Disparition de Birama Touré : Une seconde tombe exhumée

2

A la fin de sa conférence de presse du 23 juin dernier, relativement au bilan à mi-parcours de la situation sécuritaire au Mali, le Contrôleur général de police Moussa Ag Infahi, DG de la police nationale, a annoncé que les enquêtes pour retrouver notre confrère Birama Touré se poursuivent aussi bien au Mali que dans les pays voisins où des messages sont envoyés constamment. C’est ainsi que ses services auraient exhumé une deuxième tombe au niveau de Kati ce 26 mai dernier. Cela, à la suite des nombreuses informations qu’ils collectent çà et là. Mais, cette exhumation n’aurait rien donné. Le dossier, a-t-il affirmé, n’est pas clos. Prions pour le retrouver sain et sauf.

 

Entrave à la liberté syndicale :

Les policiers dénoncent la décision du ministre de la Sécurité

Après la traduction devant le conseil de discipline, par arrêté ministériel, de 8 membres du Syndicat national de la Police- Groupement Mobile de Sécurité (SPN-GMS), dont son secrétaire général, le bureau exécutif  du syndicat a dénoncé la décision du ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le Colonel-major Salif Traoré, qu’ils accusent d’entrave à la liberté syndicale.  Selon le  secrétaire général du SPN-GMS, Daouda Cissé,  cette décision fait suite au  sit-in tenu le 21 mars dans les locaux du GMS en soutien à la décision de la Cstm d’observer une grève de 48 heures les 21 et 22 mars 2016. A ses dires, 72 heures avant le sit-in, son bureau, par lettre en date du 18 mars 2016, a informé le ministre Traoré sur sa volonté de faire un sit-in à la date indiquée.  Daouda Cissé continue en déclarant qu’à sa grande surprise, le bureau exécutif a été convoqué par le conseiller juridique du ministre Salif Taroré. Ce dernier leur notifia une décision datant du 17 mai 2016 qui donne foi à la traduction de 8 des leurs (leaders syndicaux) devant le conseil de discipline. Raison syndicale! Les agents traduits sont les sergents de police Daouda Cissé, Fadiala Maïga, Ibrim Dembélé, Bandjougou D. Diarra, Fousseyni Diakité, Nouhoum Traoré, Mahamadou Traoré, Idrissa Berhé. Le secrétaire général du SPN-GMS,  a indiqué que tout est parti d’un faux rapport du commandant du GSM.

La Rédaction

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Comment une personne complète peut disparaître comme cela? Kabako de flè. Il faut continuer à creuser.

  2. Le pouvoir IBK est comment un prolongement du pouvoir Sanogo, c’est-a-dire une Voyoucratie anarchique avec ses disparitions forcées. ❗ ❗

Comments are closed.