Chut: En bref

0
6è édition de la journée nationale des communes du Mali
La ville de Mopti sera hôte de l’événement
 
La prochaine édition de la journée nationale des communes du Mali, prévue en novembre prochain, se tiendra dans la Venise Malienne en 5ème région administrative du pays. L’information a été donnée, le lundi dernier, par le président de l’Association des municipalités du Mali. C’était à l’occasion de la conférence des femmes élues locales dont les travaux se tiennent au Centre international de conférence de Bamako. Cette sixième édition verra, selon Abder Kader SIDIBE, les participations non seulement des femmes maires et adjointes aux maires, mais aussi de toutes les femmes conseillères communales de la région de Mopti. L’adoption de cette formule de délocalisation des activités de la journée nationale des communes du Mali s’inscrit, selon lui, dans le but de permettre à toutes les conseillères du pays de participer au moins à une des éditions. Aussi, l’AMM s’est-il engagée dans une politique dynamique de promotion du genre. C’est pourquoi elle entend par des actions concrètes assurer la pleine participation des conseillères communales aux grands évènements de la décentralisation et du développement local. Faut-il rappelé que lors de la 5è édition, en 2005, plus d’une centaine de femmes adjointes aux maires ont, grâce à l’assistance de la Fédération canadienne des municipalités, participé à cet important rendez-vous, qui reste le plus grand forum sur la décentralisation.
 
 
Sida
Les municipalités à la trousse du fléau
L’alliance des maires et responsables municipaux sur le VIH/sida au Mali, déjà actif sur le terrain à travers six communes, entend accélérer sa croisade contre ce mal du siècle en investissant les 703 communes du Mali décentralisé. Au cours d’une conférence de presse tenue samedi, la coordinatrice de l’Alliance, Mme NIANGADO Mah DRABO, a expliqué le sens du combat de son alliance. La victoire contre le sida ne saurait être gagnée sans une forte implication des municipalités, est-elle convaincu. Cependant les moyens de l’alliance sont limités pendant que la progression de la maladie n’attend pas, a reconnu la coordinatrice. Pour ce faire l’alliance compte sur la solidarité des partenaires pour relever le défi. En matière d’information, de sensibilisation et d’éducation de la population contre le sida, les municipalités sont mieux placées que quiconque pour faire tache d’huile. Déjà, dans six communes pilotes, l’alliance s’active, entre autre, à l’organisation de fora au niveau communal, la formation des élus locaux et tous les intervenants contre le VIH et procède à la mobilisation sociale contre la stigmatisation et la discrimination des malades du sida.
 
Femmes conseillères :
Un bureau national voit le jour
Les membres du réseau national des femmes conseillères municipales du Mali (REFCOM) étaient en conclave, en début de semaine, au Centre international de conférences (ancien Palais des Congrès) de Bamako. Occasion pour elles de mettre en place un nouveau bureau national dont la présidence a été confiée à Mme DJIRE Mariam DIALLO, élue en commune III du district de Bamako. Elle sera secondée dans ses fonctions par les représentantes de l’ensemble des régions du Mali, en qualité de vice-présidentes. La première présidence d’honneur est revenue à Mme CONTE dont le rôle a été déterminant dans la mise en place du réseau. Au cours de leurs assises, les femmes élues municipales ont été informées des textes usuels se rapportant à leurs droits et à l’état de leur application. A la suite de cette rencontre, il sera procédé à la mise en place des organes régionaux. Pour la nouvelle présidente nationale, la priorité de la nouvelle équipe sera de favoriser la cohésion au sein de cette organisation des femmes élues pour pouvoir s’atteler à la mise en œuvre des objectifs que le réseau s’est fixés. En effet, le réseau, qui était à sa création limité aux seules élues de Bamako, vise essentiellement à regrouper les femmes élues au niveau national autour d’un idéal démocratique afin de soutenir et de développer leur participation à la gestion des affaires publiques. Spécifiquement, il se fixe comme objectifs de contribuer : au renforcement des capacités de ses membres ; à l’encouragement des candidatures féminines ; à élever le taux de représentation des femmes aux instances de décision ; à défendre les intérêts des femmes élues ; au renforcement de la décentralisation ; à accroître l’accès à l’éducation ; au renforcement de la solidarité et de l’entraide entre les femmes.
 
Supervision du PNIR
Satisfecit de la Banque mondiale
La onzième mission de supervision du Programme national d’infrastructures rurales (PNIR) s’est déroulée du 22 juin au 7 juillet 2006 dernier. Le constat général a été que toutes les composantes du programme ont finalisé leurs stratégies d’intervention, à part la stratégie de transport en milieu rural dont les projets test ont été approuvés par la Banque mondiale. A Ségou où la mission s’est rendue pour visiter les réalisations du projet sur le terrain, elle a constaté qu’à la date du 30 juin 2006, le rythme de réalisation des investissements s’est accéléré, avec un taux de décaissement de 67 % sur 85 % des montants engagés et que l’audit pour l’exercice 2005 est réalisé. Cependant, pour le compte de la composante « Grande Irrigation- Office du Niger (ON) », de  manière générale, la mission a constaté le faible avancement des activités de l’ON depuis janvier 2006 et des difficultés de coordination des activités PNIR au sein de l’ON. Quant à la deuxième sélection des exploitants de l’ON, lancée le 24 janvier 2006, elle a permis de sélectionner 104 producteurs sur environ 600 candidats pour Koumouna I.  Par contre, les privés qui auraient pu démarrer cette campagne agricole ne sont toujours pas installés. Concernant la sous-composante « Petite Irrigation », 20 Périmètres irrigués villageois (PIV) totalisant 425,92 ha sont achevés et réceptionnés ; les travaux se poursuivent sur 13 PIV pour une superficie de 344, 95 ha, soit un total engagé de 33 PIV pour 770,87 ha représentant 77,08% des prévisions de 1000ha du programme. Relativement aux pistes rurales, la mission a constaté que les travaux de deux projets de pistes sur trois sont entièrement terminés, il reste ceux de la piste Nara-Niono qui ont démarré le 15 mai 2006 pour un délai d’exécution de 12 mois.

PARTAGER