Tapis en panne

3
Mali: un collectif appelle au boycott de produits français et suisses
AĂ©roport de Bamako-SĂ©nou.

Tout le monde avait applaudi les travaux effectuĂ©s au niveau de l’aĂ©roport Modibo Keita Bamako Senou, avec la nouvelle aĂ©rogare flambant neuve pour les passagers. Mais, de nos jours, il y a des difficultĂ©s. Le tapis roulant Ă©lectronique est en panne depuis 3 mois. Les premières pluies de l’annĂ©e, qui avaient inondĂ© l’aĂ©rogare, ont endommagĂ© le mĂ©canisme du tapis. C’est au moyen des chariots que les bagages des passagers au dĂ©part de Bamako sont transportĂ©s pour le tarmac. Un travail supplĂ©mentaire pour les agents du service des bagages. En plus des valises et colis lourds, il y a souvent des objets très fragiles dont le transport par les chariots n’est pas aisĂ©. Les compagnies commencent Ă  se plaindre de cette situation parce que le fait de prendre les bagages Ă  la main peut conduire Ă  des pertes de valises. Surtout quand il n’y a pas une solution rapide. En plus de cette situation, l’entretien de la nouvelle aĂ©rogare pose problème. Les toilettes commencent Ă  sentir mauvais, et il y a peu de gens pour les rendre propres 24/24, comme dans les autres pays. Une Ă©quipe de 10 personnes ne peut pas faire ce travail, et si rien n’est fait, cette aĂ©rogare va tomber en ruine, et le ton a Ă©tĂ© donnĂ© avec le tapis pour bagages et l’Ă©tat des toilettes.

La RĂ©daction

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. ou sont les techniciens et ingenieurs formes partout et localement pour maintenir, quelle garantie ces achats? pourquoi des tapis au lieu d’ autres solutions apportees par les tetes pensantes, ou …est ce que l’ islam et la francisation n ont fait que des idiots?

  2. C’est normal.
    Au Mali, nous n’avons aucun sens ni de l’entretien ni de la propretĂ©.
    Les toilettes sales d’un aĂ©roport donnent une idĂ©e du reste. Bamako est une ville sale, une ville remplie de dĂ©tritus, d’eau d’Ă©gouts stagnantes et de dĂ©potoir de dĂ©chets de toute sorte.
    Le soucis est que nous ne savons rien construire et quand on nous construit un bâtiment ou une infrastructure quelconque, nous sommes incapable d’assurer d’assurer la pĂ©rennitĂ©.
    Cet aĂ©rogare sera en ruine dans quelques annĂ©es. Et ce sera de l’argent par la fenĂŞtre.
    Un Paradoxe terrible. Un Pays pauvre qui fait du gâchis.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here