Négociations Mali – Bandits armés à Alger: Attention à la capitulation! Pourquoi Alger et non Nouackchott ?

8
1

De source proche du ministère de la Défense et des Anciens Combattants, désormais dirigé par le Général Sadio Gassama en remplacement de l’Administrateur civil Natié Pléah, qui permute avec le premier cité au département en charge de la Sécurité Intérieure et de la Protection Civile, des négociations sont en cours à Alger.


En effet, le ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, Soumeylou Boubèye Maïga, accompagné de Zeïdane Ag Sidi Alamine, ancien rebelle et diplomate malien, de retour en Chine où il exerçait, et Baba Hama, Conseiller  technique au ministère de l’Administration Territoriale, le même qui avait pris part aux négociations d’Alger en 2006, ont quitté Bamako dans la nuit du mercredi 1er février pour Alger. Objectif: inviter l’Algérie à intervenir pour une médiation.
Une doléance que Bouteflika a vite acceptée. Et, selon le journal algérien El Wattan, les négociations ont débuté, le vendredi 3 février, avec des éléments de l’Alliance du 23 mai pour le changement dirigés par Hamada Ag Bibi, le même qui avait signé avec Kafougouna Koné l’Accord d’Alger du 4 juillet 2006.
Alors, attention à la capitulation! Déjà, on peut affirmer ces négociations sont mal parties, puisque les hostilités ont été revendiquées par le MNLA, dont les leaders se trouveraient en ce moment en Mauritanie. Ag Bibi, député d’Abeïbara, est donc disqualifié pour conduire des négociations en son nom. Il ne peut que parler pour l’Alliance, dont il est le porte-parole, qui s’est toujours démarquée du MNLA. Il est cependant vrai que des combattants de l’Alliance ont rallié le mouvement sécessionniste, et seraient devenus membres de cette organisation.
L’Alliance n’a officiellement rien à voir avec les événements de janvier 2012. L’Etat doit donc chercher à avoir comme interlocuteurs de vrais représentants du MNLA, et non des gens qui veulent profiter de la situation et s’imposer comme incontournables.
Aujourd’hui, l’Algérie également n’est pas qualifiée pour conduire à elle seule la médiation. Autant Ag Bibi est dépassé autant l’Algérie l’est aussi. Il urge donc de prendre langue avec la Mauritanie, qui héberge les responsables du MNLA, et qui accueille dans les règles établies des refugiés maliens. Ceux–ci sont aussi nombreux en ce moment au Niger voisin.
Pour des véritables négociations, le MNLA et la Mauritanie sont incontournables. On doit donc associer aux négociations en cours à Alger ces deux entités, sinon Boubèye n’obtiendra rien de concret et sa mission sera vouée à l’échec. Il est vrai qu’en 2006 c’est Kafougouna qui avait conduit les négociations qui ont abouti à l’Accord d’Alger du 4 juillet de la même année. Mal négocié, cet Accord a divisé le Mali et les Maliens. La Société civile, la CSTM et RPM s’étaient désolidarisés du document, parce que, selon eux, il ne «garantissait pas la sauvegarde de la paix dans le Nord – Mali ». En 2006, l’Etat maitrisait mieux la situation qu’aujourd’hui. Pour autant, les négociations ont tout accordé aux bandits de Kidal. En 2012, tout porte à croire qu’ils auront plus que dans l’Accord d’Alger.
C’est dire que l’Etat est sur la voie de la capitulation, ce qui serait inacceptable par le peuple malien. Oui, il faut des négociations. Mais il faut aussi rester ferme sur l’indivisibilité du territoire et le non retour des déserteurs, des voleurs de voitures et de munitions dans l’armée. Il faut aussi refuser d’accorder aux assaillants actuels des avantages faramineux que le pays ne pourra pas supporter et, surtout, ne plus faire de  promesses insoutenables pour l’équilibre de l’Etat, qui pourraient de nouveau conduire, l’un de ces quatre jours, à une autre «rébellion».
Boubèye pourra t-il réussir là où Kafougouna Koné a échoué? Le temps nous le dira.
Chahana Takiou

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.
Trier par :   les plus récents | les plus anciens | les mieux notés
mogonta<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 73</span>
Membre
mogonta 73
4 années 7 mois plus tôt

Les rebelles osent defier un pays s’ils savent que cet pays est faible c’est pourquoi en afrique il ya toujours des rebellions, car le gouvernement africain se contente pour detourner des millions et remplir leurs compte bancaire mais investir dans leur pays comme dans la defense, la santé et l’education ne fait partir de leur priorité et c’est vraiment dommage pour l’afrique. Un coté ses rebelles savent que la defense malien est nul et ils osent s’attaquer a l’armée malienne et c’est vraiment triste pour le Mali et l’afriquer
L’europe, Asie et Amerique se battent pour construire un meilleur futur pour leurs enfants et nous on detruit le futur de nos enfants
Unissons nous 😀

gibrim<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 7</span>
Membre
gibrim 7
4 années 7 mois plus tôt

S’il est vrai que ces rebelles sont des maliens, ils doivent être poursuivis, jugés et condamnés pour leurs actes avec la dernière énergie. Négocier serait accepter et encourager les les dérapages que nul ne maîtriserait la suite. 1er Gaou n’est pas Gaou, mais 2ème Gaou ….

