Le temps des déballages

0
‘’ATT-cratie : la promotion d’un homme et de son clan’’ n’arrête pas de surprendre et chaque page ‘’avalée’’ fait dresser les poils sur le corps, au point que l’on s’interroge sur la nature des hommes qui gouvernent notre pays. Mais qui est donc derrière ‘’Le sphinx’’? La manière dont il s’est révélé à l’opinion a inspiré un choc de mots tout aussi durs tels que ‘’cupidité, couardise, médiocrité et lâcheté.
Précisions supplémentaires apportées par nos sources suite aux révélations faites par nos soins dans notre édition de jeudi dernier sur les trois mousquetaires : deux autres personnes ont collaboré pour rassembler le contenu du brûlot. Il s’agit d’un militaire, ancien ministre de la république et d’un politique. C’est donc, au stade actuel de nos informations, un quinté qui a décidé de cette façon-là, de régler ses comptes au président de la république. Mais pourquoi ses rédacteurs ont attendu précisément ce moment pour sortir la grosse artillerie ? Et, pourquoi ne se sont ils pas donné le temps nécessaire de faire un travail plus rigoureux, histoire de nettoyer toutes les ‘’impuretés’’ indigne d’un support comme le livre?
Le médecin après la mort, à moins que notre dynamique ne prenne en compte les remarques acerbes sur les contrevérités qui font que le tome 1 en prend un sacré coup quant à sa crédibilité. Certainement plus friand que nous sommes de scoops et autres informations de premières mains, l’auteur puisqu’il s’agit de ‘‘Sphinx’’, est allé nettement trop bas, lorsqu’il évoque les ‘’amours de la fille du président’’ pour expliquer l’ascension d’un homme d’affaires de la trempe d’Amadou Digué. C’est, assurément, ignorer que celui-ci est un opérateur très puissant et très averti pour profiter des relations de son rejeton. Bêtement méchant ?
Les affaires des filles du président ou celles de Souley, le frangin de la première dame, ne sont pas une première dans notre pays. Au demeurant, qu’est ce qui dit à ‘’Le Sphinx’’, que le président ATT et Lobbo sont derrière les supposés agissements de leurs progénitures ? Et qui, au Mali, n’a jamais profité de la position d’un père, d’une mère, d’un grand frère, d’une grande sœur ou d’un simple cousin haut perché ? Parlant de ‘’Océan communication, il est écrit ceci à la page 34 « En si peu de temps, les enfants du couple présidentiel ont tellement vu passer de grosses sommes d’argent qu’elles ont prématurément pris goût à l’argent facile. Au point que la première fille, Fanta Touré, a ouvert une agence de Communication dénommée ‘‘Océan Communication’’, la dernière née des agences de communication, mais première en chiffres d’affaires du fait des appuis présidentiels, gouvernementaux, en un mot d’Etat. C’est ainsi que «Océan communication» a obtenu entre autres des marchés dans le cadre des sommets Cen-Sad, Afrique France. On voit bien que les enfants d’ATT ont des avantages que les autres jeunes n’ont pas contrairement aux dires du président qui, lors de la rencontre internationale sur la jeunesse, a fait allusion à la situation de sa fille (Mabo qui chôme)….. ».
Ce que le Sphinx ignore ou ne dit pas, c’est que ce n’est pas pour de l’argent facile que les filles du président ont ouvert ‘’Océan communication’’, pour la simple raison que l’une d’elle est communicatrice de formation. Vont-elles jeter leur vocation à la poubelle pour la simple raison que «papa» est président de la république ? Pourquoi vont-elles refuser des marchés dès lors que ce sont des clients qui viennent à leur en proposer ? Fausses querelles à notre avis et sans doute des attaques que le bon sens ne commande pas.
L’honneur intouchable du président
L’auteur ne dit nulle part que le président de la république touche aux fonds de l’Etat. N’est-ce pas une façon de reconnaître l’intégrité d’ATT? Si tant il est vrai que le président de la république reste personnellement au-dessus de la mêlée sur le sujet, pourquoi ne convient-il pas que tout ce qui se passe dans une famille n’est pas forcement dicté ou toléré par le chef de famille ? Des milliers de nos compatriotes, chaque jour que dieu fait, courent les rues pour tout simplement rencontrer l’épouse, le fils, la fille ou le cousin d’un dg, d’un ministre. N’’est ce pas pour leurs propres intérêts qu’ils le font ?
Les enfants d’ATT ne sont les premiers de la série. Avant eux, on a entendu des choses sur des enfants de présidents ; des quolibets, on en entendra sur la progéniture des successeurs de leur père. Nous aurions peut être applaudi, si lors de notre lecture, notre regard était tombé sur quelque chose du genre «  ATT a planqué des milliards dans telles ou telles institutions bancaires de tel ou tel pays de par le monde.’’ Mais, non ! A la fin du livre, on découvre entre des lignes bien de personnes qui, déçues par exemple de n’avoir pas eu ce qu’elles escomptaient, sont sorties de leur réserve pour étaler des choses que beaucoup de Maliens partagent.
Cependant, à quelque chose malheur est bon : puisse au moins cette publication servir à ouvrir les yeux à ATT et à lui du courage de s’affranchir d’un système qui ne lui cause que des préjudices.

Sory HAIDARA

PARTAGER