Commémoration de la journée des services sociaux de base : Oxfam Mali et ses partenaires invitent l’Etat à revoir le système fiscal

0

OxfamSelon le directeur des programmes d’Oxfam Mali, Aboubacar Coulibaly, cette journée est pleine de sens et d’intérêt pour son organisation et ses partenaires. Elle se situe dans le cadre de la campagne  ” A Egalité “ qui a pour objectifs de mettre en place une fiscalité progressive qui assure une meilleure redistribution des ressources à travers la collecte des impôts et contrôler les flux illicites d’argent et s’assurer que les revenus générés par les impôts et taxes  soient investis dans le financement des services essentiels dans le but de lutter contre les inégalités.

Selon M.Coulibaly, l’accès universel aux Services Sociaux de Base est un indicateur significatif dans la réduction des inégalités dans un pays. Au Mali, malgré la coexistence de plusieurs programmes dans tous les domaines des services sociaux de base depuis des décennies, les populations souffrent encore de l’insuffisance de la couverture de leurs besoins en éducation, santé, eau/hygiène et assainissement.

A l’en croire, le déficit dans la couverture de ces besoins s’explique fondamentalement par l’insuffisance des ressources financières allouées à leur financement très tributaire à l’aide extérieure.

Oxfam Mali invite l’Etat à revoir le système fiscal.

C’est pour renverser cette tendance, dira M.Coulibaly, qu’Oxfam et ses partenaires de la campagne ” A Egalité “ ont opté pour  des services sociaux de base de qualité, financés par un système fiscal juste et équitable aux niveaux national et décentralisé, mobilisant des ressources domestiques adéquates et bien utilisées, pour lutter contre les injustices, promouvoir l’égalité des chances et améliorer le cadre de vie des citoyens.

Pour ce faire, il revient à l’Etat de revoir le système fiscal à travers, entre autres, la conception d’un système fiscal qui veille à ce que les entreprises paient leurs impôts là où elles créent de la valeur économique, notamment une révision des droits d’imposition entre les pays sources et les pays de résidence, la reconnaissance de la nocivité de la concurrence fiscale entre les différents pays et un engagement à éliminer les incitatifs fiscaux injustes.

En ce qui concerne les contribuables, sachant que les revenus fiscaux sont indispensables au financement du développement, le directeur des programmes d’Oxfam Mali a invité tout un chacun à payer sa juste part pour freiner la perte, tous les ans, des milliards de dollars en raison de l’évasion fiscale des entreprises et d’une concurrence fiscale déloyale.

Ladite journée qui visait à promouvoir un cadre de dialogue entre les décideurs et contribuables sur les liens entre la fourniture des services sociaux de base, le système fiscal, le paiement des impôts et taxes de même que la transparence dans la gestion des fonds publics, a été émaillée par un débat public sur les expériences des communes dans la mobilisation des ressources fiscales et le financement des services sociaux de base.

     Ramata S.KEITA

 

PARTAGER