TOP SECRET

0
PRIMATURE
Pinochet va-t-il jeter l’éponge ?
            A quelques encablures des élections générales, le Premier ministre Ousmane Issoufi Maïga continue à être mal mené par le Président ATT et ses proches du Mouvement Citoyen ainsi que des cadres se réclamant du camp présidentiel. Pourtant, l’opinion nationale voire internationale pense que celui qui ne badine pas, a perdu ses vertus d’homme de poigne à cause de sa grande soumission. Pour cela, certains de ses proches lui recommandent de se retirer avant d’être humilié par ATT et les siens. Surtout qu’il aurait tout donné à son pays. Il mériterait donc de se reposer tranquillement loin de tous les brouhahas politiques. A ce sujet, l’on affirme qu’il continue de tergiverser, se cantonnant sur sa loyauté de ne pas trahir son frère et ami Amadou Toumani Touré qui lui a fait confiance.
            Si Pinochet tergiverse, des sources affirment que le Général ATT chercherait Premier ministre. Des contacts sont en cours, des pistes en étude et des hommes déjà en ligne de mire. Il s’agit d’abord de la piste Mme Sy Kadiatou Sow qui était une manière de contrer les hommes du Manifeste pour la Démocratie dont le mari de cette dernière est l’un des barons mais surtout de faire adhérer plusieurs acteurs de la lutte démocratique à soutenir ATT en 2007.
            La seconde piste, nous dit-on, est celle de Soumana Sacko qui a rejeté l’offre. Pour cause ? Il souligne que le Général Président est très mal entouré et qu’il a trop de ministres tocards dans son gouvernement.
            En tout cas, à quelques mois de la présidentielle, ATT doit se rendre en France soit en visite officielle ou privée. Voyage au cours duquel, les Maliens seront édifiés du maintien de Pinochet à la tête de la primature. Sauf si d’ici là ce dernier jetait l’éponge. Attendons donc de voir !
 
 
SALLE DJELI BABA SISSOKO
La vigilance de la police
            Qui se sent morveux se mouche. Sentant la tension, le Président Djigué avait pris le devant en amenant tous ses enfants avec des badges. Pourquoi ? Le Président Djigué est avant tout un homme respecté et respectable qui ne devrait pas tomber dans ce jeu car de tels actes ne l’honorent pas. Parce qu’avant tout le CMC n’est pas un héritage et ne saurait l’être. Pour éviter des bagarres, il a fallu la vigilance de la police pour mettre tous les jeunots à la porte. Dans ce jeu, le constat qui s’est imposé c’est que l’américain Soya Djigué n’était pas partant. Comme pour dire qu’il y a toujours un petit fossé entre celui qui a découvert les lettres et les autres.
 
2ème SESSION DU CMC
16 faux badges découverts
            A quelques jours de cette session, la tension était de sorte que les uns et les autres avaient pris des dispositions pour pouvoir faire basculer les choses. Afin de se rassurer, des badges fictifs au nom de Tombouctou avaient vu le jour. Vite découverts par l’autre clan, les vérifications ont été procédées. Malheureusement pour cet huissier qui n’a pas su bien répondre à la question de la Police et a failli se retrouver entre les 4 murs du 2ème arrondissement. Parce que n’ayant aucun pouvoir de saisir quoi que ce soit, il a saisi lesdits badges mais à quel titre ? Alors, au lieu de dire qu’il a fait le constat, il s’est empressé de dire qu’il a saisi lesdits badges.
 
LUTTE CONTRE L’INSECURITE
L’EDM-sa au chevet de la rue princesse de l’Hippodrome
            Depuis quelques années, le banditisme et la prostitution ont pris des dimensions inquiétantes dans notre capitale malgré l’intervention quotidienne des forces de sécurité. Le quartier Hippodrome de la commune II s’est beaucoup signalé dans ces pratiques surtout avec l’implantation à course effrénée des bars, des restaurants et des auberges. La rue princesse et le champ hippique, par la force des choses sont devenus le quartier général des bandits de tout acabit et des prostituées. Dans ces derniers temps l’énergie du Mali a entrepris des travaux d’électrification de la rue princesse au grand bonheur de la population locale.
            La montée fulgurante du banditisme, accouplée de prostitution à l’Hippodrome, est en train de voiler pratiquement l’immense travail abattu par le commissariat de police du 3ème arrondissement de Bamako. Ce commissariat avec des moyens limités arrive tout de même à jouer pleinement son rôle en matière de sécurité des populations de la commune II. Il serait difficile d’établir la liste des bandits de grand chemin mis hors d’état de nuire par les hommes du Contrôleur Général de police Moussa Sissoko. Le tout puissant inspecteur de police Papa Mambi Kéïta a effectué avec succès plusieurs descentes sur différents terrains pour éradiquer le fléau.
            Mais avec la multiplication des bars, des restaurants et des auberges un peu partout dans le quartier de l’Hippodrome en particulier et Bamako en général, aucune police ne peut seule faire face à ce fléau. Pour une lutte plus efficace, il faut nécessairement la collaboration de toutes les couches de notre société. C’est dans ce cadre que l’énergie du Mali, depuis quelques semaines, a procédé à l’implantation des poteaux électriques dans la rue Amical Cabral plus connue sous le nom de la rue princesse ou encore la rue Danfaga à l’Hippodrome. Plus d’une douzaine de poteaux ont été déjà implantés, samedi dernier des techniciens continuaient à monter des lampadaires.
            L’électrification de cette rue princesse, qui passe devant l’INRSP, Akwaba, le centre de perception de l’Hippodrome et beaucoup d’autres bars et restaurants est un ouf de soulagement pour toute la population de ce quartier. Elle va baisser considérablement la prostitution et le banditisme dans ces lieux. Il ne faut pas oublier que dans cette rue princesse ce sont des prostituées qui servent généralement d’appât pour les bandits.
            La balle va être encore dans le camp de la population qui doit jouer franchement le jeu de la collaboration sincère avec la police nationale pour faire face au fléau. Nous interpellons également les autorités à mettre plus de moyens à la disposition de la police nationale singulièrement des commissariats.
            Bravo à l’EDM- S.A
Ahmadou MAIGA

PARTAGER