Sanblag<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 524</span>
Membre
Sanblag 524
4 années 7 mois plus tôt

Soumeylou Boubeye Maiga, Vice Président de L’ADEMA PASJ et ministre des affaires étrangères, Ag Bibi député élu de L’ADEMA PASJ, représentant de L’alliance du 23 mai (une autre alliance comme L’ADEMA) vont se retrouver à Alger pour discuter comme si le siège de l’ ADEMA était en Algérie. De qui se moque-t-on? Ce n’est pas normal, il faut le dire.

doudou<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 10</span>
Membre
doudou 10
4 années 7 mois plus tôt

Tant que l’armee n’affirme pas sa supremacie sur les bandits, il est inutile de negocier. Les maliens doivent faire beaucoup attention, je dit bien les maliens car on ne peut plus compter sur ce President. Particulierement les populations du nord. Leur territoire est en danger. Malheureusement ce President n’est pas l’homme de la situation. Un chef de l’Etat qui se decharge sur son commandement militaire. ATT est capable de dire apres que ce n’est pas lui qui a negocie. Les ministres de la defense et des affaires etrangeres doivent savoir sur quoi s’en tenir. La situation de notre pays est deplorable. Le sentiment que nous avons aujourd’hui n’est pas celui d’etre vaincu, mais plutot celui du manque de leader capable d’affronter l’adversaire, de souder le peuple et donc de donner de l’espoir. Nous sommes psychologiquement vaincus sans oublier cependant que nous avons les ressources necessaires pour croire en l’avenir.

Djenfa<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 112</span>
Membre
Djenfa 112
4 années 7 mois plus tôt

Les mêmes causes produiront toujours les mêmes effets. Le problème est simple: il faut se battre et écraser ces gens. Malheureusement, il nous manque de leaders à tous les niveaux (politique et militaires). Pendant que l’on est à terre et le couteau à la gorge, on va négocier et obtenir quoi? Ces bandits gagnent du terrain (politiques et militaires) tous les jours que DIEU est fait depuis 1990. On va nous parler encore et encore d’intégration (des rebelles et des traites) dans l’armée: leur seule monnaie d’échange.

Oh chers compatriotes: réveillez-vous et comprenez définitivement que la paix ne reviendra plus sur cette terre sans la victoire militaire, sans démagogie et sans fuite en avant. HELAS, AUJOURD’HUI ON MANQUE DE CERVEAUX ET DE LEADERS DOUES DE BON SENS POUR LA VICTOIRE.

fade<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 213</span>
Membre
4 années 7 mois plus tôt

non je suis pas d’acord il fau jugé ces gent la on peu jamais le accepté pour ce qu il nous on fais ce une trahison

vieuxmaiga<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 3</span>
Membre
vieuxmaiga 3
4 années 7 mois plus tôt

UNE FOIS DE PLUS NOS AUTORITÉS SONT ENTRAIN DE NOUS DISTRAIRE AU LIEU DE FAIRE FACE AU PROBLÈME. SINON ALLER DISCUTER AVEC L’ALLIANCE DU 23 MAI EN ALGER N’EST QU’UNE PROMENADE DE VACANCE POUR Mr LE MINISTRE ET SA DÉLÉGATION D’AUTANT PLUS QUE LE MALI N’EST PAS EN GUERRE CONTRE L’ALLIANCE MAIS PLUS TÔT CONTRE LE MNLA

Aigle<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 17</span>
Membre
Aigle 17
4 années 7 mois plus tôt

J’apprecie cet-article de Chahana.
En effet la priorité est de conclure une négociation de paix definitive, mais pas à n’importe quel prix ! L’integrité de notre territoire n’est pas negociable. Ca c’est clair !
ATT est un homme de paix mais il s’est donné lui meme la preuve que la langue fourchue n’a jamais mené nul part ! Aujourd’hui il est isolé, delaissé par tous parce que pdt 10 ans il a promis tout et n’a jamais tenue au respect de sa parole ! Et voilà ou en en est !
Ses acrobaties linguistiques lui reviennent en pleine figure !
On ne peut plaire à tout le monde ! Il faut un jour faire face à ses responsabilités et prendre les bonnes decisions, et surtout s’y accrocher ! Les bonnes decisions ne seront jamais condamnées par l’histoire.
VIVE LE MALI UNI !

wpDiscuz