de tout!!!!!!!!

      Ceux-là qui croient pouvoir se jouer de la diginté, l’honneur des innonçants, qui qui pensent tromper une partie du peuple par leurs serments se trompent lourdement, car ils glisseront, leurs culottes se dechireront et ils seront à nu. Ce qui est certain les masques vont tomber, juste une questiion de temps