Sina en colère

5

Une rencontre quadripartite s’est déroulée au CICB de Bamako ; elle a réuni les partis politiques de l’opposition, de la majorité, la société civile. C’était en présence des responsables des groupes armés de la Cma et de la Plateforme. Cette grande réunion a été une grande réussite selon ses organisateurs et d’autres participants. Car, depuis l’éclatement de la crise malienne en 2012, ces différentes parties ne s’étaient jamais rencontrées. La rencontre, à l’initiative du bélier en chef Tiébilé Dramé, est une œuvre humaine, jamais parfaite. C’est pourquoi Maïga Sina Damba, qui représentait le président du Cnid  Me Talla,  n’a pas caché sa colère. «Monsieur le président, je suis contente qu’on se retrouve, mais je ne peux pas comprendre qu’une rencontre d’une telle envergure se tienne à Bamako, sans Oumou Sall Seck, Chato, Mariam Djibrilla, et bien d’autres femmes qui se sont battues pendant la crise aux côtés de leurs parents, maris, enfants. Je souhaite que cela soit corrigé avant la prochaine réunion». Sina tremblait de tout son corps, en tenant ses propos, comme le jour où elle a été interpellée par le pôle économique et financier. Elle était très sérieuse, il faut qu’on la prenne au sérieux aussi. Tiébilé et Boulkassoum, vous êtes avisés.

 

Morgue sans électricité

Le centre de santé de Markala, sis au quartier Kirango, est très insalubre. De la maternité aux salles de soins, en passant par la salle d’accueil jusqu’à la morgue, le manque d’hygiène est criard. Le week-end dernier, lors de notre passage, le centre était à la merci de quelques personnes ; l’accueil était désert pendant que la porte était grandement ouverte, laissant libre volonté aux usagers de la route de s’y engouffrer. Le samedi 27 février 2016, lors de notre passage, nous avons vu tout sauf un centre de santé, qui manque par ailleurs d’électricité. Donnant ainsi l’occasion aux médecins et autres agents qui étaient de garde de rester à la maison. Certains bébés de la maternité ont été transférés dans un autre lieu. Quant à la morgue, avec le manque d’électricité, il n’y avait qu’un seul corps. Les parents de ce dernier, sur instruction du gardien de la morgue, ont été obligés d’aller chercher de la glace pour leur cadavre. Le centre de santé de Markala est très mal géré. Mieux, les personnalités de la ville n’y vont guère ; elles se soignent à Ségou. Le député Yacouba Traoré fait son «m’as-tu vu» alors que le centre de santé de sa ville est en difficulté. Mais quand il s’agit de faire des dépenses inutiles, il se révèle être un vrai champion.

Pénurie d’eau à Ségou

Ségou traverse un moment très difficile dans la distribution de l’eau potable. Les habitants de la cité des Balanzans n’ont plus d’eau potable. Souvent, la coupure d’eau peut durer toute la journée. En début février, la ville est restée 72 heures sans eau potable. Actuellement, pour avoir de l’eau potable, il faut attendre la nuit. En dehors des puits qui drainent du monde, certains vont aussi au fleuve. Selon bon nombre de chefs de familles, c’est le système de distribution d’eau de la ville qui serait en cause ; lequel remonte aux années de l’indépendance du Mali. Il faut ajouter à cela le facteur démographique, et le fait que la ville s’agrandit de jour en jour avec de nouvelles infrastructures. Ségou a peur de cette situation de pénurie, parce que si elle perdurait jusqu’à la période de grande chaleur, beaucoup de vieilles personnes et d’enfants ne pourraient pas tenir. C’est pourquoi il y a des réunions en cours de préparation pour entrer en contact avec les autorités de la ville, afin qu’une solution puisse être trouvée au plus vite.

La préférée disparue

Soundjé est une petite fille de deux ans, elle passe ses journées avec son grand-père. Quand tout le monde va au boulot, c’est Soundjé qui reste avec son grand-père. C’est elle qui l’aide à sortir et à le faire entrer quand le soleil l’atteint sous l’arbre. Son grand-père a trois épouses, elles aussi sont là en cas de problème, parce que la petite Soundjé ne fait que tenir la main de son papi. Voilà un bon matin, après avoir vidé sa calebasse de bouillie, son grand-père lui donne 25 Fcfa pour acheter des bonbons. Entre-temps, le vieux reçoit des visiteurs matinaux, au moment où les autres membres de la famille partaient au boulot. Personne n’a fait attention à Soundjé, la préférée du vieux. Jusqu’à midi, Soundjé était introuvable. Ces trois grand-mères ne s’étaient pas souciées de son absence, persuadées qu’elles étaient que Soundjé était en train de jouer avec ses copines dans une des familles voisines. L’attente ayant trop duré, c’est ainsi que tout le quartier de Dimabérébougou a été avisé, pour ne pas la ruelle concernée. Le vieux avait complètement oublié que le matin, il avait donné de l’argent à sa petite-fille pour acheter des bonbons. Après plusieurs va-et-vient, ils retrouveront la petite Soundjé sous le comptoir du boutiquier. Elle dormait tout bonnement dans la boutique. Laquelle est attenante à la famille.

Le policier voleur radié

A.S, ou si vous voulez Abdoulaye Sanogo, pour ne pas dire le sergent de police Abdoulaye Sanogo, qui avait tenté de voler une moto, comme on l’avait écrit la semaine passée, a été arrêté le 11 février 2016 selon la direction nationale de la police. On apprend au niveau de la même direction générale de la police que le sergent de police Abdoulaye Sanogo ne fait plus partie de l’effectif de la police nationale, cela depuis le 05 août 2015. C’est ce que nous avons pu lire dans le décret N°2015-2612 MSPC du 5 août 2015. «Le Sergent de police Abdoulaye Sanogo, N° MLE 5839, est licencié du cadre de la police nationale pour abandon de poste. Article 2 : le directeur général de la police nationale et le directeur des ressources humaines du ministre de l’intérieur et de la sécurité sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent arrêté». Abdoulaye Sanogo est actuellement en prison. Il continuait à travailler sans être inquiété. Sans sa tentative de vol d’une moto à Bamako et son arrestation, il aurait probablement continué à causer du tort aux paisibles citoyens. En tout cas, la direction nationale de la police se dit prête à diffuser désormais les arrêtés de licenciement ou radiation.

La RĂ©daction

 

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. Un sergent radiĂ© par dĂ©cret ? revoyons l’acte de radiation monsieur le journaliste. A ce niveau çà doit ĂŞtre Ă  mon avis un ARRĂŠTE. Si c’Ă©tait un Commissaire et au delĂ , on pouvait bien parlĂ© de dĂ©cret

  2. Nous on s'en fou du colère d'une voleuse qui a passé tout son temps au regime d'ATT a sucé le sang des pauvres citoyens lamada cette femme est pourie jusqu'aux os mais soit sûre d'une chose tu seras brûlée en enfer étant vivant avant ta mort insha Allah car Dieu ne dort pas et voit tout

  3. Comme elle a quitte Bole elle se croit tout permis Hein!!!!!!! Renvoyer la a Bole et elle se taiera. Le Mali se fera avec tous sans distinction de femme, d’enfant etc……….

  4. Sina Demba demeure la préférée de son président malgré tout. 🙂 🙂 🙂

Comments are closed.