Les potins du jour : Qui pour remplacer le Directeur de la Bceao-Mali Oumar Tatam Ly ?

0
1

 

Nos radars pointés sur l’imposant immeuble de la Bceao, sis au quartier du Fleuve, ont détecté que l’actuel Directeur de cet établissement financier de l’Uemoa, Oumar Tatam Ly a été muté à Dakar, au siège central de l’institution. D’où la bataille rangée, certes pour le moment dans l’ombre, que se livrent des hauts cadres dont certains nichés à Koulouba. Un poste très convoité parce que trop juteux. La décision devant venir de Dakar. Mais c’est sûr que Bamako sera consulté…pour éviter toute frustration des plus hautes autorités.

Quand les preneurs d’otages font des heureux

Rien qu’à voir le ballet des visiteurs diurnes et nocturnes, enturbannées ou en bazins bien brodés au palais de Koulouba, on sent que ça ne va pas. Et l’occasion est bonne pour les éternels intermédiaires de se faire la poche. En effet, si les Occidentaux pleurent leurs otages, tel n’est pas le cas pour tous. Dans la mesure où c’est dans cette crise que certains trouvent à manger et à boire. Qu’importe pour eux que le président ATT soit attristé. Ne dit-on pas que le malheur des uns fait le bonheur des autres. Nous sommes en réalité en face d’une telle situation. Beaucoup n’attendant que l’arrivée de la rançon…pour disparaitre dans la nature. Avant de réapparaître quand il y aura d’autres prises d’otages. La vie est ainsi faite. Mais n’oublions pas que de nombreux gens qui ont eu à manger de cet argent sont désormais listés et…n’attendraient que leur interpellation. Peut-être à la Cour pénale internationale. Qui sait ?

 

 

Le Sida et les écoutes téléphoniques

Quels liens ? A part le fait que des représentants d’ONG ou d’autres gens mécontents du Haut conseil national de lutte contre le Sida(HCNLS), rattaché à la présidence de la République, ont appelé Genève pour dénoncer la gestion des ressources du Fonds Mondial logées dans cette structure. Ce n’est ni la Police ni les services de renseignements qui ont donné l’information sur les écoutes téléphoniques. Mais le président du HCNLS lui-même. Bizarre, non ?

 

 

1 milliard d’argent frais pour le HCNLS

Chose promise chose due. Le Premier ministre a promis de l’argent frais pour, selon elle, indemniser les acteurs qui ont souffert de l’arrêt des décaissements du Fonds Mondial au profit du HCNLS.

Un pactole évalué à un milliard FCFA aurait été viré dans les caisses de cette structure victime, à l’instar de ce qui est arrivé au département de la Santé, d’une mauvaise gestion, selon l’Inspecteur général du Fonds Mondial.

 

Cette manne financière permettra, sans nul doute, de sauver quelques ONG du naufrage. Mais pas, certainement, du rendez-vous de chez monsieur le Juge. Car, même si, in fine, c’est lui qui devra répondre des accusations de fraudes, Malick Sène aura besoin que d’autres viennent, éventuellement, à la barre afin de mieux situer les responsabilités. Car, selon ce qui se rapporte, Malick Sène serait sain et clean dans cette affaire. En tout cas, selon nos radars, l’homme serait très touché par le comportement quelque peu cavalier du Fonds Mondial. Qui a coupé les vivres au HCNLS avant même la fin de ses enquêtes.             

 

 Rassemblés par Mamadou FOFANA


NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.