YEKO NI FOKO : LES BREVES DU SEGOVIEN

0

LE CLIC DE SEGOU FERME, L’USAID TROMPE LES JOURNALISTES

Du 11 au 17 Septembre dernier l’USAID, dans le cadre de la mise en œuvre de sa stratégie de communication a organisé une caravane de presse dans bien de zones d’interventions du pays, de Ouelessebougou à Gao en passant par Sikasso, Djenné et Niono. Cependant, malgré une nuit passée le vendredi 15 Septembre à Ségou, la Mission de l’Agence Américaine pour le Développement International n’a pas daigné faire visiter le CLIC de Ségou à ses journalistes avant de rallier Niono. C’est que l’œuvre des américains à Ségou est à l’agonie. Le CLIC qui offrait des prestations comme l’Internet, la saisie des textes ou l’impression sur gravures et autres CD ne répond plus depuis des mois. Logé au départ à l’ONG Walé, il sera vite confié après à l’ONG ASDAP.

Si l’un des objectifs de cette caravane de presse des américains était de permettre aux  journalistes de s’imprégner de plus près des interventions de l’USAID et de ses partenaires et de pouvoir communiquer en retour à l’opinion publique nationale et internationale, il aurait été plus judicieux pour Denis Bilodeau et ses hommes de s’arrêter aussi sur ce qui ne va pas. Sinon, ça s’appelle tout simplement : la manipulation de l’information. Et là, ça ne fait pas sérieux chez les coopérants du plus grand pays d’expression libre !

QUI NEGOCIE POUR LE RETOUR DE MADAME LE PREFET A BLA ?

Décidément Bla est une localité unique à son genre avec sa mentalité difficile. Après avoir crié, pleuré, imploré le bon Dieu de leur débarrasser de l’enfer de Mme le Préfet, Mme Maiga Kadia Founé Maiga, voilà que ces habitants de Bla, versatiles jusqu’à la moelle des os désorientent plus d’un. A peine un mois après le Décret de mutation du Préfet, pris en Conseil des Ministres, des personnes se font aujourd’hui l’avocat de celle qui est affectée à Koulikoro,  en allant supplier nos gouvernants pour revenir sur la mutation. Selon nos sources, des envoyés du chef de village (deux conseillers), un fonctionnaire et une tierce personne ont fait le déplacement sur Bamako. Ils ont été accueillis et conduits chez le Ministre de l’Administration par un de nos honorables députés.

Le Ministre aurait répondu que c’était trop tard et qu’il faudra mettre ça aux calendes grecques. Pourquoi souhaitent ils que l’Ex Préfet reste ? Nous pouvons à notre pensée donner une réponse concernant le chef de village et son staff, mais pour les autres il faudra peut être faire recours aux chapelets ou aux cauris pour connaître les vrais mobiles. Le chef de village et son staff étaient constamment invités pour des réunions, les ateliers du cercle et ne retournaient jamais les poches vides. Une déception certainement pour le chef de village qui voit ainsi sa source se tarir lui qui émarge presque sur le Budget du Cercle de Bla sous le règne de Dame Maiga. Il est temps et grand temps que l’on change de comportement si nous voulons pérenniser la confiance de nos gouvernants.  L’adhésion et la cohésion de tous pour l’épanouissement de ce cercle qui n’a que trop souffert est vivement sollicités.
 

EDM.SA NIONO : LE COMPTABLE ET LE CAISSIER LICENCIES POUR AVOIR DETOURNES PRES DE 8 MILLIONS DE F CFA

C’est en douce que la Société Energie du Mali vient de se défaire de deux de ses agents dans la Subdivision de Niono. Le contraire aurait été certainement plus lourd de conséquence pour le comptable et le caissier incriminés. Pourtant les deux agents exercent dans la société depuis plus de 20 ans. Il s’agit de Oumar S Traoré, comptable et Yacouba Timbelly caissier. Les deux compères sont accusés d’avoir fait main basse sur près de 8 millions de F CFA dans leur gestion. A l’audition de l’inspection d’EDM.SA, ils ont reconnu le forfait. Mais pour éviter toute action judiciaire qui pouvait être préjudiciable pour ces pères de famille, les deux parties ont accepté un deal qui ne dit pas son nom. Oumar S Traoré et Yacouba Timbelly seront licenciés. L’Inspection du Travail calculera leurs indemnités de licenciement dues par EDM.SA et la somme sera défalquée du montant à eux reprochés.         

Commentaires via Facebook :

PARTAGER