Nouvelles brèves de Bamako Hebdo

0
Une salle en danger
 
Cette salle a été reconstruite à l’occasion de la Biennale dernière, mais, ces derniers temps elle est confrontée à de sérieux problèmes. Par exemple, juste avant le concert de vendredi, cette salle n’était plus fournie en électricité. C’est pourquoi toutes les activités étaient orientées vers le Meru Ba, l’autre salle de spectacles de Ségou. Le Tientiguiba Danté rencontre aussi des problèmes d’entretien des locaux. Le grand problème est la gestion de cette salle, qui incombe à l’Assemblée Régionale.
 
LES POTINS : Les bonnes affaires  des riverains
 
Avec le concert de Mah Kouyaté N°2, la salle Tientiguiba Danté a drainé énormément de monde. Cette situation a été profitable à certaines personnes, à commencer par les taximen, les petits vendeurs d’eau fraîche et de sandwichs, etc. Même le gérant du parking du Tientiguiba, qui était en chômage technique a repris du service.
Dès 21 heures on ne trouvait plus rien à manger devant la salle. Les petits commerçants se frottaient tous les mains. Comme quoi, quand la culture bouge, tout marche.
 
Une très longue attente
 
La soirée a démarré avec un grand retard, et les organisateurs ont été obligés de faire monter sur scène les animateurs de la radio Sikoro, pour faire des sketchs et raconter des histoires drôles afin de faire patienter la salle. Entre temps, les bébés en ont profité pour prendre de l’avance sur leur dose de sommeil, mais, avec le bruit des micros et le son des guitares, certains se sont réveillés.
Quant aux mamans, elles étaient toutes épuisées. C’est au cours du show de Mah Kouyaté N°2 qu’elles ont pu oublier leur fatigue. Pour bon nombre de mamans les concours de ce genre devraient se dérouler plus tôt dans la journée. En effet, tous les bébés récipiendaires dormaient au moment de la proclamation des résultats. Leurs mères ont été obligées de les réveiller.
 
Des animateurs  peu efficaces
 
Ils étaient deux à avoir été choisis comme animateurs pour la soirée. En fait d’animation, ils ont plutôt semé la confusion, donnant des noms de famille fantaisistes aux bébés gagnants. Ainsi, un nourrisson présenté comme Coulibaly avait un papa Traoré.
Mieux, ils ont passé toute la soirée à répéter les noms des sponsors en oubliant superbement la Fondation pour l’Enfance. Il a fallu l’intervention du représentant d’un des partenaires pour que cette erreur soit corrigée. La dernière gaffe de ces deux hommes a été de disparaître avant la fin du concert, sans remercier le public et lui souhaiter une bonne nuit.
 
Des haricots pour Lobbo
 
La représentante des Korèdugaw de Ségou a remis un collier à Mah Kouyaté N°2 comme cadeau de la part des habitants pour sa présence et son concert, qui a été une réussite.
Selon cette dame, qui a passé toute la soirée à danser, elle était aussi l’envoyée spéciale de la communauté des Korèdugaw de Sékoro, qui ont tenu à envoyer un petit sac de haricots et les frais de condiments pour sa préparation à la Présidente de la Fondation pour l’Enfance, qui était représentée dans la salle par Amadou Ombotimbé.
Un second sac de niébé a été offert au directeur de la radio Sikoro, Amadou Chérif Haïdara.
 
La Fondation pour l’Enfance et Ikatel mettent le paquet
 
La Fondation pour l’Enfance a offert deux cent vingt cinq mille francs CFA aux trois lauréats du concours, ainsi que soixante complets pour enfants et trente bassines et accessoires pour bébés et quelques numéros du journal " La voix des jeunes " Spécial huit juin. Quant à la société Ikatel, elle a donné sept cent mille francs, dix packs de téléphone avec puce et trois cent mille francs pour les gagnants, sans compter les casquettes et autres T-shirts.
Les deux représentants de ces structures, Amadou Ombotimbé pour la Fondation et Abdoulaye Kaya pour Ikatel ont tous félicité les organisateurs et suivi la cérémonie jusqu’à la fin pour soutenir les bébés et leurs mamans. Seul hic, aucun de ces cadeaux n’a été remis aux enfants en notre présence.
 
Maman a mal au sein
 
Son bébé a reçu l’un des prix spéciaux. Sa maman a mal à un sein, mais cela ne l’a pas empêché de prendre part à la compétition. Pourtant, les autres femmes, avant le concours, avaient essayé de la décourager, mais elle n’a écouté personne et s’est présentée. Elle estime que son objectif a été atteint, puisqu’elle n’est pas rentrée bredouille. Comme beaucoup d’autres d’ailleurs, car, le lendemain de la soirée, toutes les femmes qui avaient postulé ont reçu des cadeaux de la part de la radio Sikoro dans les locaux de cette station, comme prévu par les organisateurs. Cela les poussera certainement à participer à la deuxième édition, s’il y en a une l’année prochaine.
 
Des Ladjiw dragueurs
 
Ils étaient cinq hommes, tous habillés en grands boubous comme des El Hadj, assis sur le côté droit de la salle. Ils ont passé toute la soirée à récolter les numéros de téléphone portable des jeunes filles présentes dans la salle. Certaines de celles-ci, offusquées, n’ont pas attendu la fin du concert pour rentrer chez elles. Les cinq hommes ne se sont pas laissé démonter et ont commencé à chercher du côté des danseuses de Mah Kouyaté. Là aussi peine perdue, car tout juste après le concert Mah et ses danseuses sont reparties vers leur hôtel. Nos cinq hommes ont été les candidats malheureux de ce concert.
Rassemblés par Kassim TRAORE

PARTAGER